Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWDavid E. Williams › I have forgotten how to love you

David E. Williams › I have forgotten how to love you

cd • 19 titres

  • 1I have forgotten how to love you
  • 2Restraining order
  • 3Sarah's booted boy
  • 4The day the birth stood still
  • 5Altar boy
  • 6Little miss consumptive icon
  • 7Police widow
  • 8Done gone Gomorrah !
  • 9Me and my girl and the cold grey world
  • 10Vaginal interior decorator
  • 11Soup gone cold and growin'skin
  • 12Pumpernickel crust (ensemble version)
  • 13Murder the world with me
  • 14Fear of food
  • 15Spring in the air
  • 16That skirt's too short for a funeral, Honey
  • 17Fish heads and olives
  • 18I'm in love with the ambulance driver
  • 19Fish heads reprise and variations

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Big Sky Audio, Springfield, Pennsylvanie, USA.

line up

David E. Williams (chant, clavier, piano, synthé, percussions),

Musiciens additionnels : Jerome Deppe (basse, guitare sèche, guitare électrique, choeurs), Joe DiMattia (piano), John Begley (basse), Kenneth Brune (saxophone), Lou Pepe (accordéon), Marc Pauline (basse), Chris Laughery (flûte, trompette), Jason Doss (violoncelle), Caryn Lin (violon électrique), Michael Scott (tom tom), James Morykin (guitare 12 cordes)

remarques

https://davidewilliams.bandcamp.com/music

chronique

Styles
gothique
dark wave
gothic rock
dark folk
pop
Styles personnels
god's clown cabaret

Dans la catégorie des fêlés chantants genre post-confrérie de la lune, il y a ceux qui ont été touchés par la grâce de Dieu le jour où ce dernier s’est changé en crabe-tourteau. David E.Williams fait partie du club. Multi-instrumentiste, poète, connu pour avoir notamment collaboré avec feu Rozz Williams, Thomas Nöla, il a tissé une oeuvre unique empruntant aussi bien au cabaret qu’au gothic rock, l’opérette, le psychédélisme, le dark folk, la pop peut-être même ? Savant fou au timbre grave, goth de chez goth, limite caricatural, il ajoute, assemble, mélange, des phrases étranges au rimes inattendues et une musique des plus séduisantes. Faut-il prendre cette musique au sérieux ? Cet homme est-il un clown ? Oui mais ces morceaux dégagent quelque chose de profond, d’un peu glauque, d’ambigu; s’il est un amuseur, c’est quelque part entre le Clown Blanc et une version drôle de Pennywise. ‘I have forgotten how to love you’ est une belle collection de pièces pour opérette jouée par un groupe de rock gothique à la lueur de chandelles noires et blanches. Ecoutez sa version iconoclaste et bouleversante au piano du ‘Kumbaya’ rebaptisée ‘Altar boy’ , la complainte de l’ivrogne assassin version goth XIXème (‘Pumpernickel crust’), ‘Little miss consomptive icon’, ses cordes synthétiques tordues, et j’en passe; c’est comme parcourir les couloirs d’un musée à la thématique mal définie mais dans laquelle on se retrouve, un jeu de miroirs en constante évolution. On sent l’artiste expert-pianiste dans son jeu souple et fluide (I’m in love with the ambulance driver’), doué en arrangements aussi avec l’adjonction de moult instruments (violon, saxo, violoncelle) pour épicer les bases faussement gothiques en stuc des morceaux. Bienvenue dans cet étrange chapiteau où les spectres de Lautréamont, Jarry et Nerval aime parfois à venir se divertir, avec le Christ en spectateur clandestin…

note       Publiée le lundi 26 octobre 2020

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "I have forgotten how to love you".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "I have forgotten how to love you".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "I have forgotten how to love you".

taliesin › mardi 27 octobre 2020 - 10:51  message privé !

Ah ! Merci Twilight ! Quel bonheur de voir ce chef-d'oeuvre ici chroniqué ! Je vénère David Williams et tout son travail, mais cet album en particulier, waouw ! En plus j'ai l'occasion de discuter assez souvent avec ce génie sur les réseaux sociaux, il est très abordable, super sympa et - vous ne l'auriez jamais deviné lol - chrétien comme moi (le Mercredi des Cendres, on s'échange la photo de la croix sur nos fronts mdr)

Note donnée au disque :