Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › Mortar

Compilations - Labels › Mortar

détail des votes

Membre Note Date
le_grisha      samedi 17 octobre 2020 - 14:32
Rastignac      mardi 13 octobre 2020 - 10:41

cd • 11 titres • 76:45 min

  • 1Cable Regime - White Subway08:30
  • 2Cop Shoot Cop - Chameleon Man05:00
  • 3Cop Shoot Cop - City (Here We Come)02:30
  • 4Nox - Never Enough04:30
  • 5Nox - Encore05:15
  • 6Caspar Brötzmann Massaker - Massaker13:30
  • 7Gore / Hoer - Stroke07:30
  • 8Gore / Hoer - None03:15
  • 9Fall Of Because - Grind11:45
  • 10Grill - Cherumen04:30
  • 11Grill - Titan04:30

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Caspar Brötzmann Massaker, Cop Shoot Cop, Fall Of Because, Cable Regime, Nox, Gore / Hoer, Grill

remarques

Sorti en cd par Permis de construire Deutschland. Réédité en format numérique avec une illustration différente par Atypeek Music, 2014.

chronique

Permis de construire est le nom d'un label qui a existé dans les annés 1980-90, et si je suis bien, démarra à Nancy pour terminer en Allemagne sous le nom de Permis de construire Deutschland, tout simplement. Frontalier en quelque sorte. Et à l'écoute de cette compilation internationale, on peut y voir cet aspect trans europe express, un pied par ci un pied par là, avec incursions de gens venus de loin mais pas trop. Le style ? Plutôt industriel, noise, si on veut ajouter comme qualificatif général : rock, ou métal, c'est selon sa crèmerie, je vous laisse voir. La liste semble brosser large, mais ce fut surtout pour moi l'occasion de découvrir des groupes "nouveaux", et de redécouvrir des choses qui sont passés trop vite, voire dépoussiérer des reliques. J'ai donc abordé cette compilation comme si l'on vivait dans un monde sans internet, et qu'il me fallait lire des magazines, écouter des compilations, me faire une idée tout seul et péniblement. Pourquoi ? Parce que ça fait du bien de s'affranchir de ces illusions d'abondance - Internet, c'est la profusion mais ce n'est pas la panacée, c'est du dégueulis, ça pousse tellement fort que le vomi sort par les narines et on en a plein la chemise ! Sinon, quels furent les points forts de cette compilation, première du nom sur deux ? D'abord, elle m'a permis d'entendre enfin les viles vibrations de Fall of Because alias Godflesh en plus cauchemardesque. Ensuite, j'ai enfin pu me mettre en transe en écoutant du Cop Shoot Cop, de baver la bouche pleine de vers et de métaphysique en me faisant noyer par Caspar Brötzmann, ou d'imaginer des déserts métalliques post-apocalyptiques comme dans le film Hardware en écoutant Gore/Hoer. Enfin, la grande qualité de cette compilation goûtue est de me faire redécouvrir ce plaisir masochiste consistant à se faire étouffer par de la musique tendue comme un slip trop court, qui ne démarre jamais vraiment, qui patine, qui ne conclue pas, qui force et force trop, qui s'obstine comme une machine, un marteau piqueur, un régiment d'infanterie, une pompe à eau, obsédée, pugnace, stérile. Permis de construire, évidemment, pas de détruire, car c'est bien cette construction "malgré tout", cette érection, cette tension forcée contre toute résistance qui a fait la beauté des existences épuisées de ceux qui ont grandi en compagnie des gens cités dans la tracklist, comme des grands frères qui n'ont pas de "jolis lendemains qui chantent" à offrir. Cette génération qui nous a offert le métal extrême, le noise rock, la musique industrielle, je crois que je pourrais leur dire "merci", mais on va rester cohérent, et on va plutôt leur avouer "qu'on aurait bien goûté quand même aux joies du flower power. Nous aussi. Allez, une minute. S'il vous plait !".

note       Publiée le mardi 13 octobre 2020

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mortar".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mortar".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mortar".

Rastignac › dimanche 18 octobre 2020 - 08:47  message privé !
avatar

Yep ! D'ailleurs, je l'ai pas précisé mais le morceau de Brötzmann est extrait d'un concert donné à Vandœuvre-lès-Nancy en 1990 au centre culturel André Malraux.

Note donnée au disque :       
le_grisha › samedi 17 octobre 2020 - 14:29  message privé !

Ouhlala quel plaisir de tomber sur cette chronique là tout de suite, maintenant. Depuis plusieurs semaines je suis dans une période ou je reviens sur mes racines Nancéiennes en redécouvrant la scène Lorraine expérimentale des années 80/90 (Gains't Naït, Nox, Garbage Collector). Ce disque est top, l'esprit noise/Godflesh avec ce son compact et froid qui me manque tellement. :')

Note donnée au disque :