Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMad At The World › Seasons of love

Mad At The World › Seasons of love

cd • 11 titres

  • 1The narrow road
  • 2Seasons of love
  • 3City of anger
  • 4When the wind blows
  • 5Marshmallow land
  • 6Summer's gone
  • 7Promised land (the deception of drugs)
  • 8So insnae
  • 9It's not a joke
  • 10The love that never fades
  • 11Seasons of live (reprise)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

MATW Studios, Californie, USA.

line up

Roger Rose (chant, guitare, clavier, tambourin), Randy Rose (chant, batterie), Mike Pendleton (guitare, basse), Brent Gordon (guitares)

remarques

Existe en pack 2 cds couplé avec 'Mad at the world'.

chronique

*Ton Buffalo Bill on*: on regarde le nouveau logo à l’intérieur du livret avec anges, croix, roses, on observe le look des artistes qui se sont laissé pousser les cheveux, on constate qu’ils sont dorénavant quatre et que la configuration suit les codes traditionnels: chant, guitare, batterie, basse. *Mode Buffalo Bill stop*. Ok, certains morceaux de ‘Flowers in the rain’ avaient amorcé la mue mais peu, j’imagine, avaient compris à quel point. Le Mad at the World nouveau est définitivement débarrassé de son arsenal synthétique et se profile désormais comme un groupe de rock. Avec toujours la part d’ombre réglementaire. On songe beaucoup à The Cult époque ‘Electric’, Heroes del silencio’, le genre de trucs trop rock pour être complètement goth, trop sombres pour sonner purement rock. Le jeune Randy définitivement sorti de l’adolescence en plus d’empoigner de vraies baguettes pousse la chansonnette sur trois titres. Il n’a certes pas la belle voix de son frérot mais compense par la rage (l’excellent ‘So insane’ prouvant qu’il a écouté pas mal de glam metal). Roger, de son côté, a plutôt bien adapté son timbre à cette mue électrique et est surtout au top de son inspiration (ça devait pas être une période jojo pour lui en ce temps-là) en signant des parties de gratte franchement bandantes dans un registre plus appuyé aussi bien que lors d’instant plus calmes (la magnifique ballade ‘Season of love’, les riffs en pleurs du refrain de ‘When the wind blows’). Franchement rien à balancer aux orties dans ce skeud (si ce n’est la ballade niaise, ‘The love that never fades’, seule faute de goût mais une belle), c’est un vrai plaisir de découvrir Mad at the World sous des cieux aussi plombés et inspirés. Trop peut-être pour les musiciens ? Ils pousseront la blague le temps d’un quatrième essai plus heavy, moins goth, suivi d'un cinquième tir avant de changer encore de genre pour entamer un cycle plutôt marqué par une pop rétro complètement hors de ma sphère d’intérêt.

note       Publiée le vendredi 15 mai 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Seasons of love".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Seasons of love".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Seasons of love".