Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKool Keith › The Personal Album

Kool Keith › The Personal Album

cd 1 • 12 titres • 38:36 min

  • 1Girl Wanna Kill Herself
  • 2I Do What I Want
  • 3Take Off Your Panties
  • 4Professional Photographer
  • 5Sexual Intruder
  • 6I'm Dangerous
  • 7A Black Kid Who Think He's White
  • 8Lady Think She's All That
  • 9It Gotta Be That Way
  • 10Change Your World
  • 11Honey I Miss You
  • 12Sexy Girl

line up

Kool Keith (MC, production)

remarques

autoproduction limitée à 1000 exemplaires, signés par Kool Keith

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
abstract à minettes

Kool Keith a sorti quantité d'albums inutiles et in-notables, mais là, on touche le fond du néant... et c'est assez douillet, comme sensation ! Vu de l'extérieur, cet Album Personnel est rigoureusement sans intérêt. Son emballage cause en creux : Kool Keith est ici dans le cas du faux gentil album de rap-variété. Technique de crevard qu'il maîtrise aussi bien que le lancer de punchlines insolites. Un album encore bricolé avec une poignée de beats foireux sur ordi, mais subtilement inclassable. Une fois qu'on a soulevé le drap du banal sur les arcanes du vice, on laisse roucouler ces airs de déjà-vu, cette version sourire smooth et cocktail du Keith, spécialiste du refrain foireux en falsetto. Il est peu probable qu'il ait conclu avec des chansons comme "Take off your panties" ou "Sexual Intruder", mais c'est un peu son album de prédateur pseudo-romantique, on devine le sachet de GHB planqué sous la cravate. Passée l'intro empathicodéinée, Keith semble minauder dans du vide intersidéral. Il invite tout de même les fans aigris de ses "classics" à aller engrosser leur génitrice. Keith nous dit bien, sans détours, qu'il s'en bat les grelots du geek nostalgique, et n'en fera qu'à sa tête, dans l'esprit d'un Henry Rollins se laissant pousser les cheveux et jouant du hard rock de beauf, juste pour faire bisquer les suiveurs première heure de Black Flag. Keith a toujours détesté le conservatisme, même s'il a déjà fait deux ou trois fois le même album, il s'est toujours arrangé pour muter, avoir toujours un variant d'avance. Comme il le rappelle sur "I Do What I Want" : il a déjà tout fait, boom bap, big beat, SF, abstract, horrorcore. "Stuck on Octagon ! Oct' is gone ! You get it?" S'il a envie de faire du non-rap avec des mélodies r'n'b toutes moisies, il en fera aussi. Mais à sa manière. "Forget the laws of music, I can do this - Critics look for the hard work, been done all that weird stuff". Keith va donc pas se faire chier, et étaler son flow sur des samples R'n'B langoureux et... l'effet est particulier, à l'image du beat-malaise de "Change your world". Confort-inconfort, versions corrompues de pop-rap ("Lady think she's all that") puisant dans la pure muzak ("Sexual Intruder") pour mieux s'infiltrer, un peu comme dans un décor de sitcom qu'il rêve de pervertir. Même si The Personal Album a été ouvertement créé dans un pur esprit de moindre effort et une volonté de faire de la variété de merde, Kool Keith ne peut s'empêcher de lâcher du chimique, parce qu'il lui est impossible de faire un disque sain. Cet album est l'un de ses plus bizarres. Mais de façon très soyeuse, cajoleuse. Jusqu'à ce que l'angoisse d'antan, celle du Docteur Keith aux alias multiples, ne revienne sur le final "Sexy Girl". Comme un flashback de ses morceaux les plus mutants, sur une instru indescriptible. Keith, même quand il fait le minimum, reste un rappeur de dimension parallèle, une anomalie dans ce jeu.

note       Publiée le mercredi 21 avril 2021

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Personal Album" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Personal Album".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "The Personal Album".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Personal Album".