Vous êtes ici › Les groupes / artistes116 › Curves that Kick

16 › Curves that Kick

cd 1 • 12 titres • 40:09 min

  • 1Curves That Kick
  • 2Chum
  • 3Resin
  • 4Sedatives
  • 5Grandpa's Chair
  • 6Astroglide
  • 7Nova
  • 8Amish
  • 9Mr Mouse
  • 10Joe The Cat
  • 11Hate
  • 12Doorprize

line up

Chris Goebel (Cris Jerue) (voix), Bobby Ferry (guitare), Mike Morris (basse), Jason Corley (batterie)

remarques

La seconde pochette est celle de la réédition Relapse de 2010 (la version que je possède)

chronique

"Des courbes qui foutent des coups de pied"... Même si c'est d'abord lié à la pochette originale, cela résume assez bien le feeling du 16 fraîchement démoulé sur le bitume : bien roulé du Rock, mais qui tatane sans retenue avec son Core. Y a plus d'odeurs hostiles à L.A. qu'à New York, c'est net, et le skateboard c'est devenu dangereux, y a une nuque brisée qui guette. Et puis il y a Chris Goebel a.k.a Jerue : dommage en vue... L'histoire ressassée du premier album brouillon c'est pas ici, nan. Y a des fois où les légendes urbaines feraient mieux d'aller en vacances à la campagne. C'est pas brouillon Curves That Kick ! C'est du 16 bien alt-roots, artisanal, voire garagiste. Comme une odeur de garage ouais, si on tend l'oreille on sent même le fioul, prêt à prendre feu à chaque ralentissement de cadence un peu trop prolongé. Bébé 16 a coûté bonbon à Maman, y a qu'à voir la pochette de lui à la naissance et la pochette de lui 17 ans après : ça n'a jamais été léger-léger, tout ça. Curves That Kick encrasse et crisse, Jerue charcle, la six cordes tient tout un bon gros chunk de quartier mal famé dans sa paume crevassée, la quatre cordes c'est quatre câbles de pont suspendu. Cette basse est presque aussi pornographique que sur le premier koRn, une vraie basse noueuse qui n'a pas peur de faire finir leur soupe aux riffs bouillants d'hormones. 16 se sont jamais loupés en fait, jamais un seul album qui serait même juste moyen, leur discographie est un idéal hardcore - parce qu'on veut du hardcore, on veut du hardcore, jusqu'à la mort ! Alors 16 entre chez nous pieds devant, avec une fusion Kyuss & Unsane foutrement bien galbée de la bielle (comment résister à ce premier titre ?) Et très vite tout débourre, sans temps mort, dans une espèce de version hoodie de Helmet, où les accélérations core'n'roll se confondent avec les décélérations doom dans un maelström au bon fumet de grunge chauve et de rouages graisseux. "Grandpa's Chair" est un des morceaux les plus défoulatoires jamais enregistrés de mémoire de nuque dévissée, la fusion Kyunsane repointe sa gueule sur "Astroglide", chutney de clous qui glisse tout seul du lobe à la mauvaise humeur, ça roxibounce ("Joe the Cat"), ça croustizouke ("Doorprize"), on savoure la saccade, le groove, la puissance, c'est grisant, on hoche, on s'esquinte, on savoure, on s'dit qu'il faut jamais perdre une occase de leur rendre hommage à ces gars, jusqu'à ce qu'on en aie la pulpe des doigts massacrée par l'azerty, même si on doit conclure ses éloges sur des formules toutes faites et très tartes. Un petit nombre, mais un grand groupe. Et un gros premier album.

note       Publiée le lundi 22 mars 2021

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Curves that Kick".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Curves that Kick".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Curves that Kick".

Raven › lundi 22 mars 2021 - 17:17 Envoyez un message privé àRaven
avatar

Oui elle claque la pochette de la réed Relapse, pas autant que celle de la compile Scott Case, mais elle claque... Par contre, pour la compresser et la faire tenir dans le petit carré, faut avoir des nerfs d'acier.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 22 mars 2021 - 14:47 Envoyez un message privé àKlarinetthor

ouh la la oui. Mon préféré des hexadéci. Et chouette seconde pochette que j'ignorais, C'est la moche première que j'ai.

Note donnée au disque :