Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDJ Screw › Bigtyme Vol II: All Screwed Up

DJ Screw › Bigtyme Vol II: All Screwed Up

cd • 13 titres • 73:47 min

  • 1DJ Screw - Intro1:00
  • 2UGK - Short Texas4:33
  • 3Point Blank - Wreckless4:00
  • 4UGK - Pregnant Pussy4:39
  • 5Point Blank - After I Die9:06
  • 620-2-Life & PSK-13 - Backstreets7:31
  • 7UGK - Tell Me Something Good6:43
  • 820-2-Life - Inside Looking Out6:43
  • 9Point Blank - My Mind Went Blank6:37
  • 10PSK-13 - 13 Ways5:03
  • 11Point Blank - Straighten It Out3:34
  • 12PSK-13 - Headin' Fo My Trunk7:27
  • 1320-2-Life - Da Music6:51

enregistrement

Enregistré au studio Samplified Digital à Houston

line up

DJ Screw (mix, chopping & screwing)

remarques

Je n'ai pas pu trouver la date de sortie, mais si j'en crois la numérotation de Bigtyme Recordz, ce "All Screwed Up" est sorti en même temps ou juste avant les deux volumes de 3 'N The Mornin'.

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
chopped & screwed

Troisième mix CD de DJ Screw sorti en 1995, All Screwed Up présente Robert Earl Davis Jr. à son plus tubesque. L'aspect glauque et morose de 3 'N The Mornin' Part 2 est mis de côté, pour ce qui ressemble à une collection de bangers, a priori au plus proche de ce que devait donner une prestation de Screw en live. Attention, le tout est quand même particulièrement bizarre et rempli d'harmonies altérées, rappelant les effets des drogues à l'origine du style chopped & screwed (weed et sizzurp, donc).

Ce mix fait suite à Bigtyme Vol. I, une compilation du label présentant des morceaux inédits de plusieurs rappeurs de Houston, plus la polémique « Pregnant Pussy » des mythiques UGK d'Atlanta. La sélection de Bigtyme Vol II n'a que 3 morceaux en commun avec cette sortie, mais est centrée sur les mêmes artistes : PSK-13, 20-2-Life et Point Blank, tous de Houston, sont responsables de la quasi-totalité des originaux. Peu de MCs différents donc, pour un mix qui met largement en valeur leurs flows trafiqués, en témoignent des punchlines parfois passées en boucle.

DJ Screw s'essaye également à l'art du mashup sur ce qui reste un chef d'oeuvre à l'échelle de sa carrière : l'impossible mélange entre « Tell Me Something Good » d'UGK et la divine « Moments in Love » d'Art of Noise. Le résultat est un ovni intégral, contemplatif et jouissif, sur lequel sont particulièrement mis en valeur les flow musclés de Pimp C et Bun B, qui semblent multiplier les outrances verbales depuis un espace inaccessible, cotonneux et lointain. Il arrive à point nommé pour relancer l'intérêt d'un mix qui, à l'instar du premier 3 'N The Mornin', avait tendance à s'embourber. C'est que All Screwed Up se montre plus proche des mixes kilométriques sur cassette de Screw que de ses autres mixes CD : les « morceaux » dépassent régulièrement les 7 minutes, avec plus de 9 minutes pour l'assez jazzy « After I Die ». L'idée est, de par le ralentissement général des morceaux et l'utilisation de répétitions, de laisser un maximum de place au scratching et aux manipulations du DJ, ce qui ne marche pas à tous les coups... D'autant qu'il faut garder à l'esprit que de par sa lourde consommation de stupéfiants (qui lui coûtera la vie en 2000), DJ Screw se situait généralement dans un espace-temps bien différent de celui du mélomane lambda de 2020. En résulte un vrai ventre mou, de « Wreckless » à « Backstreets » environ. Mais la suite du mix rectifie très largement le tir en multipliant les tueries nostalgiques.

J'ai déjà évoqué l'insensée et essentielle « Tell Me Something Good », mais que dire d'  « Inside Looking Out », boucle soulful en apesanteur ? De la trop bien nommée « My Mind Went Blank », morceau mélancolique/agressif utilisé par Screw pour griller les neurones restantes de l'auditeur à grand coup de répétitions abrutissantes de kicks ? De « Headin' Fo my Trunk », où le flow de PSK-13 prend une allure monstrueuse, interlude de violence pure entre la détendue « Straighten It Out » et le final ? Et de cette dernière track donc, « Da Music », où DJ Screw transforme un morceau de rap funky mais sacrément cheap en communication spatiale sous bonne dose de flanger ?

All Screwed Up est le parfait complément aux deux 3 'N The Mornin' sortis la même année par DJ Screw, le présentant sous un jour (un peu) plus festif et efficace. Pas de cauchemar ici, seulement une musique qui, à l'instar du bon dub jamaïcain, fait lentement hocher la tête, voire procure quelques frissons en ses fragments les plus brillants ou ténébreux, assez nombreux pour lui valoir un 5. Je réserve la dernière boule pour une écoute dans un état altéré ; avis aux amateurs, prévoyez du matos stone et gras...

note       Publiée le lundi 10 août 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Bigtyme Vol II: All Screwed Up".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bigtyme Vol II: All Screwed Up".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bigtyme Vol II: All Screwed Up".