Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDetoxi › First flesh

Detoxi › First flesh

cd • 10 titres

  • 1Grey lines
  • 2Modus Operandi
  • 3Death of a nation
  • 4Cult culture
  • 5Shapeshifter
  • 6Black square
  • 7Crooked smile
  • 8Masks
  • 9Lesser retreat
  • 10Nonsense

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

The Captain's Quarters, Californie, USA.

line up

Derek Jenings (chant, guitare), Oscar Estrada (basse), John Crerar (batterie), Matt Barks (clavier)

remarques

https://detoxi.bandcamp.com/

chronique

Une nation s’est éteinte, longue vie à cette chair nouvelle née de la putréfaction d’un monde à l’agonie réincarnée dans un modèle guère plus reluisant…Et si la noirceur conquérante de Detoxi était l’antidote à sa grisaille polluée ? Armés de guitares incisives, d’une rythmique galopante et d’un synthé glacé en guise de givre, nos maintenant quatre Américains s’y entendent pour écrire des morceaux percutants aux mélodies assassines. Il y a quelque chose de punk dans leur rage, ce feeling typique de la transition de la fin des 70’s vers le début des 80’s quand la noirceur existentielle a commencé à l’emporter sur l’énergie purement électrique. Est-ce la production ? La musique est enveloppée d’un halo post-apocalyptique, comme si l’arrière-scène était vide ou en ruines. L’apport du clavier par rapport à la première K7 se traduit par une atmosphère encore plus travaillée, parfait écran pour le chant de Derek Jennings dont le timbre particulier évoque la fougue présente chez UK Decay ou Theatre of Hate. On retrouve bien entendu les cinq excellentes chansons de ‘Death of nation’ dans des versions enrichies quant aux orchestrations avec cinq nouvelles compositions non moins bonnes. Le mixage permet à chaque instrument d’occuper l’espace qui lui est dû dans une trame aux atmosphères barbaresques, comme pour un ‘Mad Max’ low budget version urbaine. A l’instar de nombre de groupes du style, les morceaux de Detoxi évoquent la société et sa décadence, les rues et leur violence bien plus que des boudoirs dédiés à Satan. Les sonorités y contribuent beaucoup forcément, de même que le chant et sa manière de se placer (écoutez le refrain de ‘Black square’, l’aspect limite flamboyant de celui de ‘Crooked smile’, ‘Masks'). Detoxi font partie de ces formations capables d’écrire la B.O. de la destruction d’un monde mais aptes dans le même temps à donner le courage d’en bâtir un autre, meilleur: ’The seasons are changing and my love for this world is fading’…

note       Publiée le mardi 24 novembre 2020

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "First flesh".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "First flesh".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "First flesh".