Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHirax › Raging Violence

Hirax › Raging Violence

cd • 14 titres • 30:50 min

  • 1Demons-Evil Forces
  • 2Blitzkrieg Air Attack
  • 3Guardian Protector
  • 4Bombs Of Death
  • 5Defeat Of Amalek
  • 6Raging Violence
  • 7Call Of The Gods
  • 8Warlords Command
  • 9Suicide
  • 10Executed
  • 11The Gauntlet
  • 12Destruction And Terror
  • 13Destroy
  • 14Bloodbath

line up

Katon W. De Pena (chant), Scott Owen (guitare), Gary Monardo (basse), John Tabares (batterie)

remarques

chronique

Depuis que fut établie l'existence de la chauvitude - la calvitie en plus extrême, quand le crâne est tellement lisse qu'on se voit dedans - on savait qu'un œuf pouvait avoir un visage et des émotions, et même grogner des trucs quand il n'est pas content, un peu comme un bébé qui n'a pas fait son rot. Grâce à Hirax, on sait qu'un œuf doté d'un visage peut subir une attaque, et s'en défendre en hurlant à ses assaillants d'aller se faire cuire un... Oh ! Mais attendez... Ce sont des chevelus les californiens de Hirax, non ? Si je tends l'oreille je perçois des coupes mulet, je le jurerais ! Et ils sont furax ! Furax comme Anthrax un an avant quand ils déboulèrent tous poings cloutés dehors. Le mec au micro fait la différence avec la concurrence : un fan de Dio qui chante comme une casserole. Mais en téflon qui s'effrite la casserole, hein, attention : voix cancérigène si écoute prolongée. Qu'on se bidonne ou pas sous ses assaults aigus, il faut admettre que ce Katon DePena est aussi particulier que Sean Killian de Vio-lence, dans le genre anomalie vocale magnétique. Il a même quelque chose de doom. Et s'il est bien mis en avant, dès l'intro a capella (assez sensass') et jusqu'à l'outro façon L'Exorciste, c'est aussi parce qu'il est un peu la seule spécificité de Hirax... Les œufs sont brouillés, et pas qu'un peu : Hirax gesticule nonstop, fulmine en tous sens, semblant se foutre de toute cohésion tant que ça balance du riff et du solo déjà entendu mille fois mais en rafales serrées. Y a du potentiel comme on dit, et même une densité de riffs et de solos assez monstrueuse ; mais ce thrash éthylo-tracté mouline un peu à vide, à part à de rares occasions comme "Call of the Gods". Y a le riff qui tue et le riff qui tue pas : c'est un principe élémentaire de l'univers, que les chroniques n'exprimeront jamais vraiment. Raging Violence est donc une tambouille metal énergico-informe aux grumeaux inégaux (la basse fait du bien quand elle montre son groin), Hirax zigzaguant sans cesse du heavy traditionnel au thrash cradingue voire au crossover, sans que le bousin ne tienne par autre chose que Katon... C'est un peu du free-thrash. Rien de médiocre, mais comme avec Destruction difficile d'écouter ça sans se demander toutes les trente secondes où qu'elle est le cucul où qu'il est la têtête, et si dans le fond notre vie n'est pas un peu merdique puisqu'on en est arrivé là. Probablement que si, mais c'est pas la faute à Hirax. Restera donc la fluorescence malade du glapissement katonien, et cette pochette rigoureusement extra-ordinaire - une de celles qui m'auront le plus interloqué, tous genres confondus.

note       Publiée le lundi 25 janvier 2021

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Raging Violence" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Raging Violence".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Raging Violence".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Raging Violence".

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Juste une boule au-dessus pour moi, si on parle des deux premiers, et si je suis d'humeur à recevoir leur "Vivaldi thrash" , pour citer Zugal.

Note donnée au disque :       
Richter Envoyez un message privé àRichter

J'ai cet album en LP. Je le ressors pour l'occasion. Sympathique album mais sans plus. La voix de Katon est à la fois cool et complètement horripilante. Il chante un peu toujours de la même façon. Par contre Destruction c'est quand même 2 degrés au dessus d'Hirax.

Note donnée au disque :