Vous êtes ici › Les groupes / artistesWThe Wake (USA) › Masked

The Wake (USA) › Masked

cd • 10 titres

  • 1Harlot
  • 2Nazarene
  • 3Locomotive age
  • 4Sideshow
  • 5Masked
  • 6Silent siren
  • 7Audrey
  • 8Watchtower
  • 9Sheet metal eyes
  • 10Submerge

extraits vidéo

informations

https://thewakeband.bandcamp.com/merch

line up

Troy Payne, Richard Witherspoon, James Tramel, Daniel C, Robert Brothers

chronique

Je ne crois pas être une langue de pute mais ça ne m’empêche pas de livrer franchement mon avis aussi. En relisant ma chronique du ‘Blacklist’, je vois que je parle de ‘second couteaux’, de ‘pillage des Sisters of Mercy’, c’est un peu vache mais quand même vrai. Pourtant, les années passant, comme cela m’arrive parfois, je redécouvre les groupes à l’envers. Certains passionnés se lassent, moi, c’est l’inverse; de timoré, je deviens enthousiaste. Il y a un peu de ça avec The Wake. Depuis 1996 et leur dernier opus avant un hiatus de près de 25 ans, j’ai eu l’occasion d’écouter tant de formations gothiques post-Sisters of Mercy/Fields of the Nephilim, la sainte dualité complémentaire, dont à peine le quart sont réellement très bonnes que je me suis rendu que The Wake n’est pas franchement le mauvais cheval de la course, au contraire. Parce que ces mecs ont deux qualité essentielles: un sens aigu de la mélodie et surtout des atmosphères réellement sombres. Pas question de faire semblant avec eux, on pousse les pitches au maximum dans tous les ingrédients constituant un morceau goth rock efficace. La batterie claque avec force (j'ai de plus une sympathie innée pour les gens accordant de l'importance aux cymbales et aux charlestons dans le mix), la basse tapisse au plomb à peine fondu, le chant est grave à souhait, on balance de la réverbération à la louche et il y a ces putains de guitares vicieuses, acides, glacées, grinçantes, pas toujours éloignées du deathrock d’ailleurs, une vraie patte chez le combo. Ecoutez ‘Submerge’, comme c’est glauque, autant que peut l’être ‘Afterhours’ des Sisters, le moindre souffle paraît se perdre dans un écho nocturne, avec des sons inquiétants. Le secret est là, ces balances de ‘gothisme’ poussées dans le rouge sur chaque canal couplées aux mélodies font que ce premier essai est quand même foutrement efficace avec des tubes qui pleuvent tellement qu’il suffit de se baisser pour ramasser: les grandioses ‘Watchtower’ avec son intro appel de muezzin/rythmique tribale, ‘Sideshow’ puissant mais aussi étouffant qu’une chambre d’hôtel de junkie sans lumière mais également ‘Locomotive age’ aussi combattif que son titre, ‘Harlot’, ‘Silent siren’, 'Nazarene' ou ce final de répit avant la mort qu’est ‘Submerge’. The Wake ont certes bénéficié d’une meilleure visibilité que d’autres chez eux mais aussi en Europe et il y a peut-être une raison à ça, ce truc qu’on appelle le talent ?

note       Publiée le mercredi 24 mars 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Dr. Arthur Krause - When love is dead

Dr. Arthur Krause
When love is dead

D'autres gars très doués...

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Masked" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Masked".

    notes

    Note moyenne        3 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Masked".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Masked".

    allobroge Envoyez un message privé àallobroge

    La réédition relativement récente en double CD remasterise chez Cleopatra, qui a renaît de ses cendres il y a peu, est une pépite et une boule supplémentaire s’impose pour le meilleur album du revival goth 90’s d’alors.

    Note donnée au disque :       
    allobroge Envoyez un message privé àallobroge

    Album emblématique du goth 90's, de l'excellentissime et du un peu trop caricatural mais y'a du tubes en or massif !

    Note donnée au disque :       
    Richard Envoyez un message privé àRichard

    Attachement très particulier pour cet album. Il est de ce qui ado m'a fait traverser l'autre côté sombre du miroir. Je le réécoute parfois, plus pour les souvenirs qui s'y rattachent que pour la galette en elle-même à vrai dire.

    Note donnée au disque :