Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeutsch Nepal › Erotikon

Deutsch Nepal › Erotikon

détail des votes

Membre Note Date
Marco      jeudi 12 novembre 2020 - 19:53
Dead26      jeudi 12 novembre 2020 - 20:13
taliesin      jeudi 12 novembre 2020 - 20:46
Raven      jeudi 12 novembre 2020 - 23:53
Wotzenknecht      jeudi 12 novembre 2020 - 20:29

cd • 10 titres • 52:28 min

  • 1U.R. blackhouse06:16
  • 2Heartbomb05:33
  • 3I jast fokos an maiself03:47
  • 4At the court of Saba05:06
  • 5Blowjob parasite03:27
  • 6Permobile erotomatik06:11
  • 7Rapist park junktion05:03
  • 8Menage a trois...cent05:07
  • 9Erotikon04:20
  • 10M/S elusive pain07:38

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et produit par Lina Baby Doll, Generalstaab Studios, Suède, 2006.

remarques

chronique

Styles
ambient
indus
ovni inclassable
Styles personnels
psychedelindustrialcohambient

Der General est en forme ! De retour de ses folles pérégrinations abreuvées entre autres de liqueurs savoureuses, Lina Baby Doll nous livre une version de peep-show du futur à domicile. Alors que les prestations live de Deutsch Nepal font d’ordinaire honneur à l’émulation et aux bidouillages les plus incongrus (l’alcool aidant !), "Erotikon" est marqué d’une folie toute bukowskienne et décadente (le feuillet promo cite même à juste titre Nico). Les mystérieuses créatures qui peuplent les bas-fonds de l‘esprit torturé du Suédois déchirent le voile opaque de fumée d’opium qui plane sans interruption sur la scène sur laquelle se déroule le show. Une musique industrielle atmosphérique, aux essences psyché voire krautrock (tel un Tangerine Dream sombre), tantôt tribale ("At theCourt of Saba", "Rapist Park Junktion") tantôt old school (le spectre Throbbing Gristle sur "I Jast fokos an maiself", SPK sur "Menage a troi...cent"). Le chant, incantatoire, se fait à la fois véhicule d’imprécations et de nombreux délires à l’humour tordu ("Blowjob Parasite") et d’introspections beaucoup plus douloureuses ("M/S Elusive Pain"), dénué de tout pathos et même de toute pudeur excessive (ça c’est le moins que l’on puisse dire !). Le morceau éponyme explose même en une electro indus d’une rare agressivité, témoignant encore plus avant du malaise dont "Erotikon" est empreint en préservant paradoxalement un aspect ludique certes particulier mais qui permet l’adhésion immédiate. Si faux détachement et autodérision sont les recettes typiques de Deutsch Nepal depuis ses débuts il y a désormais vingt-neuf ans, il demeure un des rares projets dont l’identité est sans cesse remise en question, comme un jeu dont les règles changeraient en permanence. Délurée, sensuelle et pas morale pour deux sous, voilà une belle galette de chansons industrielles pour hippies à consommer sans modération, mais gare à la gueule de bois ! (chronique parue à l'origine dans Noise Magazine n°1, av/mai 2007)

note       Publiée le jeudi 12 novembre 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Erotikon".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Erotikon".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Erotikon".

surimi-sans-mayo › samedi 14 novembre 2020 - 08:12  message privé !

Tant qu'on est dans l'identification des sources, y a un sample de basse de Faith No More sur Amygdala (spoiler = l'intro de Falling to Pieces). Par contre si quelqu'un sait d'où vient la gratte (l'espèce de larsen chelou en fond surtout) sur "We Shall Live Again" (toujours sur Amygdala), je lui serait très reconnaissant. Je suis sûr que c'est tiré d'un truc que je connais mais pas moyen de trouver quoi...

taliesin › jeudi 12 novembre 2020 - 20:46  message privé !

Aaah l'ami Peter Andersson ! Á ne pas confondre avec Peter Andersson hein ! Surtout quand ils font des trucs ensemble lol. Cet album est terrible !

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › jeudi 12 novembre 2020 - 20:37  message privé !
avatar

Après, rien que pour 'Blowjob parasite' je pardonne tout !

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › jeudi 12 novembre 2020 - 20:35  message privé !
avatar

Ca me distrait que 'At the court of Saba' ne soit qu'un sample pompé de Hybryds répété sur 5 minutes :

Hamyanna El Caballo (1994) https://www.youtube.com/watch?v=aqvvrGlWpjA

At The Court Of Saba (2007) (à la 45e seconde) https://www.youtube.com/watch?v=q2ErYowER7Y

Note donnée au disque :