Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn / Thurston Moore › "@"

John Zorn / Thurston Moore › "@"

  • 2013 • Tzadik TZ 7643 • 1 CD

cd • 7 titres • 55:16 min

  • 16th floor walk-up, waiting12:25
  • 2Jazz laundromat04:58
  • 3Dawn escape09:39
  • 4Her sheets04:19
  • 5Soiled, luscious06:12
  • 6Strange neighbor09:45
  • 7For Derek and Evan07:54

enregistrement

Enregistré le 17 février 2013

line up

Thurston Moore (guitares), John Zorn (saxophone)

remarques

chronique

Styles
musique improvisée
Styles personnels
saxophone + guitares électriques

Bon là, c'est du lourd... Thurston Moore, guitariste de Sonic Youth en duo avec John Zorn, en mode 100% improvisé. Voilà le programme de cet album au nom énigmatique : "@". Je ne suis pas spécialement fan de Sonic Youth. En fait, pour être précis, je ne connais pas vraiment leur musique, mais je sais qu'ils ont la réputation d'avoir sorti des disques assez difficiles d'accès, en plus de leurs disques de rock alternatif, disons, plus conventionnels. Et Thurston Moore est connu pour être un sacré bidouilleur avec ses guitares et qu'il aime explorer les différentes sonorités et textures possibles avec cet instrument. Je connais plus le travail gargantuesque de son acolyte du jour, le saxophoniste John Zorn. Finalement, une collaboration entre eux deux est tout ce qu'il y a de plus naturel. On a droit ici à 7 morceaux instrumentaux, totalement improvisés, relativement longs pour la plupart, de 7 à 13 minutes pour la majorité. Et dès le premier morceau, le ton est donné. "6th floor walk-up, waiting" est dur, agressif, sans réelle structure avec peu de temps morts et une juxtaposition entre les deux instruments assez anarchique. A part les quelques parties plus calmes, c'est vraiment freestyle. J'oserais même dire que les parties calmes sont celles dont le résultat est le plus écoutable. C'est là où l'alchimie entre les deux instruments se passe le mieux, où on sent qu'il y a un réel travail pour créer quelque chose de cohérent entre la guitare et le saxophone. Mais commencer par plus de 10 minutes d'un morceau si dur à s'enfiler, c'est particulièrement risqué pour la suite de l'écoute. Ou alors particulièrement sadique ! A peine le disque a commencé que déjà, l'auditeur est aussi émoussé que s'il avait couru un marathon. Alors que finalement, il n'a fait qu'une petite montée au 6ème étage ! Après, au moins c'est direct, l'auditeur est prévenu. Même si la suite est plus variée en termes d'excentricités, on reste constamment sur le qui-vive, tendu, à scruter la prochaine montée en puissance où on sait qu'on aura mal. Et c'est là qu'on se rend compte, qu'en fait, ce disque, c'est l'histoire de personnes confinées ensemble ("For Derek and Evan") dans un immeuble, à monter, à descendre ("6th floor walk-up, waiting"), à faire leurs lessives de draps ("Jazz laundromat" et "Her sheets"), à croiser leurs voisins alors qu'ils ne les aiment pas ("Strange neighbor") et à attendre désespérément l'aube pour aller faire leur footing salvateur ("Dawn escape"). Voilà, et donc, cet "@" serait la bande sonore de leur vie de confinés les uns sur les autres. Ils attendent, ils s'emmerdent, ils s'engueulent, mais sont obligés de garder une certaine cordialité entre eux pour que cette période se passe le mieux possible. Alors c'est tendu, vraiment. Et cette tension est palpable tout au long du disque. Ça essaye de rester calme, de prendre sur soi, mais c'est là que le naturel reprend le dessus. Et là, tu comprends mieux l'horreur de la chose, cette envie de meurtre qui monte, ces moments de relâchements avant ces retours stridents et inaudibles qui te donnent envie d'exploser, de crier et d'envoyer chier le monde. Non, il n'y a pas d'issue possible, aucune ! Pfiou, c'est dur, limite sans queue ni tête, les deux musiciens jouent avec nos nerfs et c'est vraiment éprouvant. Bref, si vos voisins vous font chier en cette période en balançant à fond la variétoche la plus immonde ou le dernier hit autotuné, vous avez le disque idéal à foutre en retour deux fois plus fort sur le balcon. Parce qu'il n'y a pas de raisons, tout le monde doit en profiter !

note       Publiée le lundi 13 avril 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur ""@"".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur ""@"".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur ""@"".

(N°6) › lundi 13 avril 2020 - 23:18  message privé !
avatar

Fan de Zorn et de Sonic Youth, c'est évidemment sur ma liste d'albums à écouter depuis sa sortie. Ça a l'air frais, très New York downtown dans l'esprit quoi (après tout, si on en revient à l'origine, c'est pas si différent comme univers). Je regrette juste de pas l'avoir sous la main ces jours-ci, parce que j'en aurais bien besoin de temps à autre pour couvrir les reprises hebdomadaires de la Compagnies Créole ainsi que la putain de danse des canards (je précise que c'est véridique).