Vous êtes ici › Les groupes / artistesSThe Soft Moon › The Soft Moon

The Soft Moon › The Soft Moon

cd • 11 titres

  • 1Breathe The Fire
  • 2Circles
  • 3Out of time
  • 4When it's over
  • 5Dead love
  • 6Parallels
  • 7We are we
  • 8Sewer sickness
  • 9Into the depths
  • 10Primal eyes
  • 11Tiny spiders

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Luis Vasques (chant, instruments)

remarques

https://thesoftmoon.bandcamp.com/

chronique

Luis Vasquez n’a pas été un enfant spécialement épanoui alors il a décidé de se servir de la musique comme catharsis pour expulser ses démons intérieurs, se comprendre lui-même, parvenir, comme il l’affirme, à être la personne qu’il doit être, celle qu’il n’a jamais eu le droit d’être. Est-ce ce qui explique l’énergie que notre homme est capable de dégager sur scène délaissant soudain le micro pour aller taper sur une batterie avant de déclencher une séquence sur le synthé, revenir au galop empoigner le micro et sa basse ? Est-ce parce qu’il a lui-même vécu isolé dans le désert que ce premier album l’évoque ? Je pose beaucoup de questions, je cherche moi-aussi. Cet étrange post-punk fantomatique donne l’impression d’avoir été assemblé à partir d’un patchwork de sonorités spectrales que l’obscurité recrache sans que l’on parvienne à tracer les contours d’une silhouette. Il y a aussi ces rythmes martelés comme des tambours chamaniques qui donnent à cette étrange cérémonie invisible une tenue presque sacrée. Même le chant parait distant, flottant, à égrener ses phrases dans l’opacité de la nuit, comme si les mots eux-aussi n’avaient pas le droit d’être trop précis. Luis Vasquez est-il un esprit ? C’est ce que pourrait laisser croire ce premier essai qui emprunte la grisaille de ‘Faith’ des Cure, la couple au smog de Joy Division avec un zeste de Can ! avant de les offrir en sacrifice à l’obscurité qui les avale et déglutit leurs dépouilles muées en chansons-spectres dont les mélodies dansent en suspension dans le vent de la nuit. Plus atmosphérique que mélodique, ce post-punk sacrificiel est tout bonnement passionnant, envoûtant comme une noirceur anthracite qui s’insinue à l’intérieur des oreilles, descend au coeur avant de remonter au cerveau pour lui murmurer qu’il n’est nul besoin de bouger pour vivre pleinement cette transe, juste fermer les yeux, ressentir l’écho et libérer l’esprit de ses chaînes. Une bande-son quasi parfaite pour ‘Le diable et la petite fumée’ de Castenada, une incarnation sonore de Mescalito.

note       Publiée le mardi 23 mars 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Soft Moon".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Soft Moon".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Soft Moon".

magnu › mardi 23 mars 2021 - 21:50 Envoyez un message privé àmagnu  magnu est en ligne !

Au vu de la suite discographique, je ne peux mettre que 3.5 boules.

Note donnée au disque :       
Shelleyan › mardi 23 mars 2021 - 19:24 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

je suis d'accord avec vous mais j'aime bien revenir de temps à autre sur ce post punk fantomatique ^^

Note donnée au disque :       
Aplecraf › mardi 23 mars 2021 - 18:25 Envoyez un message privé àAplecraf

Les albums suivant augmentent qualitativement.

Note donnée au disque :       
Kissthecatconcept › mardi 23 mars 2021 - 10:19 Envoyez un message privé àKissthecatconcept

Album de jeune homme mal dans sa peau, vaporeux et nébuleux, un jeune homme en manque de confiance en soi qui se cherche. Le propos musical affiche plus de confiance et d'aboutissement par la suite (pour ne pas dire atteignant des sommets). Je reviens moins vers celui-là, d'ailleurs lui non plus en live, mais assez singulier et fragile pour valoir quelques écoutes.

Note donnée au disque :       
Shelleyan › mardi 23 mars 2021 - 07:20 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Comme je l'écrivais, il livre souvent des atmosphères plus que des mélodies, c'est peut-être le souci mais globalement, je trouve que c'est un projet assez passionnant car le mec n'hésite pas à faire le grand écart entre cold wave et rock indus avec des passages electro. Et puis, sur scène, ça déchire totalement. Son album solo, par contre...On sent qu'il vit sa musique à 100%

Note donnée au disque :