Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAbigail › Forever Street Metal Bitch

Abigail › Forever Street Metal Bitch

cd • 11 titres • 31:01 min

  • 1Violence, Kill and Destruction03:33
  • 2Hellfire and Damnation02:45
  • 3Damned in Hell03:05
  • 4Black Metal Thunder02:40
  • 5Bitch! We Gonna Kill You02:31
  • 6We're the Pussy Hunter02:02
  • 7Shooting Master03:19
  • 8Hey Slut!03:01
  • 9Charge!02:31
  • 10Struggle to Death03:04
  • 11War 66602:30

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par M. Fukuda et M. Takizawa au Studio Penta à Tokyo, Japon, février-juin 2002. Produit par Abigail.

line up

Asuka (guitare), Yasuyuki Suzuki (basse, voix), Youhei (batterie)

Musiciens additionnels : Shinichi Ishikawa (guitare), Mirai Kawashima (orgue, voix)

remarques

Réédition cd et vinyle par Drakkar en 2009. Disponible sur le bandcamp de Drakkar.

chronique

Styles
metal
heavy metal
metal extrême
black metal
thrash metal
Styles personnels
vertiges de l'amour

Il y a des moments de grande excitation dans la vie : quand on obtient le Bac, quand on obtient le permis de conduire ou quand on lèche pour la première fois un truc qu'on a envie de lécher depuis longtemps. Quand on ouvre la fenêtre de chez Papi en soupirant de soulagement, ou quand on ferme la porte de chez Maman en courant ! Et il y a évidemment le blackened heavy metal, ou le thrash black ou le metalled metal of metal qui peut vous botter le cul comme un vulgaire ballon de rugby dans les cinq mètres écossais. Abigail, groupe de métal, est plus métal que le métal. Il est tellement métal qu'il peut mettre une photo de Jenna Jameson et rester cool - la refonte de la pochette lors de la réédition, peut-être pour des raisons de droits (?) étant beaucoup moins cool ! Abigail peut également être si métal, si rock de métal, si rocher de métal, il peut être si boule de métawwwwwwwl, qu'il peut jouer avec un son de poêle à frire tout en restant suave à l'écoute. Mais vous alors, hypothèse : qu'est-ce que vous entendrez après avoir regardé avec excitation - ou perplexité - la pochette de ce joli album sorti par un label français il y a quelques temps ? Vous entendrez sans doute du "à fond la caisse métal" accompagné de cris à moitié étouffé du chanteur le plus pincé du nez du biz, celui qui n'a pas peur de hurler "de tête" sans avoir peur de 1. se péter la gorge et 2. se péter le nez. Que dire donc... pour vous faire aimer ce disque si vous n'aimez ni le thrash heavy black japonais, ni le porno américain... C'est sombre un peu, ça parle de putains de l'enfer, c'est bourré jusqu'à la gueule de riffs de pur métal, ça mélange avec une savante et ignominieuse facilité tous les clichés d'une bonne partie de la culture métallique et c'est juste ce qu'il vous faut pour vous imaginer une fois de plus être le héros d'aujourd'hui, les femmes à vos pieds, vos bottes en cuir allongées jusqu'à la teub, la moustache fière et le casque à cornes bien ajusté !

note       Publiée le mardi 12 mai 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Forever Street Metal Bitch".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Forever Street Metal Bitch".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Forever Street Metal Bitch".

taliesin › mardi 12 mai 2020 - 18:45  message privé !

Oui oui tout bon ! Mon préféré dans leur longue disco :-)

Note donnée au disque :       
born to gulo › mardi 12 mai 2020 - 16:36  message privé !

C'est un monsieur on te dit !

(N°6) › mardi 12 mai 2020 - 16:23  message privé !
avatar

Quelqu'un a le 06 de cette Abigail ? C'est pour un copain.

Dioneo › mardi 12 mai 2020 - 15:00  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Ah ! Les subtiles pochettes - et la subtile musique de Mr. Abigail ! De mémoire, celui-là était comme tous les Abigail passé le premier : du bon blackthrash bien bourrin - ou "blackened thrash" oui, comme tu dis - avec une voix pétée et du gros riff, bonne éclate wrack'nwrââle débilos bien foutue et imaginaire d'ado avec trois poils sous le nez qui se rêve motard-pimp des enfers, voilà... On sait où on va quoi, et c'est cool dans son genre bien con.

Après... Je continue de trouver qu'Intercourse & Lust, son premier, sort du lot, que c'est un peu le seul du gars (enfin, de ceux que je connais, toujours) à ne pas juste varier un peu les dosages de cette formule immuable ! Il est plus élaboré tout en restant bien brutos, les compos sont moins rectilignes, c'est plus tordu. Mais bon.

BEER ! METAL ! SEX ! qu'il me répondrait sûrement, le Canard du Mâââl.

(PS : tiens, je vois qu'il avait sorti une K7 dédiée à la Cicciollina, où ils jouent ce titre là aussi, justement... Abigail Loves Ilona, As She Is The Very Best, ça s'appelle - avec 4 reprises des Italiens de Bulldozer et une de Tormentor... Décidément un esthète doublé d'un gentleman, ce Yasuyuki !)