Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImperial Triumphant › Alphaville

Imperial Triumphant › Alphaville

cd • 9 titres • 59:19 min

  • 1Rotted Futures05:59
  • 2Excelsior05:52
  • 3City Swine06:56
  • 4Atomic Age08:43
  • 5Transmission to Mercury06:41
  • 6Alphaville08:10
  • 7The Greater Good07:22
  • 8Experiment04:48 [Reprise de Voivod]
  • 9Happy Home04:48 [Reprise de The Residents]

enregistrement

Enregistré à Menegroth / The Thousand Caves, New York City, New York, Etats-Unis, 2019. Piano et trombone enregistrés à GB's Juke Joint. Masterisé par Colin Marston et Trey Spruance. Mixé par Colin Marston. Produit par Colin Marston, Imperial Triumphant et Trey Spruance.

line up

Zachary Ezrin (voix, guitare, orchestrations), Kenny Grohowski (batterie), Steve Blanco (basse, claviers, piano, voix)

Musiciens additionnels : Colin Marston (guitare), Tomas Haake (taiko), Yoshiko Ohara (chœurs), R.K. Halvørson (chœurs) Sarai Chrzanowski (chœurs), Andromeda Anarchia (chœurs), J. Walter Hawkes (trombone), Phlegeton (voix)

remarques

Illustration par Zbigniew Bielak. Sorti en cd, vinyle, fichiers numériques.

chronique

Ce groupe est si bon, est si beau, qu'on se demande s'ils ne jouent pas tout cela juste pour nous rappeler que la réalité commune est ultra merdique, et que jamais on ne pourra vivre ce qu'Imperial Triumphant exprime. Non, on ne peut profiter de ce délire steampunk fin de siècle à la métropolis, avec des sons de guitares complètement dingues qui remplaceraient tous les bruits de flatulence qu'on entend à longueur de journée. Non, on ne mériterait pas tout l'imaginaire qui est ici déployé, on ne pourra que ressentir de la frustration à l'idée que non, non et re-non, Tolkien c'est dans la tête, Dragonforce c'est dans les pieds, et Imperial Triumphant c'est dans le cœur, pas sur le bureau, pas dans la rue, pas à la télé, ni à la radio, ni ailleurs. Imperial Triumphant c'est tout le contraire de cet enfer mou, tiède, fadasse qui fait le sel de notre présent plein de lumières palotes : Imperial Triumphant est puissant, intelligent, doré, éclatant malgré les ténèbres touillées et retouillées, c'est beau comme du jazz, c'est brutal comme du death metal, c'est malfaisant comme du black metal, c'est ce que pourrait produire la reformation de Mr Bungle s'ils ne faisaient pas dorénavant de la semi-molle aux trois-quart érotique, deux-tiers ironique pour égailler les vieux métalleux en manque de métablague aussi vaseuse qu'un calembour de Rastignac. Hermétique, mais triomphant, écrasant et impérial, c'est tout ce qui compte aux yeux de ceux en perpétuel manque de voie de secours dans un monde où le gris clair et le gris foncé sont cultivés décennie après décennie, rangeant donc les quelques rares éclaircies comme ce dernier album flamboyant dans la catégorie de ces rayons de lumière qui passaient à travers la fenêtre, ce jour où tel ou tel visionnaire s'est pendu, trop fatigué de se battre contre l'évidence d'un monde tailladé en rondelles de speck bas de gamme afin de mieux le rendre indigeste, fade et somme toute : aliénant. Alors oui, on pourra dire que ça reste de la musique sombre, complexe, empruntant au tech death comme au rock prog, ça n'enlèvera pas le contraste. Et c'est pour cela que je désigne cet album record of ze year jusqu'à demain, tout simplement parce qu'il illustre, en négatif, tout le bien que je pense de l'art, et tout le reste que je radote sur plein d'autres structures, affects, systèmes devenant, quand même, au bout d'un moment, sacrément casse-couilles. Grand album de métal malin cet Alphaville, puissant et remue méninge, propice donc à développer rumination négative, comme cette chronique a pu, je l'espère, vous le démontrer.

note       Publiée le mardi 17 novembre 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Alphaville".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Alphaville".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Alphaville".

azfazz › dimanche 28 février 2021 - 10:04  message privé !

Aujourd'hui, dimanche à 10h, l'album passe crème !

taliesin › mardi 19 janvier 2021 - 13:29  message privé !

Je découvre aujourd'hui ! King Crimson goes metal ! Juste énorme :-)

Note donnée au disque :       
GrahamBondSwing › lundi 18 janvier 2021 - 22:11  message privé !

"Déjà le rock au réveil, j'étais pas vraiment pour" Kool Shen

Rastignac › dimanche 17 janvier 2021 - 19:50  message privé !
avatar

Je sais plus qui avait dit ça, que c'était quand même un peu violent à écouter un dimanche (matin ? après-midi? ça dépend de l'heure du réveil !)

Note donnée au disque :       
microbe666 › dimanche 17 janvier 2021 - 18:46  message privé !

Assez excellent, la cover des residents leur va très bien au teint. Ca m'a aussi fait ressortir les albums de Wayd. La rémanence post-écoute est clairement krimsonienne / waydienne chez moi, pas encore assez imprégné de l'album peut-être...mais ça fait aussi quelques mois que finalement je le laisse un peu de côté. Faut l'énergie pour se l'enfiler quoi.