Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEyehategod › A History of Nomadic Behavior

Eyehategod › A History of Nomadic Behavior

détail des votes

Membre Note Date
Rastignac      vendredi 26 mars 2021 - 11:19
EyeLovya      samedi 27 mars 2021 - 13:32
Klarinetthor      dimanche 28 mars 2021 - 14:27

cd • 12 titres • 41:53 min

  • 1Built Beneath the Lies03:33
  • 2The Outer Banks02:31
  • 3Fake What's Yours03:38
  • 4Three Black Eyes02:27
  • 5Current Situation04:41
  • 6High Risk Trigger04:17
  • 7Anemic Robotic02:44
  • 8The Day Felt Wrong03:57
  • 9The Trial of Johnny Cancer04:25
  • 10Smoker's Piece01:11
  • 11Circle of Nerves03:47
  • 12Every Thing, Every Day04:42

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Musique enregistrée à l'HighTower Recording, New Orleans, Louisiana, janvier 2019. Voix enregistrée par Sanford Parker à l'Hypercube, Chicago, Illinois, juillet 2020. Produit, mixé, masterisé par James Whitten à l'Hightower Recording, septembre-octobre 2020.

line up

James Bower (guitare), Mike IX Williams (voix), Gary Mader (basse), Aaron Hill (batterie)

remarques

Sorti en cd, vinyle, cassette. Illustration par Eyehategod.

chronique

Est-ce là un épitaphe ? Mike Williams échappe de justesse au trépas, Bower pète une durite, LaCaze sa pipe et Patton s'en est allé à ne plus tourner ni jouer... Est-ce donc le même groupe ? Je me suis posé ces questions inutiles et puis j'ai écouté l'album et j'ai par conséquent enfilé dans mes oreilles toute leur discographie les uns après les autres en boucle pour dévoiler enfin le fil rouge de leur musique : angoisse, ça je savais, rage nihiliste, ça je le voyais moins, et finalement puissance de feu malgré les années, le compte en banque et les organes qui partent en sucette ! Car la beauté de leurs riffs agrémentés des mots de Williams qui pourraient faire office de slogans ou de mémoire pour individus perdus dans ce merdier, l'efficacité de leur propagande et la rage de leur propos me touche, encore une fois, le fond de la zézette du cerveau, tout en me touillant les dents et me contractant le foie. Enfin, il n'y a pas à chercher très loin l'empathie avec ce qui est hurlé de voix déglinguée, encore plus détruite que d'habitude : va à l'école, lève toi à 6 heures, va bosser, va à l'école, laisse monter les pulsions destructrices, pas de mémoire pour les morts, pas de places pour les inutiles et laissons donc la haine la plus bête remplacer la légitime révolte contre l'absurdité de la vie made in USA, exportable chez tous vos bons partners. Raaaaah ! Niveau musique, c'est un petit melting pot de toute leur carrière, noise metal sludge doom punk spoken word, avec un petit bonus Mystick Krewe of Clearlight, enfin je veux dire une Bowerie instrumentale pour fumer des oinj, du hardcore pour se faire des croutes, du doom désespérant, un peu parfois pénible sur les bords quand l'enregistreur a cru bon ajouter en copié / collé des "haaaaaanhaaaa" williamsiens qui deviennent maintenant un peu trop cliché car depuis l'intro de "Dopesick" le procédé a été un peu trop répliqué ; mais là je cherche les petites bêtes histoire de bavasser... enfin, on va moins au fond de la dope, on se nettoie juste pour être plus lucide face à la laideur des sociétés humaines qui elles ne font pas de cures de désintoxication à la connerie... et bon dieu qu'on a besoin d'Eyehategod messieurs dames, et pour conclure je vous le prescris, je vous le dis : achetez-en un !

note       Publiée le vendredi 26 mars 2021

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A History of Nomadic Behavior".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A History of Nomadic Behavior".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A History of Nomadic Behavior".

Klarinetthor › dimanche 28 mars 2021 - 14:27  message privé !

Le fait bien plus que l'éponyme, peut-être car j'en attendais rien.

Note donnée au disque :