Vous êtes ici › Les groupes / artistesMKan Mikami › Hiraku yume nado aru ja nashi

Kan Mikami › Hiraku yume nado aru ja nashi

lp • 15 titres • 49:34 min

  • 1Anata mo sutā ni nareru2:30
  • 2Hibike denkigama!!3:42
  • 3Chikan ni natta shōnen3:23
  • 4Mata no shita o tōrisugiruto sokowa akai umi datta2:15
  • 5Pantisutokkingu no yōna sora3:19
  • 6Hitori no on'na no fināre2:39
  • 7Shōwa no daikiga yokokuhen2:22
  • 8Dare o urameba iinodegozaimasuka3:48
  • 9Yume wa yoru hiraku5:03
  • 10Kokyo e kaettara3:13
  • 11Kigurui2:59
  • 12Yonaka no niji2:58
  • 13Goshogawara no hibi5:26
  • 14Aomori-ken Kitatsugaru-gun Tōkyō-mura2:49
  • 15Sōshiki3:08

enregistrement

Enregistré à Aoi Studio.

line up

Kan Mikami (guitare, voix)

remarques

chronique

Styles
folk
progressif
rock
Styles personnels
enka-punk

Le poète Mikami se voit mal rendre des comptes aux professionnels de l’industrie du disque. Il joue donc sur deux tableaux en rejoignant la clique d’URC (Underground Record Club), considéré comme le premier label indépendant du Japon. Cet album studio chez eux est une claque du troisième type. La vomissure enka, fiel punkoïde, se mélange cette fois dans un bouillon rock assuré par un groupe anonyme, avec pour tête pensante le claviériste Hiro Yanagida, chantre du prog sauce nippone crédité sous alias, comme un secret bien gardé. La texture saturée et la structure carrée ont tout pour séduire les moins avertis : ça balance du cuiseur de riz à coups de riffs sur les immondes vers de terre que nous sommes. Indice sur une passion pour la bouffe, qu’on retrouvera partout dans les textes à venir. Kan est en pétard du début jusqu’à la fin, on le sent. La déesse Kannon est transformée en belle-mère, le dialecte tsugaru est éructé en fin de procession funéraire à ceux qui pourront le comprendre – disons pas grand monde. Pavé dans la mare, insulte directe jetée comme un mégot de cigarette qu’on écrase avec le talon. À ce niveau-là, c’est presque du sabotage de carrière. L’ombre enka, mal définie, est expulsée du corps de Kan comme du mauvais sang. Au-delà du côté entraînant et quasi immédiat des instrus à l’occidentale, c’est toute l’ambivalence de Mikami qui pourrait tenir dans ce disque. « Hiraku yume nado aru ja nashi » (titre chopé d’un vers de son tube ultime) amalgame en sous-texte un concept très nippon, celui du wabi-sabi. La solitude et la mélancolie se mêlent à la salissure et à la décrépitude de l’interprète, dans une disposition mentale proche du bouddhisme. Disons plutôt ici, proche d’un culte sectaire, Soka Gakkai/Nichiren, d’abord rejeté, puis embrassé parce qu’il justifie tous les excès, et qu’il définit le chanteur folk et autres parias en prêtres dispensant une salvation cradingue. Célébration du beat zen ? Et ça déroule. Malheureusement, il n’existe aucun enregistrement live de ce groupe rock éphémère. Le seul défaut du disque reste sa qualité de prise de son ; URC n’a pas les moyens de Columbia, et les bandes donnent l’impression d’avoir été masterisées dans un coquillage marin. La même année, un autre disque viendra partiellement remédier à ce problème.

note       Publiée le vendredi 26 février 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hiraku yume nado aru ja nashi".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hiraku yume nado aru ja nashi".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hiraku yume nado aru ja nashi".

DukeOfPrunes › samedi 20 mars 2021 - 19:20 Envoyez un message privé àDukeOfPrunes
avatar

Et il reste encore de belles découvertes à faire… Son début de carrière aux styles éclatés fait penser à Colette Magny (moins le mordant politique). Dès 1990, il développe d'ailleurs un style blues bien à lui. On y arrive bientôt dans les chros sur Guts. :)

Note donnée au disque :       
Cera › samedi 20 mars 2021 - 18:00 Envoyez un message privé àCera

Oui, j'ai poursuivi la découverte de Kan via youtube, avec son 1er "Mikami Kan no Sekai", et "Bang!". Gros potentiel pour que cet artiste capte mon attention quelques temps...

Note donnée au disque :       
DukeOfPrunes › samedi 20 mars 2021 - 16:07 Envoyez un message privé àDukeOfPrunes
avatar

Le genre de comm' qui fait du bien ! Merci. C'est une bonne porte d'entrée dans l'univers de Kan. Pour ceux qui cherchent où écouter l'album, on le trouve sur le Tube : https://youtu.be/_RpKdKB-VAY

Note donnée au disque :       
Cera › samedi 20 mars 2021 - 12:11 Envoyez un message privé àCera

C est pour ce type de découverte que je continue de passer régulièrement sur Guts! Cet album est aussi surprenant que facile d accès.

Note donnée au disque :