Vous êtes ici › Les groupes / artistesJBrian James › The guitar that dripped blood

Brian James › The guitar that dripped blood

cd • 10 titres

  • 1Becoming a nuisance
  • 2The regulator
  • 3Walkin' round naked
  • 4Not invited
  • 5'Til the rain comes
  • 6Hindsight
  • 7Insaning
  • 8Baby she crazy
  • 9Hail Mary
  • 10Mean streak

enregistrement

Studio 284, Brighton, Grande-Bretagne.

line up

Brian James (chant, guitare)

Musiciens additionnels : Aust Pig (basse, guitare, choeurs), Dave The Caveman O'Brien (batterie), Adam Becvare(vocaux additionnels), Malcolm Mortimore (batterie, tingshas), Cheetah Chrome (chant), Pilly (batterie), Toby The Kid (batterie), Roxana Gayton (choeurs féminins)

remarques

chronique

Styles
punk
rock

Dans la généalogie Damned, il était temps de rendre un petit hommage à Brian James en chroniquant au moins un de ses albums (j’avoue avoir peu suivi la carrière solo du lascar). Après tout, le premier compositeur du groupe, c’est lui, et on lui doit pas mal de brûlots demeurant aujourd’hui encore des hits. ‘The guitar that dripped blood’, voilà un titre qui claque, on y va donc pour celui-ci. Sans grande surprise, nous découvrons un disque bien électrique et rock; James n’a jamais été spécialement pionnier dans le domaine de la musique, son truc à lui, c’est la guitare, point. De l’énergie punk principalement, avec quelques remugles post-Stooges, avec une ou deux surprises, notamment ‘Till the rain comes’ plus mélancolique et lent mais tout aussi rock, un ‘Becoming a nuisance’ avec l’ami Cheetah Chrome louchant impudiquement vers les terres de Motörhead…Pas mauvais mais très classique, ce d’autant que James est tout sauf un bon chanteur: voix lambda, manque de justesse et de coffre (j’imagine que les années d’excès n’aident pas). Pas mal d’énergie, disais-je, mais malheureusement aussi un manque de titres forts se dégageant de l’ensemble. On ajoute aussi un mixage maladroit qui rend certes une certaine justice à l’aspect rêche et rock mais merde un peu niveau chant. Bref, comme hommage, j’aurais pu trouver mieux car au final, même si une poignée de morceaux n’auraient pas dépareillé en 77, voilà un album de punk rock ultra générique comme en entend tellement et dont on ne retiendra rien.

note       Publiée le mercredi 12 août 2020

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The guitar that dripped blood".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The guitar that dripped blood".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The guitar that dripped blood".