Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWormfood › Décade(nt)

Wormfood › Décade(nt)

cd • 18 titres • 75:57 min

  • Éponyme (2002)
  • 1Carpathian carousel01:04
  • 2Human circus04:55
  • 3Abortion exit03:14
  • 4Grandpa's remission01:08
  • 5The night of the elderly04:14
  • 6Hunger anger03:47
  • 7Schlachthaus04:29
  • 8Licking the bones03:15
  • 9The dead bury the dead04:43
  • 10Acouphène02:04
  • Live Blast Fest (2005)
  • 11Intro00:59
  • 12Bum fight05:20
  • 13TEGBM05:04
  • 14Miroir de chair06:28
  • 15Comptine04:44
  • 16Vieux pédophile06:47
  • Reprises inédites (2005)
  • 17Femme chrétienne12:23 [Reprise de Type O Negative]
  • 18La décadanse05:08

enregistrement

Titres 1 à 10 enregistrés au studio "Orée de la Forêt". Titres 11 à 16 enregistrés live le 22 octobre 2005 à l'Arcade de Notre Dame de Gravenchon à l'occasion du Blast Festival. Titres 17 et 18 enregistrés en 2005

line up

Emmanuel Lévy (chant, guitares, programmation), Romain Yacono (basse), Alexis Damien (batterie, programmation, chœurs), Tim Zecevic (claviers, orchestrations, chœurs, arrangements), Frédéric Patte-Brasseur (guitare)

Musiciens additionnels : Mariana Filézac de l'Etang (chœurs), Youri Gralak (chœurs), Guilaume Pille (chœurs), François Danger (viole de gambe), Asphodel (chant), Arno Strobl (chœurs), Arnaud Legrand (violon), Eric Folschweiler (glissentar), Christelle Henniaux (chant)

remarques

chronique

Styles
metal
gothic metal
metal extrême
Styles personnels
réédition de premier choix !

Afin de fêter les dix ans de leur premier album, "Éponyme" ou "Eponym", Wormfood a la bonne idée de rééditer en version totalement professionnelle cet album qui est depuis longtemps indisponible. Et afin de bien marquer le coup des 10 ans et au lieu de simplement rééditer le disque, les Français ont décidé de faire une sortie vraiment spéciale et d'ajouter, en plus de l'album, le live du festival "Blast Fest" (le français, pas le norvégien...) en 2005 qu'ils avaient sorti à l'époque à quelques dizaines d'exemplaires réservés pour leur promotion, ainsi que deux reprises totalement inédites, une de Type O Negative (leur influence numéro 1) et une autre de Serge Gainsbourg (une autre de leurs nombreuses influences). Moi qui possédais déjà leur premier album, cette réédition spéciale proposait déjà quelque chose d'intéressant avec tous ces bonus. Il faut aussi ajouter que le packaging est totalement nouveau et propose tout un tas de photos retraçant les dix premières années du groupe. Aussi, ce premier album, il se voit reboosté avec une production adaptée qui permet de mieux l'apprécier. Pour plus de détails concernant ce disque, n'hésitez pas à jeter un œil à la chronique détaillée que j'en ai faite. Concernant la partie live, le son est particulièrement bon et la performance vraiment énergique. Je n'ai, hélas, jamais eu l'occasion de les voir en chair et en os sur scène, mais à l'écoute du disque, on sent vraiment un côté théâtral, cabaret grandiloquent très prononcé. Je suis curieux de voir ce que visuellement cela donnait, parce qu'on a vraiment l'impression que ce qu'il se passait sur scène était presque aussi important que le rendu sonore. Emmanuel Lévy, au chant, réussit parfaitement bien à rendre ce côté décalé grandiloquent vivant avec notamment une diction adaptée et une variation entre parties gutturales et d'autres récitées. On peut d'ailleurs noter un p'tit côté proche du groupe suédois Notre Dame. Les intros mettent directement dans le bain, et malgré la complexité des structures et des atmosphères des morceaux du groupe, le rendu est très bon. Rien que pour ça, la demi-heure que dure leur performance vaut à elle seul l'achat de cette réédition. Concernant les reprises finales, je ne suis pas super convaincu par celle de Type O Negative, "Christian woman", ici intitulée "Femme chrétienne", totalement en français. Le groupe a eu la bonne idée de totalement ré-adapter le morceau à leur environnement, mais j'ai du mal avec les structures et rythmes vraiment différents de l’œuvre originale qui est fabuleuse. C'état peut-être un peu trop ambitieux de reprendre ce morceau si emblématique de la bande à Peter Steele. Concernant "La décadanse" de Gainsbourg, je le trouve mieux réussie, toujours aussi décalée par rapport à l'originale, mais à la fois dans le ton et avec ce côté provoc' si cher au chanteur français. Au final, on a un objet vraiment intéressant et original pour fêter la première décennie d'une formation vraiment à part dans le paysage métallique français. Une belle pièce, surtout pour ceux qui n'ont pas pu à l'époque dénicher leur premier album. Là, pour le coup, l'achat en devient indispensable !

note       Publiée le dimanche 29 mars 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Décade(nt)".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Décade(nt)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Décade(nt)".

(N°6) › dimanche 29 mars 2020 - 23:27  message privé !
avatar

J'ai écouté "Femme chrétienne", dont le titre déjà fait très gag comme tous ces trucs traduits en français le plus littéralement possible, je trouve qu'ils s'en sortent hyper bien, y a ce côté psychédélique parfois qu'on retrouvait aussi dans l'album de Type O, c'est fidèle à l'esprit en se permettant plein de variations dans la forme.

torquemada › dimanche 29 mars 2020 - 22:39  message privé !

J'ai commencé ma journée en écoutant "Bloody Kisses"et je la finis en tombant sur cette chro donc je me rue sur "Femme Chrétienne"... bon, c'est n'importe quoi mais faut reconnaitre que c'est courageux !