Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeftones › Ohms

Deftones › Ohms

  • 2020 • Reprise 093624892137 • 1 CD

cd • 10 titres • 46:16 min

  • 1Genesis
  • 2Ceremony
  • 3Urantia
  • 4Error
  • 5The Spell Of Mathematics
  • 6Pompeji
  • 7This Link Is Dead
  • 8Radiant City
  • 9Headless
  • 10Ohms

enregistrement

Produit par Terry Date

line up

Stephen Carpenter (guitare), Abe Cunningham (batterie), Frank Delgado (claviers, samples), Chino Moreno (chant, guitare), Sergio Vega (basse)

remarques

chronique

Styles
metal alternatif
neo metal
cold wave
Styles personnels
def 2 rue

Réémergence des mutilés obstinés Deftones, l'année de la grosse grippe. Diagnostic ? Grip certain. RDV au skatepark à minuit, sous le grand pont, parfum de mort et de tension. Def cernés, mais épais. Trapus, vigoureux. Leur spleen moite souligné par un sinistre halo de synthétiseurs, Delgado-Rimmel sous le regard désabusé. Après avoir grand ouvert les fenêtres de la piaule et laissé son spleen respirer au large, avec le mal-aimé Gore, Deftones switche en mode vision nocturne et tabasse ta race ... Enfin ça, c'est l'effet de la torve "Genesis", qui avec ces airs racailles, balaie direct mes histoires d'envol un peu nunuches sur la chro du précédent (même si on entend des mouettes plus loin dans le disque), en replongeant Deftones au cœur de la ville froide.

Ohms est urbain, ouais. Deftones arpente ce qu'il reste de l'avenue Nineties avec les yeux désolés du survivant, noyés dans l'albédo du béton invasif. Il est aussi la saveur un peu "futuriste" d'un "cyber-Deftones", et celle de ces graffitis délavés, de quand il y avait plein de groupes qui faisaient de l'"indus", et des gros pixels, qui font des serpents à angles droits sur les cellulaires... Des pixels froids qui éclairent d'une lueur familière et singulière le mammifère nocturne Deftones, cette grosse bête suave qui rumine encore ses angoisses... Celles de Chino L'Amoroso, blotti dans la doudoune en rocaille de ce gros son heavy-groove archi-rôdé, maraudeur. Du charpentier Stephen faisant feu de tout métal, jusqu'à flinguer l'ambiance sur le final en se permettant la coquetterie douteuse d'évoquer du trivial Baroness (on peut arrêter l'album avant, sauf si on aime vraiment le surf). Ohms est "cold", Ohms est "core", Ohms est "neo", "gaze", "hip-hop", il pogote sans se faire prier (Chino bondit dans la stéréo comme le jeune qu'il n'est plus), Ohms est même un peu meshuggien ici ou là, et Ohms rêve en digital... Et son effet aux premières écoutes a pour moi été comparable à Koi No Yokan autant qu'au sans titre de 2003. Frais, mais aussi... Massif. Dense. Intense. Et puis comme chaque Deftones parle à un autre dans cette discographie ultra-cohérente, et que chacun a sa teinte : celle de Ohms est lugubre. Je la perçois en bleu-de-gris. Autant le son de ses guitares, que son joli interlude au synthétiseur ambiance Heat ou Blade Runner. Tout ça fait sens, et d'ailleurs il y a comme une odeur de kérosène dans l'air vicié... Ohms est Deftones zonant dans les débris du passé, comme un être mi-Kaneda mi-Tetsuo rôdant dans l'agglomération aux géométriques écrasantes. Revenant, dans ce tapage des souvenirs bouillonnants, aux ambiances de presque tous leurs albums... Respirant, quand il se l'autorise, en regardant la skyline clignotante, avant de re-sombrer dans sa carcasse chromée-rouillée. Ressassant ses mélodies, encore, évidentes, autant que floues, dégoulinant du Chino et du Stephen, qui semblent n'être toutes que des resucées de ce qu'ils ont fait ici ou là, compactée dans le riffing au gel "fixation extra forte", la sensation d'un Around the Fur plus mûr... Trop facile ?.. Et puis non, mieux que ça... Plus coriace... Ohms fait du pur Deftones. Mais tout en reformulant de façon subtile le code Deftones. Donnant un Deftones compact, tangible, à la mélancolie plus hivernale. "Ceremony", "Urantia", "The Spell of Mathematics", "Pompeji" et "Headless" : toutes celles-ci sont à compter dans l'élite du répertoire deftonesien. Et pourtant malgré ma bonne première impression, j'ai lutté, entre l'incertitude de tenir un vrai Deftones de garde, et le magnétisme vénéneux de ses échos. Même cru tenir un Diamond Eyes II, c'est à dire un Deftones qui passe au contrôle technique mais sortira à peu près jamais du garage... Deftones fan-service, finition carbone à jantes hallu ? "It's just an illusion". Tout n'est pas aussi simple, nous parlons de Deftones, pas d'un banal groupe FM. Plutôt FNM, d'ailleurs. N'oublions pas le vieux tropisme Faith No More, dans la génération neo, et celui-ci infuse encore profond, jusque dans le emceeing au talkie-walkie post-pattonien ("Radiant City" ou "Headless") dont Chino use mais n'abuse pas, avec distinction, tout comme il vous balance à la gueule des tympans ces défigurations à l'acide de sa voix laiteuse, jusqu'aux cris de chat cramé. Enlaidissements crispés contrebalançant toujours sa féminité écœurante, mais tellement plus fine que bien des miauleuses du beau sexe...

Et là, arrivé au point d'abrutissement aux miaou-miaous du Chouino, après je ne sais pas combien de réécoutes maladives à minuit, un constat à l'arrière-goût de paradoxe et d'immuable me saute à la gorge du neurone critique : Ohms aurait pu sortir tel quel en 2000, en se fondant parfaitement dans leur discographie... Et pourtant, ce disque colle tellement avec le feeling 2020, blême, à ressasser encore sa morosité devant l'écran jusqu'à avoir l'impression d'être ce robot pourrissant, mais qui cherche toujours à grailler sa part de beauté. Ohms en regorge, autant que de malaise.

note       Publiée le mardi 16 février 2021

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Ohms".

notes

Note moyenne        10 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Ohms".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Ohms".

surimi-sans-mayo Envoyez un message privé àsurimi-sans-mayo

Ouais, celui-là en particulier il est extrêmement difficile à cerner et justement c'est ça qui est bon. À chaque écoute il m'a laissé une impression différente, jusqu'à ce que je finisse par le considérer comme un de mes préférés. Pourtant c'était mal parti, au début j'y trouvais un goût d'autoparodie presque répulsif, alors même que je reconnaissais la qualité des morceaux pris individuellement. Maintenant je dirais que c'est Koi No Yokan qui me fait plus cet effet-là de bon album (voire très bon) mais qui ne me donne pas envie de dire plus que "Deftones font du Deftones" et que je ne réécoute plus trop en conséquence.

dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

Deftones en live en 2022, grosse ambiance, plein de djeunz qui crient les paroles et s'éclatent. C'est n'imp. Et rien à faire de chez rien à faire, y'a une aura autour de White Pony (et des 3 morceaux joués) que je trouve indépassable (ouais j'aime être pas constructif). (et sinon ce disque a l'air pas mal, en vrai, mais ça s'apprivoise, les albums des Deftones.)

Message édité le 15-06-2022 à 02:00 par dariev stands

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

J'avais oublié celui-ci, écouté une demi-fois depuis sa sortie. Ben c'est toujours métal polochon mystérieux, ça me suffit, vu que c'est un peu toujours cet aspect qui m'a touché dans leur musique depuis gamin... spéciale dédicace dans le rétro au vigile de la fosse lors de la tournée white pony qui m'avait refilé un mediator du (déjà un peu gros) Chino...

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

J'aurais probablement pu écrire un peu la même chro que sur "The Eternal" de Sonic Youth, alors que Deftones sont arrivés à ce stade de fignolage de leur artisanat qui fait que de toute façon, ils vont te fabriquer une belle chaise Deftones qui, pour celui qui apprécie, sera toujours agréable à s'asseoir dessus, ergonomique et bien foutu visuellement, et puis solide. Deftones, c'est le coup de la variation sur un thème (et un son) par excellence. Celui-ci a ce fumet "Around the Fur" poivre et sel, ces mecs sont quasiment des quinquas mais pourtant, ils n'ont pas changé plus que ça (sans jouer aux faux jeunes, le pire truc). Et assez nocturne, oui, surtout tout ce milieu d'album où y a enquillage de grosse branlées (l'enchainement "Error", "The Spell of Mathematics", "Pompeji", c'est du S-tier Deftones quoi, c'est comme ça qu'on dit nan ?). Chui assez d'accord sur le dernier titre qui fait limite hors-sujet, un rare cas de final un peu bof (d'ailleurs y a que 10 titres, il est où le 11 ?). C'est pas Koi no yokan (malgré la note, mais bon, les notes, hein), mais c'est une très honorable synthèse, avec des beaux morceaux de grand Deftones dedans.

Note donnée au disque :       
saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Quelques très bons titres mais sur lesquels on ne revient jamais

Note donnée au disque :