Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHalford › Live insurrection

Halford › Live insurrection

cd 1 • 15 titres • 62:53 min

  • 1Resurrection04:02
  • 2Made in hell04:14
  • 3Into the pit04:15 [reprise de Fight]
  • 4Nailed to the gun03:35 [reprise de Fight]
  • 5Light comes out of black05:01 [reprise de Rob Halford avec Pantera]
  • 6Stained class05:33 [reprise de Judas Priest]
  • 7Jawbreaker03:25 [reprise de Judas Priest]
  • 8Running wild03:02 [reprise de Judas Priest]
  • 9Slow down04:40
  • 10The one you love to hate03:12
  • 11Life in black04:26 [reprise de Fight]
  • 12Hell's last survivor03:25
  • 13Sad wings03:33
  • 14Saviour02:58
  • 15Silent screams07:32

cd 2 • 13 titres • 50:27 min

enregistrement

Enregistré live durant la tournée "2000 & 2001 'Resurrection' World Tour"

line up

Rob Halford (chant), Patrick Lachman (guitares), Mike Chlasciak (guitares), Ray Riendeau (basse), Bobby Jarzombek (batterie)

Musiciens additionnels : Bruce Dickinson (chant [10])

remarques

chronique

Rob Halford revient en mode screaming heavy metal, épisode 2 ! Après la création de son nouveau groupe, qui prend désormais son nom, et un premier album salué par tout le monde (presse comme fans), le voilà qui sort un double-album live, sorte de best of de son œuvre. Et quand je dis son œuvre, c'est depuis les années 70 ! Donc Judas Priest inclus ! Si ça c'est pas une opération de communication du tonnerre en mode "Leçon de séduction d'Aubade N°666 : l'art du cuir et des clous sur ma Harley", je n'y connais rien ! (Et là, vous avez tous cette vision d'une affiche Aubade avec Rob Halford dessus ! Ne me remerciez pas, c'est cadeau !) Donc voilà, Rob Halford continue son retour sur le devant de la scène heavy metal traditionnel, la tournée qui a suivi le premier album de son nouveau groupe a servi pour ce live. J'ai eu la chance d'assister au show parisien de cette tournée et c'était magique. Imaginez qu'il n'était pas question à l'origine d'un retour du Metal God au sein de Judas Priest, alors l'occasion de le voir en chair et en os devant nous, en plus dans une salle de taille moyenne, nous interpréter des classiques du Priest, c'était inespéré ! Alors forcément, quand ce "Live insurrection" est sorti, je me suis jeté dessus ! Et bien évidemment, il est difficile d'être déçu par le produit final. L'album suit le déroulement d'un concert du groupe, avec un début reprenant des titres du dernier album, mais pas que ! Alors qu'on s'attendait à du Judas Priest, on a droit à des morceaux de... Fight ! Oui, son premier groupe après son départ du Priest, dans un style plus metal US moderne, à la croisée des chemins entre Pantera et Machine Head, donc plus agressif et groovy. Bizarrement, je n'ai jamais creusé ce groupe, même depuis l'achat de ce live, et pourtant, "Into the pit" ou "Nailed to the gun" ne manquent pas de mordant, surtout en live où le résultat est plutôt efficace. Rob a aussi déterré le morceau qu'il avait réalisé en solo, avant Fight, en collaboration avec Pantera, "Light comes out of black", mais là, je suis moins friand. Par contre, pas de traces de son autre groupe 2wo ici. Déjà là, depuis le début de ce live, c'est pied au plancher, pour ainsi dire sans temps mort. C'est là que Rob prend la parole pour annoncer ce que tout le monde espérait et attendait : jouer du Judas Priest ! Ne nous voilons pas la face. Certes "Resurrection" est génial, mais en concert, les fans veulent surtout entendre du Priest ! Et c'est parti pour un "Stained class" qu'on n'attendait pas forcément. On aurait plutôt misé sur un titre plus connu du groupe, même si ce morceau est vraiment génial ! Le résultat n'en reste pas moins super bon ! Et c'est vraiment là qu'on se dit que putain, ça le ferait vraiment s'il était de retour ! Rob a toujours son chant si reconnaissable et puissant. Peut-être que maintenant ça peut paraître anecdotique, mais à l'époque, ce n'était pas le cas ! La suite du live alterne entre nouveaux morceaux des dix dernières années avec ceux de Judas Priest. Le résultat est vraiment bon et homogène. Tout se mélange bien, certes les morceaux du Priest sont les plus attendus, mais les autres ne font pas tâche du tout. On a même un "The one you love to hate" en duo avec Bruce Dickinson, comme sur l'album. Chose curieuse et originale, certains morceaux n'ont pas été enregistrés pendant les concerts, mais lors des soundchecks (notamment le titre avec Dickinson), puis ré-intégrés dans un environnement live. Halford a l'honnêté de le dire directement dans le livret. De plus, l'album a été enregistré tout au long de la tournée, dans des environnements sonores différents (stade, clubs, etc), de ce fait, il y a quelques changements dans le son de ce live, mais au final, le résultat est nickel. Le deuxième CD fait la part belle aux grands classiques de Judas Priest, et là, c'est mortel ! Surtout que quand je parle de grands classiques, on a aussi quelques perles comme ceux de 1976, "Genocide" et "Tyrant", sans oublier "Beyond the realms of death". Aussi, curieusement, pas de morceaux des derniers album du Priest, rien de "Painkiller", le morceau présent le plus récent étant "Jawbreaker" de 1984. Rob Halford a voulu faire plaisir aux fans de longues dates en venant déterrer de grands morceaux moins utilisés en live par le Priest "actuel" (c'est-à-dire à celui de 2001, sans lui), même s'il y a toujours les "Electric eye", "Metal Gods" et autres "Breaking the law" ultra-fédérateurs ! Niveau interprétation, on est dans un style plus moderne avec des guitares agressives, proches du power metal des années 90, mais le rendu pour les morceaux du Priest est vraiment super bon. Il n'y a rien à dire, ce live est à la hauteur de la réputation du chanteur et il mérite une place de choix de vos discothèques. Quel pied quand même de le ressortir pour chanter à tue-tête sur les classiques du groupe ! En guise de bonus tracks, le groupe a choisi curieusement d'ajouter trois morceaux inédits en version studio, dont deux de Judas Priest. Je trouve que ça casse un peu la dynamique du double-live, sans toutefois nuire à l'objet global. Ces morceaux n'apportent pas grand chose et j'aurais clairement préféré les voir débouler dans un EP ou sur l'album suivant du groupe. Là, ils sont relégués en fin d'un live génial et perdent de leur attrait ! Au final, on a quand même un excellent live, super intense, prouvant à nouveau que Rob est de retour !

note       Publiée le vendredi 17 avril 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Live insurrection".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live insurrection".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live insurrection".

torquemada › vendredi 17 avril 2020 - 21:22  message privé !

Aucun souvenir de ça mais ça aurait pu être moi !!! Je me souviens surtout de « esquevouzémé Sortilège ? » silence, « euh non en fait ».

Nicko › vendredi 17 avril 2020 - 20:15  message privé !
avatar

C'est pas là où un type dans le public avait interpelé le chanteur entre deux morceaux parce qu'il trouvait qu'il chantait faux ?

Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 17 avril 2020 - 19:58  message privé !

En lisant la chronique, je me rends compte que ce concert parisien a eu lieu il y a 20 ans. Putain le coup de vieux ! Pourtant le souvenir de la première partie me fait encore rire.