Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAutechre › elseq 1–5

Autechre › elseq 1–5

  • 2016 • Warp WARP512 • 1 Téléchargement Web

digital • 21 titres

  • elseq 1
  • 1feed1 11:37
  • 2c16 deep tread 12:31
  • 313x0 step 8:57
  • 4pendulu hv moda 12:15
  • 5curvcaten 6:59
  • elseq 2
  • 6elyc6 0nset 27:09
  • 7chimer 1-5-1 5:03
  • 8c7b2 13:22
  • elseq 3
  • 9eastre 22:15
  • 10TBM2 6:44
  • 11mesh cinereaL 24:28
  • elseq 4
  • 12acdwn2 11:52
  • 13foldfree casual 9:49
  • 14latentcall 14:31
  • 15artov chain 4:04
  • 167th slip 6:36
  • elseq 5
  • 17pendulu casual 9:01
  • 18spTh 8:21
  • 19spaces how V 9:57
  • 20freulaeux 11:06
  • 21oneum 11:01

line up

Booth, Brown

remarques

N'existe qu'en format digital.

chronique

Le mercredi 17 juillet 2013, un de nos membres écrivait sous la chronique d'Exai le commentaire suivant : « Soit, Autechre est une des très rares propositions de musique électronique contemporaine à avoir marquée[sic]. Mais bon, soit je n'y comprend[s] rien, soit ils se répètent quand même beaucoup non ? ». Sept ans plus tard, je suis toujours bien en peine d'infirmer ou de confirmer sa perception.

Elseq1-5, soit-disant "live sequences 1-5", rebat autant de cartes qu'il n'en rebat aucune. Dans le monde d'Autechre où tout est sujet à caution et changement, les avancées dans le toujours-plus-loin restent paradoxalement mineures. J'en vois deux de notables : d'une, l'affranchissement du format physique, qui aura fait tant couler d'encre qu'ils y retourneront pour les lourdes NTS Sessions en 2018, avec un alibi : c'est de l'archivage, nous dit-on. Elseq1-5, lui, n'existe officiellement que dans le monde virtuel. On ne pourra donc pas l'écouter sur un grammophone à manivelle dans un désert post-apocalyptique, comme on pouvait jusqu'à présent avec le reste de leur discographie. L'autre avancée, corollaire du format virtuel, c'est l'affranchissement du directeur artistique qui choisit parmi les titres ce qui va sortir. Depuis sa série de live officiels Autechre sort ce qu'il veut, comme il veut. Après tout, cinq pseudo-EPs ou un album de plus de quatre heures ne coûte à Warp et Bleep guère plus que de la bande passante. Autechre peut laisser libre cours à ses idées musicales de se développer sur quatre, huit, dix-sept ou vingt-quatre minutes. Charge à l'auditeur d'y trouver son compte.

L'auditeur, venons-en. C'est lui le directeur artistique sur Elseq, invité à fouiller les énièmes dégobillages électroniques logarithmiques des deux lurons à la recherche de perles rares. Et il en trouvera autant qu'il y a de définitions de perles rares. C'est là bien tout le paradoxe contenu dans le commentaire cité en introduction. Il fut un temps où les formats obligaient le label et le groupe à prendre des décisions, jamais à la légère, et à livrer un produit final. À l'auditeur de s'immerger dans ce qui est offert comme définitif. Rien de tout cela ici : devant cette montagne de titres l'auditeur d'Autechre, souvent déjà bien balisé, risque de se confronter à lui-même et à converger vers ce qui sonne familier au détriment des nouvelles propositions, simplement parce qu'il se passe trop de choses. Les adeptes du Autechre bruitiste seront comblés par le titre d'ouverture, qui me rappelle le Merzbow de la période rythmique. Ceux qui aiment le Autechre mélancolique seront contents de retrouver cette facette négligée sur 'pendulu hv moda', 'foldfree casual' et surtout 'latentcall', vrai clin d'oeil à la période Draft 7.30 / Untilted. Dans la même veine la fête à la réverbe continue sur 'spaces how V' et 'oneum'. Des pièces plus minimalistes, 'spTh' en tête, rappellent un peu Confield voire simplement un clin d'oeil aux compositeurs expérimentaux des décennies antérieures, comme 'eastre' qui pourrait bien être du Stockhausen ou Bayle. Et ceux qui aiment les pluies de blips-blips s'immergeront dans les interminables 'elyc6 0nset' et 'mesh cinereaL'. 'Artov chain' et '7th slip' sont sans doute les titres les plus barrés, épuisantes expérimentations panoramiques de répétition / destruction.

La boulimie -et l'illusion- du choix que le monde contemporain nous vend comme une bonne chose sous couvert d'être sans compromis me pose toujours problême ici, car malgré une pléthore de bons titres on ne sait pas plus où Autechre veut en venir. Je ne leur connais qu'une véritable intention, qu'ils atteindront presque avec les NTS Sessions : celle de sortir un album d'une traite, au fur et à mesure que leur carte son se soumet aux lois qui dirigent leurs méthodes de production. Mais derrière cela y a-t-il encore une véritable recherche sonore, ou ne sont-ils pas aveuglés par la programmation ? J'aime plusieurs titres de ce bastringue, certainement ; jamais les mêmes et toujours à petite dose. Mais sans vision claire on aurait aussi bien fait de fouiller les disques durs de chaque artiste pour y trouver quelque chose, un peu comme avec les MiniDiscs hackés de Radiohead, qui eux avaient bien conscience du ridicule d'une telle entreprise.

note       Publiée le mercredi 15 juillet 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "elseq 1–5".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "elseq 1–5".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "elseq 1–5".

Fryer › dimanche 15 novembre 2020 - 19:15  message privé !

Délectable SIGN ; idéal vu la période.

Le Pape des zozos › mercredi 4 novembre 2020 - 13:03  message privé !

J'ai tout mon libre arbitre, merci bien :) J'ai pas craqué mon PEL non plus pour acheter tous leurs lives, je te rassure ^^ Mais je regrette pas d'avoir les Elseq. Je les écoute régulièrement, et je considère pas ça comme de la goinfrerie... Enfin bref, je voudrais pas me lancer non plus dans un débat idéologique sur la place du marketing dans la musique !

Note donnée au disque :       
Cinabre › mercredi 4 novembre 2020 - 10:07  message privé !

T’façon quand on a du talent et qu’on écoute les gars du marketing, on est forcément un trou de balle, non?

Dioneo › mercredi 4 novembre 2020 - 08:56  message privé !
avatar

@Monsieur N : bah encore une fois, je crois que personne n'a dit "amen à tout ce qu'ils sortent" hein, ce sont des questions différentes ! Pour ma part je disais juste que ça me paraît excessif de les considérer eux, particulièrement, comme des gros opportunistes qui essayent de nous fourguer tous leurs rogatons pour s'acheter des dents en platine... Je veux dire : je ne crois pas que les "fans d'Autechre" se pressent par milliers pour acheter aveuglément la moindre de leur sortie - et je pense bien que les mecs d'Autechre savent que ça va pas marcher comme ça, non ? (Enfin, encore une fois j'ai pas accès aux chiffres e vente mais ça m'étonnerait un peu qu'ils écoulent par camions les lives et autres à-côtés... Et en effet, après c'est à chacun de trier pour soi-même - ou de cesser d'essayer, de lâcher l'affaire, oui... Tout ça pour dire que non, à mon avis les mecs la jouent pas "eh, offre spéciale, tu peux trop pas rater cette pépite, ACHÈTE !!", à chacune de leurs sorties multiples, quoi... Vraiment, je ne crois pas).

Rendez-Moi2 › mercredi 4 novembre 2020 - 08:03  message privé !

On dirait que vous perdez votre libre arbitre les mecs. C'est pas parce qu'il y a banquet à volonté que vous devez vous goinfrer, hein.