Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPProtomartyr › Relatives in descent

Protomartyr › Relatives in descent

  • 2017 • Domino WIGCD402S • 1 CD digipack

cd • 12 titres

  • 1A private understanding
  • 2Here is the thing
  • 3My children
  • 4Caitriona
  • 5The chuckler
  • 6Windsor hum
  • 7Don't go to Anacita
  • 8Up the tower
  • 9Night-blooming Cereus
  • 10Male plague
  • 11Corpses in Regalia
  • 12Half sister

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Joseph Casey (chant), Gregory Joseph Ahee (guitare, clavier) Alexander Leonard (batterie), Scott Warner Davidson (basse)

remarques

chronique

Styles
post punk

Voilà un groupe pour lequel j’éprouve parfois de la passion…On pose l’album sachant quand même vaguement ce que l’on va écouter et pourtant chaque fois le coeur va s’emballer à un moment ou un autre. Quelle richesse dans cette musique et quel chanteur que ce Joey Casey ! Pas le physique ténébreux de Nick Cave mais le même genre de timbre pourtant avec une pointe de morgue évoquant Mark E. Smith. Quatrième disque, sans compter les concerts, et aucune baisse de régime, au contraire; la musique des Américains manie avec génie retenue, colère, mélodie, grisaille, au travers d’un post punk passionné et passionnant. ‘A private understanding’, c’est ça d’emblée: quelque chose de menaçant (cette guitare !) et résigné à la fois enflant jusqu’à la colère avant de retomber dans tristesse quotidienne vers la fin, avec quelque chose de brisé dans le feeling. Après un très bon ‘Here’s the thing’ rythmé, c’est carrément vers une grisaille funèbre à la Joy Division que s’aventurent Protomarytr sauf que c’est Mark E. Smith qui tiendrait le micro. Ces mecs ne cessent de brouiller des pistes que l’on croit connaître. Le trop court et génial ‘Caitriona’ et son attaque glauque, électrique…Il s’arrête d’un coup pour laisser place à une guitare en pleurs, glacée à filer le frisson ou comment te balancer un bon coup de spleen dans les côtes sans crier gare. Le temps que tu reprennes tes esprits, ça repart. Qui pourrait te parler de ce besoin de parler au point de le faire avec un telemarketer du nom de Lazlo même si on sait que ce n’est pas vrai ? Casey dégage un tel charisme même si la portée de ces paroles à tiroirs n’est pas toujours aisée à saisir. Et cette tristesse qui pointe quand on ne l’attend pas (le synthé d’intro de Night-blooming Cereus’)…Si Protomarytr laissent poindre la beauté au milieu des ruines, comment pourrait-on résister ? On oublie en pogotant sa haine et son incompréhension, comme sur ‘Male plague’ carrément punk. Ca fait limite du bien de se lâcher un coup parce que tant d’émotion, c’est pas évident pour un petit coeur de Twilight…Oui, mes bons amis, on peut encore sortir des chefs-d’oeuvre de vrai post punk à notre époque (mon Dieu, cette petite ligne de guitare assassine sur ‘Half sister’); Protomartyr semblent s’en faire une spécialité.

note       Publiée le vendredi 24 juillet 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Relatives in descent".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Relatives in descent".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Relatives in descent".

gregdu62 › vendredi 14 août 2020 - 13:09  message privé !

Excellent, excellent (5,5) ! Je le trouve meilleur que le précédent opus auquel j'accroche déjà bien musicalement (pas assez approché au niveau des textes) mais ici à part 2-3 tracks que j'ai tendance à zapper sur quelques replay ça me touche bien plus. Déjà très appréciés sur Agent intellect, je trouve les apports du guitariste Greg Ahee encore plus forts ici, des trouvailles qui donnent une âme à l'ensemble. Casey aussi est meilleur ici, personnellement il me touche plus sur cet album et j'en ai pioché les lyrics avec plus d'enthousiasme. Nombreux morceaux phares mais à ce jour les ouverture et fermeture sont vraiment deux claques à chaque écoute, surtout Half sister. Le court Caitriona est également très prenant, avec une dose d'humour dans le texte. Décidément très intéressant ce groupe et cet album je le creuse encore. Je ne sais pas ce que donne le dernier album sorti tout récemment mais ce Relatives in descent est pour moi une découverte rock majeur de cette année 2020.

Note donnée au disque :       
boumbastik › samedi 1 août 2020 - 00:43  message privé !

Une fois encore, merci pour la découverte. Guts, décidément... Super chouettos, ce groupe. Je parle comme en 1985, désolé.

born to gulo › mardi 28 juillet 2020 - 20:32  message privé !

L'année s'y prêtant, on a eu droit récemment à des tops albums de la décade écoulée : lui est dans le mien sans hésiter un POIL de seconde. Là pour durer.

Note donnée au disque :       
allobroge › mardi 28 juillet 2020 - 15:46  message privé !

J'en prend bonne note, ne connaissant ni d'Eve ni d'Adam, et une magnifique pochette en +, Twily et Goulot étant de fins connoisseurs !

born to gulo › vendredi 24 juillet 2020 - 16:53  message privé !

Fugazi + Oxbow + Joy Division + Stranglers, oui.

Note donnée au disque :