Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLMark Lanegan › Somebody's Knocking

Mark Lanegan › Somebody's Knocking

cd 1 • 14 titres • 56:55 min

  • 1Disbelief Suspension
  • 2Letter Never Sent
  • 3Night Flight To Kabul
  • 4Dark Disco Jag
  • 5Gazing From The Shore
  • 6Stitch It Up
  • 7Playing Nero
  • 8Penthouse High
  • 9Paper Hat
  • 10Name And Number
  • 11War Horse
  • 12Radio Silence
  • 13She Loved You
  • 14Two Bells Ringing At Once

enregistrement

produit par Alain Johannes

line up

Alain Johannes (guitare, basse, programmation, melodica, percussion, saxophone, synthétiseuer, chœurs), Mark Lanegan (chant), Rob Marshall (basse, programmation, guitare, piano, synthétiseur), Sietse von Gorkom (basse, programmation, guitare, mellotron, orgue, percussions, effets, synthétiseur)

Musiciens additionnels : Greg Dulli (guitare, chœurs), Martin Jenkins (programmation, synthétiseur), Martyn LeNoble (basse), Freek Cerutti (basse), Tom Nieuwenhuijs (batterie), Shelley Green (chœurs)

remarques

chronique

Styles
rock
new wave
blues
post punk
Styles personnels
lanegan 'disque bleu' caporal

"Y a pas de mauvais Lanegan." Je sais pas quel imbécile a écrit ça, mais il aurait mieux fait de se faire porter pâle ce jour-là. On sent sur Somebody's Knocking, d'abord la suite des aventures neo-années 80/synth-lanegan de Phantom Radio et Gargoyle, mais aussi ce fumet cold rock à la Iggydiot, sans doute inspiré par son poteau Joshua - et bien sûr le Bubblegum et le Blues Funeral. Et toujours plus de New Order lanéganisé, par ce Mark le cul entre deux ou trois époques, qui laisse traîner ses songes sur les trames electro-pop-rock... Sauf qu'ici la sauce sonne un peu... Moche. Endimanchée. "Letter never sent" est affreuse, on dirait Mark bourré en karaoké (je HAIS ce morceau)... "Night Flight in Kabul", avant que je ne m'y fasse, m'est apparue comme tube-kloug (rien que ce titre, déjà), avec une ligne de basse harponneuse mais un arrière-goût craignos ! Bref c'était pas gagné avec l'apéro première impression, et j'ai été bien emmerdé avec le caractère "croûteux" de cet album au début. Pas tellement le vieux rock d'intro, plouc et marlou à souhait (et même con comme du Plastic Bertrand vu d'ici) ou l'aspect un peu Stephan Eicher de la sélection (j'aime bien Stephan Eicher, y en avait dans la radiocassette quand j'étais petit). Plutôt la raideur et la gaucherie que j'y ressentais, et l'aspect lo-fi forcé, avec la voix de Mark qui avait plus l'air d'une grossière champignonnière à polypes que du gosier tanné dont nous savourions le lent vieillissement. Oh oui, ce Lanegan-là passait toujours de traviole dans mes oreilles... Et puis... Passée ma première impression de Lanegan disgraillon, je m'y suis attaché à cet ingrat-gracieux Somebody's Knocking, notamment grâce aux lignes de basse, à la guitare batcave boucanée de "Dark Disco Jag", ou à cette "War Horse" de pas grand chose, mais apte à squatter ma caboche pendant plusieurs lunes. Et après une accoutumance assez pénible, j'ai savouré un Lanegan démarqué des autres, avec sa fusion retro-rouillée à lui, son mix de touches synthétiques et de sales cordes, vocales comme électriques... Avec son charme plus gourd et rugueux, sans être avare en moments contemplatifs inspirés (le New Order sublimé au blues de "Playing Nero", superbe, la mimi "Paper Hat", ou ce final troublant). Une sorte de Lanegan des docks, vieux loup-garou de mer, corsaire new wave attendant la livraison de mélodies eighties en containers, en clopant dans le brouillard lourd d'un matin d'hiver... "Gazing from the Shore" ? Un Lanegan à la fois mentholé et craspec avec son magnétisme de brigand popfolkblues, plus âpre que Phantom Radio ou Gargoyle. Granuleux. Si quelques passages me semblent toujours en carton, plusieurs me parlent donc désormais pas mal, avec leur côté baroudeur rêveur aux visions hybrides, et certains passeraient à l'aise dans une version alternative de Trainspotting (vous voyez pas Mark prendre la poudre d'escampette avec Renton sur "Penthouse High" ?) embaumant ma chambrée d'une bonne odeur de Lanegan tourbé et fumé. Bref, inutile de tourner autour du pot catalytique : ce vieux filou m'a encore eu, et son carnet de voyage ne manque pas de sel.

note       Publiée le jeudi 18 février 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Somebody's Knocking".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Somebody's Knocking".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Somebody's Knocking".

Raven › samedi 20 février 2021 - 13:29  message privé !
avatar

"Sway now Sister sway"... j'adore ce passage !

"Skeleton Key" : elle est belle oui... Mais pour moi plus encore celle qui suit, "Daylight in the Nocturnal House". Émotions qui renvoient à Whiskey. Enfin on en reparle bientôt.

Note donnée au disque :       
allobroge › vendredi 19 février 2021 - 20:25  message privé !

Un pur délice ce Lanegan, un petit coté Sisters, NO, qui ne peut que faire basculer le corbac du bon coté du 4 !

Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 19 février 2021 - 14:01  message privé !

Et « Skeleton Key » 7/6 ?

Raven › vendredi 19 février 2021 - 11:05  message privé !
avatar

Je ne sais pas si le dernier remonte tant que ça la barre, celui-ci propose un truc plus original et Straight est plus classicos-Lanegan, c'est autre chose niveau ambiance - il regarde surtout en arrière (logiquement) - mais je reste encore indécis entre 4 et 5, comme je l'étais pour Phantom Lo...Radio. Bleed all over c'est 6/6, par contre !

Note donnée au disque :       
torquemada › jeudi 18 février 2021 - 23:38  message privé !

Probablement son album solo qui m’accroche le moins, heureusement le suivant remonte bien la barre. Sans parler du bouquin qui va avec, indispensable !