Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMolested Divinity › Unearthing the Void

Molested Divinity › Unearthing the Void

cd • 8 titres • 27:51 min

  • 1Dogmatic Imprecation03:13
  • 2Unearthing the Void03:27
  • 3Antediluvian Anguish03:29
  • 4Molesting the Divine04:55
  • 5Preaching Above the Impenetrable03:19
  • 6Abnegating the Deities03:34
  • 7Chasmic Absorption Through Portals of Dissaray02:58
  • 8Aversive Perpetuity02:56

extraits vidéo

informations

Enregistré, mixé and masterisé par Ozan Yıldırım au Deadhouse Studio, Ankara, Turquie.

Sorti en cd, fichiers numériques. Illustration par Juanjo Castellano.

line up

Berk Köktürk (batterie), Emre Üren (guitare), Batu Çetin (voix), Cihan Akün (basse)

Musiciens additionnels : Erkin Öztürk (voix [2],[6])

chronique

Grouik ou pas grouik ? Telle est la question. C'est que je me demandais l'autre jour quand j'écoutais ce disque depuis l'autre bout de la maison : je n'entendais plus que les éructations porcines du chanteur. Faut pas croire ! Il y a une certaine variation, il y a... un rythme, une scansion. Quand le grouik devient mélodie, quand il devient tam tams et tambours, le plaisir inavouable, inavoué de s'écouter du brutal death pendant des heures étale sa toute puissance érectile. Qu'il soit plutôt "technique" ou plutôt "gore" (ici, c'est plutôt "technique"), qu'il ait une pochette orange violet de synthèse brevetée Nuclear Blast ou un morceau de tripes coloriées au crayola par Djérard Ze Funeral Illusträtör (ici c'est plutôt zorange), le grouik metal tel que celui produit depuis dix ans par le label américain New Standard Elite saura vous abreuver de gammes virevoltantes et de clins d’œil permanents à la musique la plus enivrante sortie des méga orchestres symphoniques interprétant les Romantiques les plus passionnés. Car à force je n'entends plus que le Vol du bourdon, la Symphonie fantastique, Une nuit sur le Mont Chauve, du Sibelius, du Wagner, du Beethoven dans ces brutalités insensées qui devaient à l'origine représenter le plus violent de la violence, et qui aujourd'hui sont disséquées comme des exemples répétés d'expériences sonores quasiment abstraites tellement elles ne font que démontrer des capacités : capacité à blaster comme un dingue, à jouer le plus rapidement possible des riffs à quinze doigts ou bien grouiker de la manière la plus profonde possible. Malgré ces points que certains en moi trouveraient rédhibitoire, d'autres y voient comme un cocon, une sorte de permanence, on se rassure à y retrouver ce qu'on a l'habitude de sentir et entendre. C'est un peu comme un bon cassoulet (ou un bon baklava en l’occurrence): ça ne plait pas à tout le monde certes, mais quand on fait partie des amateurs, on trouve cela goûtu, on s'extasie, que ce soit la première fois qu'on se l'enfourne ou la 150e !

note       Publiée le vendredi 11 décembre 2020

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Unearthing the Void" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Unearthing the Void".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Unearthing the Void".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Unearthing the Void".

    blood Envoyez un message privé àblood

    Bah oui, gruik si tu veux, mais comme très souvent avec des groupes évoluant dans ce style de brutal death, je trouve que la voix n'apporte absolument rien, voire empêche d'apprécier le travail des instruments. Là, c'est pareil : musicalement, ça le fait plutôt, avec notamment une bonne présence de la basse, mais la quasi-omniprésence de la voix finit par m'emmerder, même si elle n'est pas désagréable en elle-même. L'album a beau ne faire que 28 minutes, j'ai un peu de mal à aller au bout.

    Note donnée au disque :       
    Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
    avatar

    gruik?

    Note donnée au disque :       
    blood Envoyez un message privé àblood

    Pour du New Standard Elite, c'est pas trop mal. Ils ont sorti bien pire. Mais ce qui serait bien, ça serait que le chanteur FERME SA GUEULE une fois de temps en temps !

    Note donnée au disque :