Vous êtes ici › Les groupes / artistesTWinston Tong › Theoretically Chinese

Winston Tong › Theoretically Chinese

cd 1 • 10 titres • 00:00 min

  • 1Big brother
  • 2Endgame
  • 3The quotidian
  • 4Theoretical China
  • 5Yellow peril
  • 6Broken english
  • 7No regrets
  • 8Reports from the heart
  • 9The principles of movement
  • 10The hunger

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

line up

Winston Tong (chant)

Musiciens additionnels : Jah Wobble (basse), Stephen Morris (batterie), Alain Lefebvre (batterie), Simon Toppin (percussions), Alan Rankine (synthé, guitare, percussions), Pietro Lacirignola (saxophone), Dave Formula (synthé), Niki Mono, Sussan Deihim (choeurs féminins)

remarques

chronique

Styles
new wave

Jah Wobble (P.I.L.), Simon Topping (A Certain Ratio), Stephen Morris (Joy Division, New Order), Alan Rankin (The Associates), Dave Formula (Visage, Magazine), Alain Lefebvre (Durutti Column, Digital dance), Niki Mono (Snowy Red, Current 93)…Non, ce n’est pas une playlist, juste la liste des collaborateurs pour le second album solo de Winston Tong (acteur, dramaturge, marionnettiste, photographe et, c’est ce qui nous intéresse ici, chanteur dans Tuxedomoon). Moins expérimental que son prédécesseur, ce disque se révèle plus dansant, pop dans son accroche mais une pop classieuse, intelligente, servi par le chant tout aussi élégant du sieur Tong, quelque part entre Bryan Ferry et John Foxx. On s’étonnerait presque, pour de la pop électronique, les titres tournent quand même autour des cinq minutes…C’est là le secret du skeud, une production exigeante faussement dépouillée, en réalité riche, où chaque élément arrive à point nommé, occupe la place qui lui est due, pas un pouce de plus. Jamais sèche, elle axe les compositions autour de la rythmique impeccable Wobble/Morris, avec quelques apports des percussions de Simon Toppin pour rompre imperceptiblement l’impression synthétique et renforcer la touche post punk. Autre trouvaille, l’excellent usage des choeurs féminins, élément souvent un peu secondaire dans un disque, mais qui dans le cas présent joue pleinement son rôle en renfort pertinent et sensuel du chant efficace de Winston Tong. Forts de ces atouts, les compositions peuvent s’étirer allègrement sans crainte de provoquer de la lassitude, sans compter que l’usage maitrisé du synthé avec quelques coulées de saxophone complètement parfois la donne. N’ayons pas peur, ce disque est une usine à tubes: ‘Big brother’, Theoretical China’, le grandiose ‘The principles of movement’, la bonne reprise du ‘Broken English’ de Marianne Faithful, le tristounet et élégant ‘Reports from the heart’ qu’aurait pu interpréter Bryan Ferry…La version cd propose en outre une splendide pièce de quinze minutes, ‘The hunger’, enregistrée à Toky avec des musiciens japonais qui pourrait constituer à elle seule un EP tant sa progression est variée…Début grave et mélancolique puis apparition de rythmes rendant le morceau plus dansant avec un final triste au piano. La vocaliste effectue un travail remarquable en supplément du chant de Tong qui arpente les terres de Bowie, Sakamoto, avec un petit clin d’oeil à son travail dans Tuxedommon. ‘Theoretically Chinese’…mmm…Un album splendide et ça, ce n’est pas de la théorie !

note       Publiée le lundi 13 avril 2020

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Theoretically Chinese" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Theoretically Chinese".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Theoretically Chinese".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Theoretically Chinese".