Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEarth Calling Angela › Hope springs eternal (demos and abandoned recordings 1992-96)

Earth Calling Angela › Hope springs eternal (demos and abandoned recordings 1992-96)

cd • 14 titres

  • 1Before The Storm / First damnation
  • 2Angela
  • 3Adoration
  • 4Dead to the world
  • 5Rebekka
  • 6Godmother
  • 7Seduction
  • 8Hope springs eternal
  • 9Sine (in the haze)
  • 10Light
  • 11Acceptance
  • 12The magician
  • 13Victoriana
  • 14The desert song

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Miles Fender, Paul Broome

remarques

Titres 1-5 tirés et restaurés de masters endommagés des démos 'First damnation' et 'Dead to the world'; titres 6-14 tirés et restaurés de masters crus égarés.

chronique

Oh vent de la fortune, capricieux est ton souffle; pourquoi telle ou telle destinée ? L’hybris par-ci, les miettes dans l’ornière d’un chemin par-là, le succès pour les uns, l’ombre de l’oubli pour les autres…Pourquoi se rappelle-ton aujourd’hui de Rosetta Stone et Nösferätü et peu de Earth Calling Angela ? Pourtant eux-aussi ont un blase super cool, sont anglais et jouent du goth rock. Attention cependant, il ne s’agirait pas non plus de leur tresser des couronnes de laurier parce qu’ils demeurent l’une des ces formations goth britanniques über cliché aux airs certifiés 100% goth selon le règlement du ‘Goth rocker cookbook’. Vocaux gutturaux ? Check. Boîte à rythmes sèche ? Check. Guitares froides et jeu en chromatique ? Check. Basse lestée ? Check. Ecoute intense et répétée de la discographie des Sisters jusqu’en 86 ? Check. En résumé, la musique du duo est garantie pure et sans originalité. Passé ce constat, les questionnements demeurent car niveau production, rien de cheap chez nos deux lascars contrairement à Nösferätü, eux maîtrisent leur son, ample et puissant (un brin trop saturé peut-être, excellent pour les ambiances, moins pour le détachement des mélodies) et ce n’est sans doute pas un hasard si Miles Fender est aujourd’hui un ingénieur studio professionnel. Qui plus est, contrairement à Rosetta Stone, ils n’ont pas abusé jusqu’à la lie d’un catalogue de chansons assez restreints, fournissant une certaine qualité jusqu’au bout. Pourtant, leur unique cd se vend aisément à 50 euros dans les meilleurs cas et il n’est pas évident à dénicher, contrairement à ceux de leurs collègues. Difficile de pousser à l’achat sauf pour les fans hardcore d’un son goth pré-défini dont il est interdit de s’écarter. Cela n’empêche pas le groupe d’avoir signé de fort belles pièces ainsi le beau ‘Hope springs eternal’, un ‘Godmother’ plus tristounet, 'The desert song'…Par contre, ‘Rebekka’ pue tellement le plagiat des Sisters à plein nez que même les enrhumés fuiront en courant, ‘Angela’, pas désagréable, fait preuve de si peu de personnalité…Il faut quand même reconnaître que malgré le titre, techniquement, ces pièces font preuve d’une maîtrise professionnelle notable pour des démos ou des compositions laissées de côté. Tous les apprentis gothrockers ne peuvent en dire autant. Ca m’étonne quand même toujours de voir des musiciens sortir une musique si peu personnelle…

note       Publiée le lundi 31 mai 2021

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hope springs eternal (demos and abandoned recordings 1992-96)".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hope springs eternal (demos and abandoned recordings 1992-96)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hope springs eternal (demos and abandoned recordings 1992-96)".