Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAntioch Arrow › Gems of masochism

Antioch Arrow › Gems of masochism

cd • 8 titres

  • 1Paper moshay
  • 2Too bad you're gonna die
  • 3Date with destiny
  • 4David
  • 5Dead now
  • 6Gotta love the lights
  • 7Introducing Elizabeth
  • 8Picnic pants

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Décembre 1994.

line up

Aaron Montaigne (chant), Mac Mann (guitare), Andy Ward (basse), Ron Anrachy (batterie)

Musiciens additionnels : Myra Poweer (choeurs féminins)

remarques

Boîtier rouge.

chronique

Styles
gothique
no wave
post punk
Styles personnels
proto emocore ?

Anxiété, comme si la vie passait trop vite…La carrière de Antioch Arrow aurait été à l’aune de cette impression, deux ans, trois albums qui suffiront à les classer parmi les influences notables revendiquées de nombre de formations emocore et post hardcore. Anxieuse, la musique de ce troisième opus l’est…Sont-ce les racines punk des musiciens couplées à ce nouveau sentiment gothique ? Aucune réelle violence dans ces compositions mais une intranquilité permanente. La batterie roule perpétuellement sans jamais réellement se lâcher, le chanteur module sa voix entre peur et désespoir sans trancher…On attend inlassablement un climax qui ne vient pas; la tension enfle, retombe, enfle, retombe, le souffle court mais puisant sans cesse de l’énergie nouvelle. Vers quoi ? Vers où ? On ne sait trop. Aucune fluidité dans les lignes, toujours cette impression qu’il faut aller vite, chaque instrument paraît balancer sa ligne de bric et de broc, sans trop de soucier de s’aligner sur le reste…Aucune cacophonie pourtant, juste cette impression de bouillonnement perpétuel. ‘Gems of masochism’ file vite, délicieux sentiment de cette colère rongeant de l’intérieur dont on se délecte plutôt que de la laisser exploser. Et il y a ce voile de tristesse qui chapeaute l’ensemble, exprimé au travers de l’orgue et du piano, eux aussi jamais apaisés mais lestés d’une certaine mélancolie dans l’agencement des notes. La violence derrière le mascara mais comme on ne sait vers quoi la tourner, on la ravale, on se bouffe la tripaille, c’est mieux ainsi, alors le chanteur ne crie pas, scande comme hors d'haleine…Courir car la vie fait peur mais couvrir vers où ?

note       Publiée le jeudi 24 septembre 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gems of masochism".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gems of masochism".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gems of masochism".

Twilight › jeudi 24 septembre 2020 - 21:58  message privé !
avatar

Oui, c'est le disque le plus retenu des 3, le moins punk...C'est spécial mais sympa Tarot Bolero, sorte de cabaret barjot...

Note donnée au disque :       
zen › jeudi 24 septembre 2020 - 14:51  message privé !

Marrant de trouver çà ici... çà fait très longtemps que j'ai pas réécouté çà, mais 1994 c'était déjà l'age d'or de l'emo ! Bon ceci dit ce disque sonne presque... goth ? Sinon le chanteur jouait de la batterie dans Heroin (groupe mythique s'il en est) et ensuite a fait un groupe avec sa copine qui jouait dans Slant 6 (mythique aussi dans un autre style), mais que j'ai jamais écouté, Tarot Bolero.