Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTEmmanuel Top › Emmanuel Top

Emmanuel Top › Emmanuel Top

cd 1 • 10 titres

  • 1Acid Phase (Original Club Mix) 5:21
  • 2Turkish Bazar 6:35
  • 3Detune My Fortune 8:40
  • 4Climax V 1.1 7:50
  • 5Tone 8:23
  • 6So Cold 7:23
  • 7Cosmic Event 5:41
  • 8Throb 8:47
  • 9This Is A ...? 5:20
  • 10Margueritte 6:53

cd 2 • 10 titres

  • 1Ecsta-Deal 8:07
  • 2Rubycon 6:19
  • 3Tricid 11:28
  • 4Armageddon 7:19
  • 5Equilibrism 4:57
  • 6Ink 5:51
  • 7La Pipe À Eau 8:10
  • 8Play It Loud 5:25
  • 9Shotgun 8:21
  • 10Next Track, The Silence 8:48

cd 3 • 3 titres

  • 1Acid Phase (Nevada Kid Club Mix 2002)4:47
  • 2Acid Phase (BBE 2002 Club Mix 02)7:08
  • 3E.T. Dj Set 52:26

line up

Emmanuel Top

remarques

"DJ set is an original creation of 35 ID point from the personal E.T.'s samples collection "Loop from nowhere". Equipement list for dj set: Technics SL 1200, Mackie VLZ serie, Quested monitor, Roland TR 909 & 808, Sonic Foundry Acid V3.0 (PC), Steinberg Wavelab V3.0, Emagic Logic Audio V4.7.3 (Mac), Apple Computer, Sony Computer."
Triple digipack compilant une sélection de titres sortis entre 1990 et 2001.

chronique

Styles
techno
trance
Styles personnels
acid / minimal brut

Le prix de l'indépendance, Emmanuel Top le connaît. Pionnier et pilier incontournable de la techno durant les années 90, son nom est pourtant à l'ombre des grands noms, surtout en France, partiellement dû à sa volonté de garder le contrôle sur toutes ses productions, qu'elles soient commerciales ou expérimentales. Cela ne l'a pas empêché de rencontrer un succès énorme : à moins que vous ayez moins de trente ans ou que vous habitiez alors dans un bunker, vous avez forcément entendu 'Acid Phase' en soirée, sur Fun Radio ou au détour d'une compile rave. Tout au moins avez vous soupé l'un des deux titres les plus joués du trio B.B.E.  : 'Flash' et '7 Days and one Week'. Eh bien le E de B.B.E., c'est Emmanuel. À côté de ces titres racoleurs, Top a fabriqué – artisanalement, comme il aime à le dire – des dizaines de monstruosités acid à base de boucles toutes plus sèches, imbriquées et décharnées les unes que les autres. Celles et ceux qui ne connaissent pas encore, faites-moi plaisir : éteignez les lumières, ouvrez les fenêtres, sortez les stroboscopes et envoyez-vous 'Tone' et/ou 'So Cold' dans leur intégralité à fond les caissons. Si vous vous dites «  Ok, ya moyen, ou sont mes chewing-gums  » alors on peut continuer la lecture. À part sur le susmentionné et très expressif 'Acid Phase', qui cartonne encore grâce au gros revival acid trance et techno ces dernières années, les titres sont hyper retenus, sous pression ; Emmanuel fait monter la sauce lentement en ne donnant que le strict nécessaire au dernier moment. Partout il joue à l'équilibriste avec des éléments soigneusement sélectionnés qu'il lance en boucles en alternance. La magie se passe surtout au mixage et à la post-production : il rabote, encore et encore, pour voire jusqu'où il peut tirer la corde entre expérience sonore tactile, psychoacoustique même, et nécessité d'instaurer cette ambiance crépusculaire et inimitable sur le dance-floor. 'So Cold', 'Turkish Bazar', 'Tone', 'Rubycon' : autant de titres autoritaires qui nous prennent entre deux feux nourris ; celui de la TB-303 (ou une émulation ? Il ne la cite jamais) et de ses accents si soigneusement répartis, et celui du rythme dont toute la richesse se situe sur les hi-hats et snares si savamment organisés dans d'amples mouvements circulaires qui prendront tout leur sens sur son album Asteroid, dont on parlera tantôt. Le sens de la fessée, aussi, qu'on se prend sèchement et implacablement grâce à ce son brut de brut, jusqu'au moindre grésillement. C'est que Top a de la bouteille, ayant bossé par le passé au DiKi studio en Belgique avec Bruno Sanchez et Bruno Sanchioni (les deux B de B.B.E., ce sont eux). Sanchioni qui a produit entre autres 'The Age Of Love' en 1990, coup d'envoi de la trance - quand je vous dis que Top est là depuis le début... Cette compilation, dont je ne connais pas trop les tenants, reprend la plupart des titres de son premier triple-album 'Release' sorti sur son propre label Attack ( il veut tout faire lui-même – et c'est papa au graphisme. Artisanal jusqu'au bout ! ) et offre en sus un DJ set original dans le sens où il ne mixe pas de disques mais remonte ses banques de loops en direct avec une 808 et une 909 en guise de groove. Une manière de saisir sa façon de bosser plus directement. On s'amusera des noms des morceaux aux références plus ou moins subtiles, et qui ont certainement croisé la route de Micropoint. Pour finir je sais que vous aimez Plastikman sur ce site, alors imaginez son catalogue rejoué par Chris Liberator et vous aurez une idée de ce qui vous attend.

note       Publiée le dimanche 19 avril 2020

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Emmanuel Top".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Emmanuel Top".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Emmanuel Top".

Hallu › lundi 20 avril 2020 - 09:48  message privé !

Je l'ai découvert à l'époque dans la compil "Ultra Techno L'anthologie" avec 4 CDs de classiques de la techno, à l'époque édité par fun radio il me semble. Un mec très talentueux, assez secret, et qu'on peut considérer comme notre Richard Hawtin national en effet. En ce sens, "Asteroid" est aussi différent de ses tubes dancefloor et mix que les albums de Plastikman sont différents du reste de son travail. Pour moi c'est "Asteroid" son chef d'oeuvre, très industriel, poli ("polished chrome" ?), mais plutôt froid et impitoyable, au contraire de Plastikman qui est je trouve plus ambient. Cette compil est très bien pour apprécier son talent et sa panoplie, mais elle manque de cohésion puisque ce n'est pas un album. Comme Richard, il est obsédé par la pureté du son, faut que ça claque, que ce soit clean, parfait et percutant. Obsédé par les claps lui aussi, et par des basses absolument faramineuses, au limite du supportable parfois. Peut-être pas aussi connu qu'un Laurent Garnier, mais tout aussi important.