Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLesbian Bed Death › I use my powers for evil

Lesbian Bed Death › I use my powers for evil

cd • 14 titres

  • 1Goth girls are easy
  • 2What would Satan do ?
  • 3Filth
  • 4I use my powers for evil
  • 5Bus tour
  • 6Everybody's dead
  • 7The party man
  • 8She wants it (just not from you)
  • 9Puppet on black strings
  • 10Pretty but mental
  • 11Take my despair
  • 12Insatiable
  • 13Vampire lover
  • 14Running in running out

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Luci4 (chant), Mr Peach (guitares), Magic Andy (basse)

Musiciens additionnels : Russ Gwynne (batterie), Rick Kelham, Philsy (clavier), Kierry Berry, Matt Eardley, Danny Carden (guitares additionnelles , Alex Jockel, Nick McMullin, Dave Gibbons (choeurs)

remarques

https://lesbianbeddeathband.bandcamp.com/

chronique

Hé bien, il n’est pas mal du tout, ce premier opus…Je ne sais pas, je craignais: la pochette, le fait qu’il ne soit dispo qu’en digital sur le site du groupe…En fait, il ne dépareille pas tant que cela des suivants. Les Lesbian Bed Death ont-ils côtoyé les milieux goths ? Probable mais ce qui les sauve à mes yeux, c’est qu’ils n’ont jamais prétendu l’être, s’affirmant d’emblée comme des rejetons d’Alice Cooper et d’un glam metal à l’américaine à la Mötley Crüe. Pas évident d’ailleurs comme choix quand on est briton. Si les prémices du son sont bien là notamment dans le goût des riffs électriques et d’un chant féminin musclé, l’album n’est pas exempt d’une légère froidure gothique notamment de par l’usage du clavier (‘I use my power for evil’), des arrangements plus dépouillés sur certaines passages (‘Taste my despair’ presque hivernal) qui ne nuisent en rien au souffle général. Toujours le même truc, le premier morceau me laisse souvent froid, à me demander pourquoi je persiste à vouloir me payer tous les skeuds du combo et plus ça avance, plus, l’air de rien, ces putains de guitares endiablées font leur office, de même que le chant, un peu lambda mais qui ne manque ni d’efficacité ni de passion (là, pour dire que c’est le premier disque, elle assure franchement d’emblée, cette chère Luci4). On songe presque à une version hard rock de Ghost Dance parfois, c’est assez amusant. Qu’on s’y entende, Lesbian Bed Death n’est pas le genre de projet qui me fait sauter au plafond dont je me passe certaines chansons en boucle (encore que celui-ci soit aux limites de me faire mentir) mais chaque album dégage non seulement une belle cohérence, un feeling électrique et convaincu, avec en prime une poignée de pièces qui frappent plus profond. ‘I use my power for evil’ ne fait pas exception. Visiblement, les gus sont des passionnés et ne démordent pas de cet amour de l’horreur version 80’s américaine; cela les rends convaincants et c’est franchement difficile de pas se secouer la nuque à l’écoute de ‘Insatiable’, ‘Tour bus’ ou ‘She wants it’. Ces musiciens sont arrivés trop tard, leur musique n’aurait pas dépareillé pourtant dans nombre de films de série B devenus des classiques aujourd’hui…Ceux où les ados donnaient l’impression de vivre à 100 à l’heure avec le walkman sur les oreilles avant de finir embroché(e)s au bout d’une machette.

note       Publiée le lundi 7 septembre 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "I use my powers for evil".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "I use my powers for evil".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "I use my powers for evil".