Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMChico Maranhão › Gabriela

Chico Maranhão › Gabriela

détail des votes

Membre Note Date
Copacab      jeudi 3 septembre 2020 - 17:09

vinyl 33t • 10 titres • 37:07 min

  • Face A
  • 1Gabriela2:37
  • 2Cinzas, Cinzas2:50
  • 3Cirano3:30
  • 4Felicidade3:48
  • 5Deixa Prá Lá4:12
  • Face B
  • 6Cabocla4:04
  • 7Verdureiro2:53
  • 8Bonita Como Um Cavalo5:28
  • 9Último Convite4:43
  • 10A Capital3:07

enregistrement

Non renseigné

line up

Theo De Barros (Arrangements), Chico Maranhão (composition, guitare, chant)

Musiciens additionnels : Mércia (chant sur la 6)

remarques

Première édition "hors commerce, pour les amis de Marcus Pereira Publicidade" sur O Jogral en 1971 ; Réédité par Discos Marcus Pereira en 1974. A l'instar de nombreux disques brésiliens, l'album n'a pas de titre mais a un surnom officieux, ici "Gabriela", du nom de sa première chanson.

chronique

Styles
chanson
folk
world music
Styles personnels
bossa nova / folk / frevo-canção

Au commencement était João Gilberto : la bossa nova comme démarche, avec son feeling propre (cette toute nouvelle forme de saudade, élégante et inquiète) et son format : la chanson, puisque le propos n'est finalement que proposer une nouvelle façon de jouer le samba. Ce n'est qu'après que la bossa est devenue un cliché d'hôtel de luxe, par trahison ou mauvaise interprétation. L'adjonction de jazz de salon a fait beaucoup de mal au style, et au-delà à la musique brésilienne durant toute une décennie. Heureusement, certains auteurs-compositeurs, souvent plus confidentiels, ont su reprendre le flambeau...

C'est le cas du très méconnu Chico Maranhão, originaire à l'instar de Papete de cet Etat du Nord-Est du Brésil, et l'un des premiers compagnons de route de Marcus Pereira, puisque ce Gabriela est originellement sorti sur la première monture de son label : O Jogral, du nom du bar de São Paulo où tout a commencé.

Gabriela est la version améliorée de la face de Chico Maranhão sur son split avec Renato Teixeira : il contient cinq réenregistrements et cinq nouvelles chansons. Il n'a pas le charme lo-fi de Maranhão/Renato Teixeira, mais ce style de songwriting, sensible et travaillé, méritait un son simple et précis, ce qui allait devenir une véritable marque de fabrique des Discos Marcus Pereira. Ainsi, Gabriela montre Maranhão à son meilleur : un chansonnier avec un pied dans la bossa de João Gilberto, l'autre dans son Nordeste natal, entre folk du sertão et traditions musicales de Recife puisqu'une bonne partie des chansons se montre lourdement influencée par le frevo, cette musique de fanfare jouée pendant le carnaval. La vibe générale, morose et nostalgique, ainsi que la plupart des accords sont ancrés dans la bossa nova dans son acception la plus pure, mais la vraie originalité de Chico Maranhão se trouve dans son agilité de composition et les structures inattendues de ses chansons.

Le plus bel exemple de cette mixture incroyablement organique est « Cirano », qui part d'un frevo-canção typique, joyeux jusqu'au grotesque autant que tragique, pour évoluer en errance bossa, comme si ce carnaval se terminait en voie sans issue pour l'hypersensible chanteur... Le morceau-titre est plutôt une « bossanovafication » du frevo, quelque chose à mi-chemin sur un spectre maîtrisé par Chico Maranhão uniquement. Même sur des chansons au rythme plus enlevé comme « Gabriela », la voix du chanteur semble perdue et anxieuse.
Difficile de ne pas également évoquer le sublime duet avec Mércia : « Cabocla », du nom des métis descendant d'unions entre Européens blancs et Amérindiens, une figure phare du folklore brésilien. Il est absolument superbe, en équilibre sur une corde entre intimité et maladresse... Et parmi les nouvelles chansons, « Bonita como um cavalo » se distingue : une ballade folk aux reflets crépusculaires, gorgée de mythologie du Nord-Est brésilien.

Gabriela est l'une des gemmes les plus méconnues du catalogue Discos Marcus Pereira : d'autres disques semblent avoir pris la lumière à sa place. Il est pourtant unique de par sa mixture d'influences et le témoin d'une écriture sensible et viscérale. Certaines chansons quelconques l'empêchent d'accéder à la note suprême, mais je ne saurais trop le recommander aux amateurs de folk chantée la boule au ventre.

note       Publiée le jeudi 3 septembre 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gabriela".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gabriela".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gabriela".

Twilight › samedi 5 septembre 2020 - 21:59  message privé !
avatar

Intéressant et la chronique tape complètement juste mais je ne ressens pas le frisson. Je ne désespère pas, j'attends beaucoup de tes chroniques car je sais que le trouverai en bossa nova des trucs qui me vrilleront l'âme...^^