Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlood Incantation › Starspawn

Blood Incantation › Starspawn

cd • 5 titres • 35:06 min

  • 1Vitrification of Blood (Part 1)13:38
  • 2Chaoplasm05:43
  • 3Hidden Species (Vitrification of Blood Part 2)06:57
  • 4Meticulous Soul Devourment04:20
  • 5Starspawn04:28

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé par Pete DeBoer au World Famous Studio (Denver, Colorado, Etats-Unis), janvier 2016.

line up

Jeff Barrett (basse), Morris Kolontyrsky (guitare), Paul Riedl (guitare, voix, claviers), Isaac Faulk (batterie)

remarques

Sorti en cd, vinyle, cassette, fichiers numériques. Illustration par Don Dixon.

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
wake up ! it's a dream ! wake up !

A L'HEURE où j'écris, il sera bientôt possible d'avoir sur notre petite fiche policière les goûts et les couleurs, les opinions, les religions et la politique et même les commentaires sur les réseaux sociaux ("internet" en vieux français), c'est le Conseil d'Etat qui est OK. Est-ce que vous aussi sur votre petite fiche, il y aura écrit "aime le death metal, regarde des vidéos japonaises douteuses, achète de la javel sur amazon et écoute des morceaux de death metal, et puis aussi écrit des chroniques qui donneront lieu à un alinéa de plus sur votre petite fiche qui dit aussi que vous regardez l'intégrale de X-Files sur un fournisseur d'accès à des séries en streaming ou encore pire : que vous téléchargez tout ça comme un porc sur un miroir bengali de pirate bay ? Il sera écrit sur la mienne : "aime bien Blood Incantation, les a vu dans un festival alcoolico-satanico-capitalisto-gore en Tchèquie (l'autre pays du DARK OUEBE), et a été subjugué par cette nouvelle vague de death psychique jouée par mon voisin technicien réseau et/ou de surface comme le gars dans Anvil, ce film visionné par Bibi, candidat à l'anormalité, et qui a donc bien apprécié Blood "Colorado" Incantation en concert dans les années 2010 chef, c'est ça ? Je vérifie de suite dans son historique. OH, vous croirez jamais ce que vous allez voir chef : il dit qu'il n'aime pas les vinyles, et en achète quand même ! Et il écoute aussi bandcamp au boulot en faisant semblant de travailler. Il semble se dodeliner à l'instant où je vous parle chef : Starspawn, ce premier album de ce groupe américain donc fondé par votre voisin de palier qui ressemble à Pascal Mulot jeune est un petit chef d'oeuvre de death dit ésotérique chef, comme la femme du surchef mais en plus mystérieux, avec des solos cosmiques qui bercent comme cette drogue qu'ils prennent dans les rêves parties, comme des sauvages qui s'amusent, c'est comme les festival de death metal, cette communion insoutenable entre les notes, la régularité des riffs qui tuent chef, on peut pas le toléré sa non ? ". Alors, autant faire simple et mettre la carte Michelin sur les tables dans le respect des gestes barrières : assumons la plaisanterie jusqu'au bout comme Kundera, à faire de la taule pendant 10 ans juste pour une blague ! On pourra se dire : "j'ai été Résistant moi Monsieur, j'ai écouté du death et d'autres choses encore pire, j'ai écrit dessus, y a des gens qui ont commenté dessus, parfois même certains de ces commentaires été modifiés ! Supprimés ! Parfois même il y avait des erreurs dans les chroniques ! Du mauvais goût ! Des bon goûts ! Des mauvais bons goûts ! Et tout ! Comme dire "petit" chef d'œuvre, alors qu'il pourrait être tout simplement dire Grand Œuvre le Rastignac, il s'est appelé comme ça en 1998 sur un PC de la BU de la fac Gergovia car il se disait "faut un pseudo pour les chats rooms, faut que j'en trouve un, oué l'Auvergnat qui monte à la Capitale comme un enculé, c'est cool ça". J'ai retrouvé l'historique chef, noir sur blanc. Windows 98. Fin. Et, sur les crêtes d'une conclusion qui se fait attendre comme un train annulé depuis deux semaines, voici donc un grand premier album sorti après quelques undergrounderies et un joli split avec Spectral Voice, dans une toute petite discographie, qui prend le temps de prendre le large, et de vous faire planer comme un neuromancien n'en pouvant plus de se gaver de bits et d'électrons, et voulant tout simplement revenir à des plaisirs consacrés, aussi bateaux que de baver en se laisser bercer par ce death metal onirique et complexe et beau, profond et labyrinthique écrit par José, qui n'est pas seulement coquet mais aussi, disons-le, et réhabilitons-le : aussi classe que vous et moi, planté devant nos ordinateurs à faire autre chose qui nous est demandé.

note       Publiée le mardi 5 janvier 2021

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Starspawn".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Starspawn".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Starspawn".

saïmone › mardi 5 janvier 2021 - 11:11  message privé !
avatar

Dès que y'a Spawn dans le nom, de toute façon ! Moins cosmique que le suivant, plus dans les tréfonds des abysses. Plus Starfish que Vision Aveugle, quoi. Génial, quoiqu'il en soit.

Note donnée au disque :