Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBirds Of Prey › The Hellpreacher

Birds Of Prey › The Hellpreacher

cd 1 • 11 titres • 41:06 min

  • 1Momma
  • 2Juvie
  • 3As The Field Mice Play
  • 4Tempt The Disciples
  • 5Taking On Our Winter Blood
  • 6The Exavation
  • 7Blind Faith
  • 8False Phrophet
  • 9The Owl Closes In
  • 10The Warriors Of Mud.....The Hellfighters
  • 11Giving Up The Ghost

line up

Dave Witte (batterie), Ben Hogg (chant), Erik Larson (guitare), Bo Leslie (guitare), Summer Welch (basse)

remarques

chronique

The Hellpreacher ronfle depuis si longtemps dans un coin poussiéreux de mon étagère, banal gros bestiau dans sa soue, fond de gamelle relapsien du fond des années 2000 dont n'ai plus ausculté le groin depuis si longtemps. Banal comme ce super-groupe récréatif, anonymo-bourrin, comme ces stickers du label à cheval sur le boîtier cristal, et ces étiquettes-valises du style "deathcore". Je m'attendais à me faire chier en le ressortant... Et puis en fait non, il s'est laissé réécouter comme le précédent, le speech en intro m'a dit "laisse-toi bringuebaler jusqu'au speech en outro", et tout à débourré tranquille à la suite. Les mots-choc du sticker c'était quoi déjà ? Embourbé ? Bourbonné ? Con ? Sanguin ? Vocabulaire de rigueur pour un album ultra-cliché mais efficace, dans le metal rural brutal. Qui servira pas à grand chose si vous possédez déjà Sulfur & Semen, ou ce qu'il vous plaît d'Entombed, d'Unsane, de Soilent Green, de Slipknot, de Hatebreed (je namedroppe comme leurs stickers)... The Hellpreacher ça sert à rien comme un remake stéroïdé de Massacre à la tronçonneuse par Michael Bay, avec son Leatherface plus costaud, son ambiance plus professionnellement crasseuse, sa Stihl plus longue, et ses membres coupés à plus haute cadence. Histoire vue et revue, on en bâille aux vautours. Et c'est là où les critiques fusent, venant du public décès-metal, avec des arguments semblables à "pfff c'est trop prévisible" pour un slasher. J'me fous du scénar : envoie la barbaque. Traîne-moi sur ce chemin caillouteux. Mets-moi ta grange qui grince au milieu de nulle part, et tes grosses lames qui se balancent dans tous les sens à l'intérieur. Vas-y, Oiseau de Proie, montre-moi c'que t'as dans l'nid. Tibias ? Fémurs ? Péronés ? T'as pas d'idées ? Lance ton hurlement gras sur le menu bétail. T'as pas de concept ? Étale du bon death'n'roll au poil dru et enfourne ça dans le four à souffrance. Vas-y, Beurdou ! Grogne-moi quelques visions fiévreuses et goulues, du type Depardieu faisant des bisous à un cochon de lait avant de l'enduire de miel et de l'embrocher... Pas mal c'te pochette "Queen II meets Stalaggh", Beurd', moins oubliable que tous ces artworks dark-plastoc de série issus du catalogue Relapse, sa texture colle assez bien à ton son tout-terrain. Relaxant... On posera des pêches comac en écoutant The Hellpreacher, qui seront toutes très bien calibrées. Même si elles laisseront pas plus de traces que ce skeud. Car y a un côté un peu pro-propre, comme évoqué plus haut, dans la finition "bande-son de banc d'essai de pick-up", dans ce gros deathcore bouffant du gros stoner à gros riffs bien agrippeurs ("Juvie", "Tempt The Disciples", "Blind Faith"), dans ces mots parlés "coolywood" ajoutés ici et là pour la petite touche serial killer laidback, rappelant aussi que les Birds of Prey ils font ça pépères, comme un barbeuk entre copains. Tout ce qu'on pourrait reprocher à The Hellpreacher en somme : n'être qu'un album de metal extrême gavé au groove parmi mille autres, sans autre prétention. Ce serait un peu vache... Et comme c'est à peu près le seul mammifère environnant que le vocaliste doit pouvoir emmancher quand il a besoin de se détendre, ça fait une transition et une conclusion toutes trouvées, sans finesse mais en douceur.

note       Publiée le mardi 2 février 2021

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Hellpreacher".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Hellpreacher".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Hellpreacher".