Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTroum › Tjukurrpa (Part One: Harmonies)

Troum › Tjukurrpa (Part One: Harmonies)

cd • 7 titres

  • 1Wrota Sfer 16:35
  • 2Licht-Brandung 7:03
  • 3Gluoen 7:11
  • 4Skaun[ei]s 7:44
  • 5Zayin 6:55
  • 6Mada Shaunda 5:57
  • 7Mirrored In You (Dedicated To Martyn Bates) 10:23

line up

Stefan 'Baraka[H]' Knappe, Martin 'Glit[S]ch' Gitschel

remarques

CD dans une pochette circulaire. Première partie de la trilogie Tjukurrpa.

chronique

Styles
ambient
dark ambient
indus
drone
Styles personnels
dreaming muzak

Y a-t'il meilleure entrée en matière à Troum que la trilogie Tjukurrpa ?

Formé des deux membres restants de la formation post-industrielle Maeror Tri, Troum a ceci de rare dans le milieu que sa musique est reconnaissable entre mille tout en étant réellement insaisissable. Armés d'instruments divers mais principalement guitares et FX, se passant bien de laptops, sampleurs et synthétiseurs, le duo brémois fait tout pour que les instruments disparaissent dans une masse de réverbérations et de delays, s'empilant en lentes ondulations à un rythme océanique. Ils se sont d'ailleurs fait un nid tant chez les amateurs de post-rock et drone à guitares qu'aux accros à l'ambient rituelle. Depuis la séparation du groupe précédent et ses début en 1997, le duo concentre sa recherche dans la matière sonore et les effets qu'elle induit pour l'esprit. En d'autres termes, Troum - rêve, en vieux germanique - recherche la transe. Il est dès lors aisé de comprendre pourquoi ils s'intéressent de près tant aux derviches tourneurs qu'aux « temps du rêve » (tjukurrpa en pama-nyungan, groupe de langues aborigènes d'Australie) où tout est informel et spirituel par essence. C'est que leur matière sonore est d'une grande richesse, mélangeant selon les besoins harmoniques, drones et rythmes. Seuls les moyens changent, et c'est là où cette trilogie entre en jeu.

Ce premier disque, « Harmonies », ne propose exactement que cela. Mais quelle proposition ! Les guitares, lointaines, nébuleuses (les amateurs d'ambient black metal se régaleront) se métamorphosent lentement mais indéfiniment, passant d'un accord à un autre perdus dans les réverbérations type «shimmer», qui étalent les notes dans le temps au lieu de les restituer immédiatement. Le son lo-fi qui a toujours bien servi Maeror Tri prend ici tout son sens, coagulant tous les éléments dans une masse informe dans laquelle on ne peut que se noyer. 'Gluoen' apporte quelques riffs légèrement plus lisibles, quand 'Skaun[ei]s' s'adjoint même d'un rythme, mais si lointain qu'il ne ressemble guère qu'à un massif sous-marin aux motifs se répétant naturellement. Bien qu'injustement casé dans le milieu ambient, Troum n'a pas non plus peur de faire du bruit comme en témoigne 'Mada Shaunda' qui se finit en bourrasque bruitiste. Les titres s'entremêlent et c'est avec difficulté qu'on peut les distinguer les uns des autres - pas de souci, puisque c'est manifestemement l'effet recherché.

note       Publiée le mardi 19 mai 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tjukurrpa (Part One: Harmonies)".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tjukurrpa (Part One: Harmonies)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tjukurrpa (Part One: Harmonies)".

Wotzenknecht › vendredi 22 mai 2020 - 08:44  message privé !
avatar

Merci de la précision linguistique, je corrige cela. J'acquiesce pour le monstrueux Grote Mandrenke mais c'est vraiment un truc à part, même pour eux ! Il fait partie du prochain batch de chroniques.

Sinon oui, Drone Records c'est classe (27 ans à ne sortir que du drone ambient en vinyle, sans discontinuer) et les gars sont super approchables.

Note donnée au disque :       
Hallu › vendredi 22 mai 2020 - 08:20  message privé !

Je les suis depuis longtemps, pas facile de rentrer dans leur discographie. Je conseille Grote Mandrenke qui est un monstre. Mais assez accessible. Car certains opus purement drone sont trop hermétiques à mon goût. Tjukurrpa est une excellente trilogie, mon préféré c'est le 3è. Sinon, ayant vécu en Australie, il n'y a pas une langue aborigène, il y en a des centaines.

Note donnée au disque :       
yog sothoth › mardi 19 mai 2020 - 11:34  message privé !
avatar

ah tiens, Troum ! c'est amusant, j'ai eu quelques échanges la semaine dernière avec Stefan qui gère le très chouette label Drone records (la liste de distro est massive ). Je n'ai écouté que leur collaboration avec Nadja, et ca marche pas si mal, chez moi ! (j'irai tester celui-là pour la référence au black atmo, et je reviens juste après !)