Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAd Nauseam › Imperative Imperceptible Impulse

Ad Nauseam › Imperative Imperceptible Impulse

cd 1 • 6 titres • 58:00 min

  • 1Sub Specie Aeternitatis8:41
  • 2Inexorably Ousted Sente8:45
  • 3Coincidentia Oppositorum12:06
  • 4Imperative Imperceptible Impulse9:45
  • 5Horror Vacui8:45
  • 6Human Interface To No God9:06

line up

Matteo B. (basse), Andrea S. (batterie), Matteo G. (guitare), Andrea P. (guitare, voix, violons)

remarques

Artwork par Vama Marga

chronique

Styles
metal extrême
black metal
death metal
Styles personnels
dzouing dzouing

"Alors la Nausée m'a saisi, je me suis laissé tomber sur la banquette, je ne savais même plus où j'étais ; je voyais tourner lentement les couleurs autour de moi, j'avais envie de vomir. Et voilà : depuis, la Nausée ne m'a pas quitté, elle me tient." C'est un peu l'effet que fait Ad Nauseam, mais aussi, plus généralement, le black metal d’aujourd’hui. Ou le death metal, on ne sait plus trop. Gorguts, Ulcerate, Deathspell Omega, Imperial Triumphant, tout cela finit par devenir un peu obsessionnel et consanguin. Aujourd’hui, c’est la course à la difformité polyrythmique et à l’arpège le plus dissonant, alors qu’on stagne un peu du côté des percées stylistiques majeures. Dans ce contexte, ce qui surnage, ce sont les oeuvres qui poussent le style à un très haut degré de sophistication. Ad Nauseam, vous l’avez peut-être deviné, est sur le créneau tout à fait surchargé de l’overwhelmingly dissonant black death in latinum, aussi appelé brutal yet intellectual post-metal with great bass work. Et ils s’y distinguent. Leur musique, c’est comme leur pochette : on ne sait pas trop où est le haut et le bas, les guitares dessinent des reliefs torturés et baroques entre lesquels la basse sillonne, et l’on est transbordé de cascades dégoulinantes en mers agitées parfois séparées par de brefs séjours lacustres. Avec Imperative Imperceptible Impulse, l’attente était à son comble : le quartet italien allait-il faire un pas de côté après un premier bon disque qui sentait un peu trop la sueur et le travail ? Car ces gars transpirent d’admiration pour les ténors du genre, et ils ont bien raison… mais l’odeur écoeure un peu. Eh bien, malgré l’accueil de roi que réserve à ce disque la presse spécialisée, j’ai envie de dire qu’Ad Nauseam déçoit et ravit en même temps. Ravit car il fait un pas de côté, mais déçoit car il n’en fait qu’un seul. Sa rifferie bordélique hérissée de crissements métalliques reste fortement imprégnée de Gorguts and co., mais, de plus en plus souvent, le groupe se rapproche de l’acquisition d’une personnalité musicale. Comme sur ce fabuleux moment du premier titre où la christian-boucherie s’interrompt soudain pour laisser place à une maléfique boucle percussive… Globalement, le groupe pousse plus loin que n’importe quel leader du genre le travail sur le rythme, enchaînant saccades, coupures, changements de tempo à toute berzingue, avec effet nauséeux garanti. C’est ce côté « black mathcore » qui fait indéniablement l’originalité de ce disque, et disons-le, son haut potentiel de jouissance auditive. Si l’ambiance ne dépare pas trop par rapport aux standards du genre (apocalypse, dystopie, etc.), elle est remarquablement maîtrisée. Quant aux parties plus calmes, dans le style jazzy du DSO de Fas (mais autrement moins chiadées), elles sont tout à fait en-dessous de ce qu’on pourrait attendre d’Ad Nauseam, surtout au milieu d’« Inexorably Ousted Sente » ou sur l’outro franchement paresseuse de « Humane Interface to no God ». Ad Nauseam régale, mais il ne s’est pas encore tout à fait émancipé de ses références ni délesté de certaines facilités malvenues. En dépit de ses faiblesses, on peut considérer ce petit bijou noir comme un des sommets de ce que le raffinement du black/death contemporain est capable de produire.

note       Publiée le samedi 20 mars 2021

Dans le même esprit, Ntnmrn vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Imperative Imperceptible Impulse".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Imperative Imperceptible Impulse".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Imperative Imperceptible Impulse".

saïmone › samedi 20 mars 2021 - 22:27 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

La grande force de cet album, c'est qu'il se détache très nettement des 4 reco, qui déjà entre eux n'ont que peu de choses à voir. Ad Nauseam se rapproche à mon goût de la musique contemporaine (genre, ultra, les absurderies de Cendo et ompagnie), là où Imperial jazz, Deathspell noise rock, Gorguts prog, etc...

Note donnée au disque :