Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNosferatu › Prince of darkness

Nosferatu › Prince of darkness

cd • 10 titres

  • 1Eye of the watcher
  • 2Ravage
  • 3Uninvited guest
  • 4The haunting (main mix)
  • 5Into the night
  • 6The passing
  • 7Graveyrad shift
  • 8The passing (swamp mix)
  • 9The hunger
  • 10Invocation

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

The House in the Woods, Bletchingley, Surrey, Royaume-Uni.

line up

Dominic LaVey (chant), Damien DeVille (guitares, clavier, programmation), Dante Savarelle (basse)

remarques

chronique

Il était un jour trois petits cercueils qui se faisaient grave chier chez eux au magasin de pompes funèbres; du coup, ils décidèrent de se mettre debout sur leurs petites pattes de cercueil et d’aller faire un tour en ville. En arrivant à la gare, ils eurent l’idée d’immortaliser l’escapade en passant par le photomaton…Mais ces foutues machines ne sont bien entendues pas désignées pour les cercueils, les pauvres durent alors se rabattent auprès d’un passant charitable qui eut pitié. Le quidam étant un proche de musiciens ayant constitué un petit orchestre de musique sombre du nom d’un vampire célèbre, il leur proposa le cliché (traitreusement dissimulé dans sa carte mémoire, une des premières du genre à l’époque, sans se soucier d’une quelconque histoire de copyright ni de l'avis des trois cercueils). Désolé mais il faut bien animer un peu la chronique puisque la musique n’y suffit pas. On se taira sur la petite intro instrumentale, le groupe nous fait le coup à chaque fois, c’est plaisant mais anecdotique. Ah oui, il y a eu du nouveau, Damian DeVille a fait du ménage (ou c’est les autres qui se sont barrés, on s’en fout). Nouveau bassiste, nouveau chanteur. Le petit nouveau a un timbre totalement lambda mais nettement plus obscur et qui du coup sied mieux aux ambitions du trio. On a fait du shopping également au magasin de musique pour investir dans une nouvelle boîte plus claquante et moins cheap. Le souci, c’est que ça ne change rien à la donne, on l’impression d’écouter ‘Rise’ l’inspiration mélodique en moins (si, la production est moins froide, plus organique). Je ne m’acharnerai pas sur Dominic LaVey, chant lambda mais il fait le taf, c’est juste que niveau compo, c’est fort peu inspiré une fois encore…Les plans sont connus et hyper convenus par rapport au genre mais, plus grave, par rapport au groupe lui-même. Trois ans, trois albums, trois chanteurs différents, deux bassistes, l’unique membre demeurant le guitariste. On vous fait un dessin ? DeVille tourne sur les même techniques d’écriture depuis le premier album et si les mélodies faisaient clairement illusion au départ, elle s’est dissipée dès le second opus. Il y a bien un ou deux moment de plaisir sincère (les bons ‘The passing’ et ‘Graveyard shift’, éventuellement ‘Invocation’) mais ils auraient pu être écrits par n’importe quelle formation de la vague britannique des 90’s et ne suffisent clairement pas à insuffler du sang frais au cd. Du moins, l’atmosphère renoue-t-elle avec un aspect obscur plus en adéquation avec les aspirations de Nösferätü. Les taphophiles en papier mâché lèveront donc un sourcil curieux avant de le baisser et vaquer à leurs occupations. Même plus des seconds mais des troisièmes couteaux…L’ironie suprême ? Des crucifixs sur les couvercles du cercueil et la photo des membres dans un miroir dans le livret. Petits joueurs !

note       Publiée le dimanche 31 janvier 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Prince of darkness".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Prince of darkness".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Prince of darkness".