Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDelirium Mask › Acto I

Delirium Mask › Acto I

téléchargement internet • 6 titres

  • 1La culpa
  • 2Ofelia
  • 3Candado negro
  • 4Dia de ira
  • 5Corazón malévolo
  • 6Presencia

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Angie Succubus (chant), Araignée/Gonzalo Araña (basse, chant), Stillborn (guitare), Katharsis (batterie)

remarques

https://deliriummask.bandcamp.com/

chronique

Acte 1, celui d’une pièce au parfum âpre, aux teintes de garra de león (rouge sang en traduction européenne). A son écoute, on comprend bien pourquoi l'album ‘Entes’ est un disque aussi fort. Rien qui ne soit tombé du ciel, du travail (y compris visuellement avec des clips soignés), de la créativité, de la sincérité, tous les éléments sont déjà en place sur cet EP. Les ingrédients de base ne sont pas si complexes, une énergie punk, une aura sombre et des musiciens en pleine possession de leurs instruments, le secret de la recette, c’est la manière de les arranger. Du punk, Delirium Mask ont retenu l’art de ne pas faire durer trop les morceaux: autour des trois minutes. Leur patte, c’est de tirer le maximum de ce temps ‘imparti’; on a parfois l’impression que les compositions durent le double non pour cause d’ennui mais parce qu’elles sont riches en rebondissements: cassures, accélérations, riffs changeants, sans démonstration technique stérile mais en servant à la fois la mélodie et l’atmosphère. Epaulé par un bon mixage et une production efficace permettant à chaque partie de tirer son épingle dans le rendu global, le disque s’écoute tout seul, sans temps mort. On reconnaît aisément les sonorités propres au style mais le combo pimente chaque chanson de trouvailles irrésistibles (le riff assassin de ‘Ofelia’, l’intro religieuse de ‘Día de ira’, la rage quasi horror punk de ‘Candado negro’, le ton nuancé, nocturne, de ‘Presencia’…). Pour le reste, ça s’appelle le savoir-faire, le chant de Angie est irrésistible (sans singer Siouxsie), les effets de répons entre elle et Gonzalo le bassiste cartonnent, la rythmique plombe l’arrière-fond sans relâche, la guitare crache ses riffs comme un dragon en rut, entre noirceur grinçante et électricité punk. Tandis que dans le genre, l’Europe traîne la patte, le salut semble venir de plus en plus d’Amérique du Sud. Ne reste qu'à prier que cet EP soit un jour disponible sous nos latitudes sous forme physique...

note       Publiée le jeudi 18 mars 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Acto I".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Acto I".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Acto I".