Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrey Waters › Below The Ever Setting Sun

Grey Waters › Below The Ever Setting Sun

cd 1 • 5 titres • 21:53 min

  • 1Prelude0:40
  • 2Say Goodbye4:17
  • 3Below The Ever Setting Sun5:27
  • 4The Truth In Your Eyes6:09
  • 5Broken5:05

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Enregistré au SLS Studios Winter en 2009, produit par LT et Grey Waters.

line up

D. (guitare, basse), Tim (batterie, voix, claviers)

remarques

chronique

Styles
metal
rock alternatif
shoegaze
Styles personnels
depressive and suicidal shoegaze rock

Après le split d'Austere, le batteur et chanteur Sorrow alias Tim Yatras est allé former avec D. de Woods of Desolation ce petit side-project commun, qui n’aura duré que le temps de cet EP. Je le considère personnellement comme une version « pop-rock » du DSBM d’Austere. Il s’agit d’une espèce de shoegaze rock, volontiers dansant, joué sur une production très « métalleuse », quasiment la même que sur To Lay Like Old Ashes (qui annonçait d’ailleurs cet EP dans ses parties de chant clair). La batterie est massive, sèche, dandinante ; les guitares sont lourdes et bombardent de riffs emo à relents black metal ; les synthés, très présents comme chez Austere, rajoutent une couche d’émotion dans les moments forts. Sans ces synthés, ça serait un peu comme si Drudkh se mettait à la pop (ah oui, c’est vrai, ils l’ont fait sur Handful of Stars, mais ça n’a pas plu à tout le monde — enfin, moi si). Comme si Lifelover s’offrait une puissance sonore surdimensionnée pour jouer du pop-rock à chant mielleux tirant sur le shoegaze. Comme si le Katatonia de Discouraged Ones se réveillait un peu pour donner dans le lyrisme orchestral. Grey Waters ouvre le bal sur le riff sautillant de « Say Goodbye », et la courte durée de cette unique sortie permet d’enfiler les titres sans jamais perdre en intensité ni en qualité. S’il fallait n’en garder qu’un, « The Truth in Your Eyes » est un véritable crève-coeur avec sa ritournelle grandiose sur une terrible descente d’accords DSBM, allez écouter, c’est le meilleur morceau. Quelques petits hurlements sont opportunément glissés ici et là pour rappeler d’où ça vient et à qui ça s’adresse, des crânes plus ou moins chevelus qui abritent des tempêtes sentimentales. C’est beau, c’est classieux, c’est plein de belles envolées, de choeurs, de cordes, c’est injustement passé sous le tapis, mais c’est une digne suite donnée au DSBM d'Austere. Pour mémoire !

note       Publiée le vendredi 15 janvier 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Below The Ever Setting Sun".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Below The Ever Setting Sun".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Below The Ever Setting Sun".

cantusbestiae › vendredi 22 janvier 2021 - 10:22 Envoyez un message privé àcantusbestiae

Habituellement hermétique à ce type de musique, je dois admettre avoir été agréablement surpris, je m'écoute cet EP tous les jours depuis que je l'ai découvert sur guts. Musicalement irréprochable, il faut juste se faire à la voix et désormais ça passe tout seul.