Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEye Of Nix › Black somnia

Eye Of Nix › Black somnia

détail des votes

Membre Note Date
Shelleyan aka Twilight      mardi 1 juin 2021 - 23:35

cd • 6 titres

  • 1Wound and scar
  • 2Fear's ascent
  • 3A curse
  • 4Lull
  • 5Toll on
  • 6A hideous visage

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Hallowed Halls et Everything Hz, Portland, Oregon, USA.

line up

Joy Von Spain (chant), Nicolas Martinez (guitare), Justin Straw (batterie, vocaux), Gerald Hansen (basse, vocaux), Masaaki Masao (samples, percussions, guitare)

remarques

https://eyeofnix.bandcamp.com/

chronique

Il y a quelque chose de terrible dans le cri d’une femme…Attention, je ne parle pas des hurlements de terreur dont le cinéma nous a rendu coutumiers ad nauseam, plutôt de rage, de colère. Voilà en effet belle lurette qu’il n’est plus tabou pour une chanteuse d’éructer sa haine avec un timbre à damer le pion aux collègues masculins, preuve que les démons femelles sont nettement plus terrifiants que leurs mâles correspondants souvent un brin prévisibles. Les premières mesures de ‘Wound and scar’ l’imposeront vite aux plus récalcitrants. Cet excellent premier album des Américains de Eye of Nix démarre dans un maelström obscur mêlant vocaux déchirés, tourbillons de guitare, batterie cognante, orgues lugubres en un mélange de hardcore, de black et de restes gothiques occultes du plus bel effet. L’univers du groupe est sylvestre, nocturne, terrible, mais également terriblement beau. Leur musique pue la terre humide, les souches pourries, le parfum des branches de sapin, de la cendre aussi car dans tout rite, il faut du feu. Le genre n’est pas nouveau, le post-black/post-hardcore (j’oublie un post ?) a le vent en poupe. Là où les Américains se distinguent de Oathbreaker, Svalbard et autres, c’est par sa touche gothique marquée. Oeuvrant à la frontière des styles, ‘Black somnia’ est un album intranquille sans cesse balloté entre envolées lyriques claires et magnifiques, murmures, basses tendues, hurlements diaboliques, avec en arrière-plan une batterie lourde et païenne comme une danse de chasse. L’élément porteur demeure la voix de la sorcière/ondine Joy Von Spain au coffre impressionnant tant de beauté que de noirceur. ‘Black somnia’ est aussi un disque de magie, de communion mystique avec les forces de la nature, à travers la brume (‘A curse’), la tempête (‘ Wound and scar’), la douceur de l’aube (l’intro de ‘Lull’, l’un des rares traits lumineux de cette galette)…le combo varie ses ambiances, parfois même à l’intérieur d’une même chanson, car la menace (symbolisée par la batterie roulante) n’est jamais loin même dans les quelques instants paisibles. Accords entre deathrock extrême et glaise sludge, basse d’asphalte, quelques samples glauques (à la MZ412, en plus grossier) pour parachever la toile, des structures évolutives, des cassures, des accélérations, des plages faussement méditatives, des rituels terrifiants, ‘Black somnia’ combine exorcisme et rituel d’intronisation en une douleur qui, à l’image de la Danse du Soleil, conduit aux visions et à la beauté suprême. Démarche intense avec des climax terribles et terrifiants qui pousseront l’auditeur dans les recoins les plus ténébreux de son âme pour y puiser la force de reconnaître l’éclat obsidienne d’une forme de paradis, toucher la flamme au coeur du froid. Splendide ! 5,5/6

note       Publiée le mardi 1 juin 2021

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Black somnia".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black somnia".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black somnia".

stickgrozeil › lundi 14 juin 2021 - 08:52  message privé !

Chopé ce week-end en soldes, et écouté vite fait, c'est assez étonnant comme mélange et clairement, on en ressort pas indemne. Mais il va falloir lui consacrer quelques écoutes attentives pour le cerner entièrement. En tout cas, il est étonnant de voir que le groupe est signé par Prophecy, tant il se démarque de leurs productions "habituelles", souvent plus purement black "champêtres".