Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEagles Of Death Metal › Peace love death metal

Eagles Of Death Metal › Peace love death metal

cd 1 • 15 titres • 44:40 min

  • 1I only want you02:48
  • 2Speaking in tongues02:49
  • 3So easy04:00
  • 4Flames go higher02:53
  • 5Bad dream mama03:02
  • 6English girl02:38
  • 7Stacks o' money02:48
  • 8Midnight creeper01:57
  • 9Stuck in the metal03:18 [reprise de Stealers Wheel ("Stuck in the Middle with You")]
  • 10Already died03:00
  • 11Kiss the devil02:52
  • 12Whorehoppin'03:34
  • 13San Berdoo sunburn03:42
  • 14Wastin' my time02:42
  • 15Miss Alissa02:38

enregistrement

Enregistré au 11AD Studio

line up

Josh Homme (batterie), Jesse Hughes (chant, guitare)

Musiciens additionnels : Alain Johannes (piano [6, 11, 14], chant [14]), Nick Oliveri (basse [10, 13]), Brody Dalle (chant [2]), Micah Roy "Strongarm" Hughes (chant [2, 15]), Natasha Shneider (chant [11]), Tim Vanhamel (chant [2])

remarques

L'édition européenne contient les deux bonus tracks suivants : 16/ Miss Sanders - 17/ Just Nineteen

chronique

Les Eagles Of Death Metal... LE groupe connu du grand public pour les mauvaises raisons. En même temps, ce qui leur est arrivé (et surtout à leurs fans présents ce funeste soir), on ne le souhaite à personne. On va faire vite, tout le monde connaît l'histoire du 13 novembre 2015 au Bataclan, beaucoup de choses ont été dites dessus, on va vite passer au reste ici, à savoir la musique. Le groupe est un duo formé par Josh Homme des Queens Of The Stone Age avec un de ses amis de lycée, Jesse Hughes, pur produit ricain. La légende voudrait qu'après avoir écouté le groupe de death metal Vader, Josh Homme les aie qualifiés d'"Eagles du death metal". L'expression serait alors restée et ils l'ont utilisée pour leur nom de groupe. Alors voilà, ce premier album du duo, "Peace love death metal", sort en 2004 et propose pas moins de 15 morceaux (17 pour l'édition européenne) de rock garage en mode duo chant/guitare et batterie... et c'est tout ! Voilà, ce premier album, il faut bien le voir comme un disque fait à la maison entre deux potes, sans aucune prise de tête, avec pour chaque titre, un riff, deux couplets, un refrain et c'est parti. Les titres sont courts, peu recherchés, du p'tit rock pour passer un moment sympa. Je me souviens qu'à l'époque où est sorti ce disque, je me suis demandé ce que c'était. Rien à voir avec du metal extrême, encore moins du death metal. Parce qu'il faut bien avoir ça en tête, ce disque, ça n'a rien à voir. Pour simplifier, ce disque, c'est le contraire des albums bien produits avec des arrangements et des structures alambiqués, en gros l'anti-thèse du rock progressif. La guitare grésille, la batterie est simple et ça balance des chansons sur le sexe, les drogues et le rock n' roll, rien de sérieux, sans aucun message, juste du fun pour s'amuser avec ses potes en buvant des bières et en secouant la tête. Après, il faut se rendre à l'évidence, ici, ce schéma est un peu trop pris au pied de la lettre. A part un ou deux titres vraiment cool comme "I only want you" ou "San Berdoo sunburn", les compos sont simplistes et, bien que courtes - à peine 3 minutes, sont super répétitives et en deviennent longues et chiantes. En plus, l'habitude qu'a le groupe de terminer ses morceaux, avant de les reprendre pour deux-trois mesures supplémentaires sans trop savoir pourquoi, ajoute au faux-rythme global qui entoure ce premier album. Je vois bien que le groupe a voulu donner cette impression à l'auditeur d’être en répèt' avec eux, certains morceaux partent puis s'arrêtent au bout de quelques secondes avant de repartir vraiment. Cette proximité avec l'auditeur est présente, mais il manque véritablement d'énergie et on se fait finalement vite chier ! Honnêtement, sur ce premier album, c'est juste parce qu'il y a Josh Homme dessus qu'on en entend parler, parce que sinon, ça vaut juste les débuts d'un groupe local lambda qui s'amuse, pour le fun, dans son garage. Pas que je n'aime pas ce concept de jouer un rock sans prise de tête et peu recherché, au contraire, simplement ici, c'est assez mal exploité et le résultat est raté. Voilà, ce "Peace love death metal" est un album trop basique pour véritablement tirer son épingle du jeu. Le concept était peut-être sympa, mais son exploitation un peu moins. Heureusement, la suite sera meilleure.

note       Publiée le dimanche 12 avril 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Peace love death metal".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Peace love death metal".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Peace love death metal".

Klarinetthor › mercredi 15 avril 2020 - 20:03  message privé !

tain eux ils sont pas pres du réécoutage, trop d'images de donald trump,de Californication et du bataclan et du reste. #moralisateur #sjw

born to gulo › mercredi 15 avril 2020 - 14:51  message privé !

JOSH HOMME COUPABLE !!!

Note donnée au disque :       
(N°6) › mercredi 15 avril 2020 - 13:31  message privé !
avatar

Ben on était nombreux à Rock en Seine de FNM je vois. Patton en troll atomique "C'était bien Oasis hier ?". Quand aux EODM, faut être honnête, sans Homme et son coup de pouce, personne n'en aurait jamais entendu parler. Et ils n'auraient jamais atteint le Bataclan non plus d'ailleurs.

torquemada › mercredi 15 avril 2020 - 11:24  message privé !

L’année de FNM, EODM jouait le lendemain donc normal que tu les aies pas vus, comme moi qui n’ai fait que la journée FNM. Par contre je les ai vus au même endroit quand ils jouaient le même jour que Mark Lanegan et les Black Keys, et ça ne m’a fait aucun effet.

Dun23 › mercredi 15 avril 2020 - 10:40  message privé !

Jamais vraiment écouté, pour ma part. Et j'y étais, à ce Rock en Seine, pour FNM. Et je les ai pas vu, eux. Me souvenais même pas qu'ils y étaient, pour tout dire. Mais je regrette pas pour autant, ce que j'en ai entendu ne m'a jamais vraiment parlé, Homme ou pas.