Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEx Voto › Doloroso

Ex Voto › Doloroso

cd • 17 titres

  • 1Seven sisters
  • 2Spiritual lies
  • 3Clean on the outside
  • 4El diablo blanco
  • 5I could have been
  • 6Western skies
  • 7She got it big
  • 8Not a single tear
  • 9I can see right thru you
  • 10Her evil plan pt.2
  • 11Seven seas of misery
  • 12Alena
  • 13Water into wine
  • 14Unspoken words
  • 15Alena (version)
  • 16Where's Nikki Black ?
  • 17Twenty-seven names for tears

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Larry Rainwater (chant, basse, clavier, guitare, batterie), Linda Patti (chant, clavier), Matt Collord (guitare), Melissa Crory (guitare, clavier)

remarques

chronique

‘Bam, bam bam’, cette fois le rythme claque d’entrée et il fallait bien ça à Ex Voto pour faire oublier le faux pas que représentait ‘The light of day’. On refeuillette les anciens grimoires, on fait un tour à l’épicerie pour se familiariser à nouveau avec les ingrédients vrais et on remet le couvert. Moins de synthé (et mieux utilisé), plus de guitare, des titres plus rythmés, le timbre modulé plus caverneux: Ex Voto redevient Ex Voto. Suivre à la lettre une bonne recette ne suffit pourtant pas à devenir un chef et si ‘Doloroso’ sonne plus cohérent, mieux écrit, plus sombre aussi, il n’a pourtant rien d’un chef-d’oeuvre. Ne soyons pas vaches, si Larry ne maîtrise pas encore totalement sa programmation, laissons-lui une volonté de ne pas céder à la nostalgie et d’inscrire son gothic rock dans son époque avec une production moderne. Les riffs acérés, les sonorités électroniques…Pour autant nulle tentation metal, on demeure dans le gothique rock pur jus. De deuxième zone. ‘Doloroso’ est un disque honnête (qui se bonifie au fur et à mesure des morceaux) mais qui ne fait pas sauter au plafond, il inclut son lot de bonnes chansons (‘She got it big’, ‘I can see thru you’, ‘Seven seas of misery’ ou encore ‘Alena’) mais aucun hit fracassant à faire palpiter le pouls trop rapidement. Rien de franchement raté non plus, c’est simplement terriblement lambda, juste dans la moyenne. Larry Rainwater a toujours été bien conscient d’être arrivé après les pionniers de la scène deathrock de L.A. et s’est montré honnête à ce propos. Dommage pourtant qu’il n’ait su donner à son combo l’impulsion nécessaire pour sortir de ce rôle de second couteau. Il chante pourtant assez bien, n’est pas mauvais musicien mais voilà, savoir cuisiner ne fait pas de vous un cordon bleu…Ca se mange, c’est déjà ça. 3,5/6

note       Publiée le vendredi 27 mars 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Doloroso".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Doloroso".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Doloroso".