Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSofia Run › The dignity of folly

Sofia Run › The dignity of folly

cd • 10 titres

  • 1Toy
  • 2Welcome
  • 3Angels, etc
  • 4Harmonics
  • 514 part
  • 6Room 21
  • 7Nothing lost
  • 8Fatal mist
  • 9Never
  • 10Run take go

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Denny Daniel (chant, guitare, basse), Bernadette Mc Callion (chant, clavier, guitare), Joe (batterie, percussions, violon), Chris (basse)

remarques

chronique

Pouvoir de la persuasion inconsciente…Une femme sur la couverture, un nom avec des consonances féminines et me voilà persuadé que Sofia Run est un groupe à chanteuse. Non, pour le coup, c’est bien une mâle voix qui nous entraîne même si la formation compte en ses rangs une claviériste qui pousse la chansonnette de temps à autre. Ce n’est d’ailleurs pas l’unique point déstabilisant de ces Américains, il y a aussi leur style. Si la première pièce laisserait à envisager un aspect un peu éthéré typique du label Projekt, la suite dément. Il y a une approche assez roots de la production (on croirait volontiers que le combo se fait enregistrer dans on local avec du matos de haute qualité). Sofia Run ont souvent été classés comme goths et il y a effectivement de ça, version old school (‘Room 21’) qui a écouté beaucoup Current 93 à leurs débuts, avec une touche indie pop électrique. Pas aisé à catégoriser surtout quand le groupe en s’amusant à varier les structures à l’intérieur d’un titre en accélérant, changeant de tempo, plaçant un mini pont. Le chant n’est pas sombre mais il dégage un feeling inquiet, blessé peut-être même parfois (‘Nothing lost’), la batterie oscille entre roulements inquiétants et frappe claquante, franche, et si le groupe ne cède jamais totalement aux sirènes de la chanson purement acoustique, il s’en approche volontiers pour en détailler l’anatomie (‘Fatal mist’). Cette musique m’évoque aussi des échos de compatriotes, Human Drama, comme si ‘The dignity of folly’ constituait la chaînon manquant entre ‘Feel’ et ‘The world inside’. Il serait facile d’y déceler aussi des touches de cold wave et pourquoi pas après tout ? Ce n’est pas le début de ‘Never’ exprimerait le contraire. Il se dégage de ces compositions une forme de maladresse sublime comme une version musicale du ‘clochard céleste’ de Kerouac, une forme de créativité débridée, surprenante, spontanée, très cohérente en fait (le bon ‘Run take go’). Voilà bien deux ans que je songe à pondre cette chronique et pourtant, malgré les écoutes, je ne suis toujours pas réellement plus avancé quant aux sentiments que je ressens sur cet énigmatique album. Pas un OVNI mais une météorite peut-être bien…3,5/6

note       Publiée le lundi 18 janvier 2021

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The dignity of folly".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The dignity of folly".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The dignity of folly".