Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFThe Fiendish Phantoms › The Fiendish Phantoms

The Fiendish Phantoms › The Fiendish Phantoms

détail des votes

Membre Note Date
Twilight      samedi 10 octobre 2020 - 16:55

cd • 10 titres

  • 1Phantom machine
  • 2Through the graveyard
  • 3Supernatural
  • 4Ed
  • 5Does it even matter
  • 6Stand
  • 7Feel like death
  • 8Mad scientist
  • 9Blood countess
  • 10Old man

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Jordan Nelson 'Nightstalker' (chant), Oliver 'The caretaker' Collins (guitare), Dr Decon I Bel (basse), Beefy The Butcher (batterie)

remarques

https://thefiendishphantoms.bandcamp.com/merch

chronique

Styles
death rock
garage
Styles personnels
gothabilly grésillant

Bruits de pas sur le gravier, mise en bouche cinématographique, atmosphère chrome des ténèbres, intérieur feutré rouge, boulevard vers l’enfer…qui tangue légèrement niveau prise du volant. Départ poussif pour cet album, non en matière de rythme, plutôt concernant la technique. Ainsi les premiers accords sales comme pour du black metal sauf que le groupe va nous jouer du gothabilly; qui plus est le mixage sonne improvisé, cette guitare au son vaguement hors de propos est placée très en avant, au détriment de la batterie. Heureusement, le chanteur est bon et la mélodie porte mais une impression d’inachevé ou de manque subsiste. Elle va persister lors d’un second morceau séduisant et spectral dans son intro…Au départ, tout est parfait, gratte spectrale ponctuée d’une basse bien lourde, la voix scandant de son timbre grave…Paf ! Accélération…Catastrophe ! J’exagère pour le suspense morbide mais toujours est-il qu’une fois encore, le son, le mixage, sonnent très amateurs, d’autant que le batteur n’est pas trop à son affaire, foire ses roulements, place maladroitement sa grosse caisse. S’il s’agit d’une boîte, le programmateur a des progrès à faire; dommage car là aussi, c’est une bonne chanson de base. Curieusement, le combo semble prendre confiance après ces premiers faux pas. Le son se dévoile plus assuré avec des guitares sales assumées proche du deathrock, le mixage a pris de l’amplitude. L’impression pataude perdure mais le chanteur, l’efficacité simple des mélodies, parviennent à nous la faire zapper. Il est certain que les zicos sont tout sauf des virtuoses mais la voix compense de même que le grain propre. J’imagine également qu’on s’y habitue et qu’on fait avec le reste de l’album. Le feeling général est agréable mais subsiste ce drôle de goût ou du moins cette interrogation: dans quelles conditions techniques les Fiendish Phantoms ont-ils enregistré ? Pourquoi cette guitare grésillante (c'est le pote métalleux qui est venu prêter main forte ?). Alors que le chanteur assure, paraît savoir clairement pourquoi il est là, ses accompagnements paraissent moins au net, comme si chacun avait trituré ses instruments à la maison, les avait apportés au studio sans consulter les autres. L’ingé-son lit probablement son journal et coupe toujours trop brusquement en fin de chanson. Disque sympa mais qui aurait pu sonner beaucoup mieux…Du coup, pour l’effet cinéma, on repassera; en lieu et place d’un corbillard Cadillac, on se contentera d’une Mini Cooper…Pochette moche en plus.

note       Publiée le samedi 10 octobre 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Fiendish Phantoms".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Fiendish Phantoms".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Fiendish Phantoms".