Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKThe Kentucky Vampires › The Kentucky Vampires

The Kentucky Vampires › The Kentucky Vampires

lp • 11 titres

  • 1Intro
  • 2Hex
  • 3Sleep all day party all night never grow old never die
  • 4Welcome to the lot
  • 5Daughter of the morning star
  • 6Moonlight kiss
  • 7Communicate with the living
  • 8Spellbound
  • 9The spider and the fly
  • 10Darkness falls
  • 11Bitten

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Abbas Marler (chant, guitare additionelle), Zac Campbell (guitare, basse, synthé, batterie)

remarques

https://thekentuckyvampires.bandcamp.com/. Existe dans une version vinyle bleue limitée à 23 exemplaires.

chronique

Ce soir, la lune est pleine au dessus du Kentucky et les vamp…Ah non, merde, ce sont les loups-garous, les vampires se fichent bien du format de l’astre tant qu’ils sont à l’abri du soleil. Concernant ceux du Kentucky, il y a les ados assassins qui se prenaient pour dans les 90's et qui passeront le reste de leur vie à l’ombre (quel meilleur endroit pour un porteur de crocs ?), sauf leur chef condamné à la peine de mort (sans pieu, je le crains) et ceux qui font de la musique. De la bonne musique. Empruntant aussi bien au deathrock qu’au gothic rock à l’ancienne, le groupe dispose de plusieurs atouts aptes à me convaincre. Premièrement leur chanteur a un registre vocal assez diversifié, capable de descendre dans les graves comme d’ajouter quelques pointes décadentes ou des accents spécialement mélodiques (‘Spider and the fly’, ‘Spellbound’). Ensuite, il y a le jeu de guitare du multi-instrumentiste Zac Campbell qui traduit remarquablement sa large culture musicale, glissant de sonorités froides à la Cure (‘Daughters of the morning star’) à des attaques plus tranchées. A cela s’ajoutent quelques touches de synthé pour renforcer les mélodies et les ambiances (‘Moonlight kiss’) et une production ample et légèrement rugueuse très à même d’évoquer le grain irrégulier des pierres tombales, bien plus que le marbre lisse, ennuyeux, dont trop de combos nous gratifient aujourd'hui. Il y a un léger aspect film d’horreur 60’s assumé ce qui ne dénie pas une certaine gravité aux mélodies (‘Bitten’, ‘Communication with the living’…) aussi délicate à la dégustation qu’une coupe de sang qu’on a laissé s’aérer. Un disque où l’on ne s’ennuie pas, chaque chanson paraissant évoquer un panorama nocturne, de la contemplation mélancolique sous le clair de lune aux nuit d’orages, les errances dans la noirceur des bois ou encore le tumulte des bas-fonds d’une bourgade paumée. Voilà qui devait permettre à Louis de Pointe du Lac de trouver le temps moins long dans son obscurité éternelle…

note       Publiée le lundi 5 avril 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Kentucky Vampires".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Kentucky Vampires".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Kentucky Vampires".