Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNordvargr › Pyrrhula

Nordvargr › Pyrrhula

  • 2008 • Cold spring CSR98CD • 100 copies • 1 CD
  • 2008 • Cold spring CSR98CD • 1 CD
  • 2015 • Aucun Remaster • 1 Téléchargement Web
  • 2021 • Cold spring CSR98LP • Remaster • 500 copies • 1 LP 33 tours

détail des votes

Membre Note Date
Marco      dimanche 4 avril 2021 - 19:25
Dead26      dimanche 4 avril 2021 - 19:42

cd • 8 titres • 45:29 min

  • 1Another weeping Doomlord lost04:19
  • 2Pyrrhula one10:20
  • 3Inwards to salvation04:36
  • 4Tordön02:10
  • 5Hascimh reborn04:53
  • 6Pyrrhula two09:07
  • 7Aryana of the open wound04:45
  • 8Stripped of all but my loyalty I serve05:16

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Villa Bohult, Suède, Hiver/Printemps 2008.

line up

Nordvargr

remarques

Sous-titré "Black Ambient Droneworks 2007-2008"
Les premiers 100 exemplaires commandés via le mailorder de Cold Spring sont livrés dans une pochette plastique avec carte postale et patch.
Remanié par Nordvargr en 2015 pour l'édition numérique.
Réédité en LP couleur ambre pâle en 2021.

chronique

A peine Helvete sorti que déboule deux mois plus tard chez Cold Spring ce Pyrrhula ("Le Maître (du)/(de la) Destin/Catastrophe") inspiré par la mythologie nordique. Ce nouveau volume partage d'ailleurs le penchant drone de son prédécesseur, voire l'accentue carrément en y ajoutant une teneur doom savoureuse. Pyrrhula est aussi un album jalon, les clins d'oeil à la discographie du Suédois y sont nombreux, disséminés dans le magma sonore mais aussi plus évidents (retour sur Awaken avec "Hascimh Reborn"). Sans égaler la noirceur infernale de son prédécesseur, ce volume sécrète un poison lent et insidieux et illustre parfaitement un sens de la menace omniprésente comme Nordvargr en a le secret, déroulant les chapitres de son histoire dans un enchaînement qui n'hésite pas à faire appel aux autres modes d'expressions familiers du Suédois : Toroidh sur "Tordön" et "Stripped of All But My Lovalty I serve", les racines dark ambient héritées de Mz.412 sur "Hascimh Reborn", sans pour autant céder à l'auto citation. Le son imposant fait bien entendu la part belle aux basses et drones sans oublier de laisser respirer les séquences, ce qui démarque Pyrrhula de Helvete qui cherchait à étouffer physiquement par l'annihilation de tout espoir. Deux visions de la destinée funeste qui sans s'opposer se distinguent l'une de l'autre, ce que l'écoute enchaînée révèle assez singulièrement. La dernière perle noire avant le petit coup de mou du Suédois.

note       Publiée le dimanche 4 avril 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Pyrrhula".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Pyrrhula".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Pyrrhula".