Vous êtes ici › Les groupes / artistesFThe Flesh Eaters › A minute to pray, a second to die

The Flesh Eaters › A minute to pray, a second to die

cd • 8 titres

  • 1Digging my grave
  • 2Pray til you sweat
  • 3River of fever
  • 4Satan's stomp (live)
  • 5See you in the boneyrad
  • 6So long
  • 7Cyrano De Bergerac's back
  • 8Divine horsemen

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Rhapsody Studios, USA.

line up

Chris D. (chant), John Doe (basse), Bill Bateman (batterie), Dave Alvin (guitare), Steve Berlin (saxophone, percussions)

remarques

chronique

Comment puer les marécages à ce point quand on vient de L.A. ? Est-ce le bouillon de culture symbolisé par ces neuf lettres décrépies trônant sur leurs collines sèches ? De toute manière, leur musique a toujours représenté une forme de mystère…Toute la symbolique deathrock ou du moins horreur punk sans avoir réellement appartenu au mouvement (quoique, spirituellement, si), rien de la froideur du post punk non plus, pas complètement rock’n’roll pur…Picorant dans le vaudou, les films noirs, le blues des Bayous, le punk urbain et je ne sais quoi encore, le (super) groupe (y a du X, Los Lobos dedans) pratique une musique aisément définissable à première vue, nettement moins dès la seconde. Une voix torturée, possédée, à la rocaille bluesy genre grand frère bâtard de Jeffrey Lee Pierce, un jeu de guitare qui revisite aussi bien le rock 60’s que le garage, sans oublier quelques miettes de deathrock, une rythmique tribale, pas forcément agressive mais impeccable et omniprésente, sans oublier un saxophone grinçant, bizarre, comme une soucoupe volante crée par Ed Wood et c’est juste grandiose. Moins panaché que le disque précédent, peut-être plus cohérent dans son climat général mais tout aussi barré, irrésistible, insaisissable, ‘A minute to pray, a second to die’ confirme non seulement les espoirs placés dans le groupe mais aussi son talent et sa singularité. La mélodie sied bien à la folie de nos Américains et cette galette en regorge. ‘Cyrano De Bergerac’s back’ et sa trompeuse intro calypso, un ‘Divine horsmen’ au groove gothique, ‘Satan’s stomp’ vaudou à souhait avec sa rythmique tribale aux inspirations africaines et son saxo dément, la frénésie punkabilly de ‘See you in the boneyard’, il n’y rien à jeter, sans oublier un Chris D. jamais aussi bien inspiré derrière son micro. Un disque qui aurait mérité une carrière moins underground car il détient tous les ingrédients d’un classique au même titre qu’un disque des Stooges ou des Cramps.

note       Publiée le vendredi 20 mars 2020

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "A minute to pray, a second to die" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "A minute to pray, a second to die".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "A minute to pray, a second to die".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "A minute to pray, a second to die".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

A dire vrai, je connais plus de réputation mais je possède un disque avec les Plantations. Il faudra que je creuse la carrière du bonhomme...

Note donnée au disque :       
Giboulou Envoyez un message privé àGiboulou

Yes, c'est son premier méfait en musique ! On tient peut-être le chaînon manquant entre le swamp et la Californie (dont il est question dans la chro). Il est originaire de Géorgie mais a monté les Unknowns en Californie.

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Oh, c'est un groupe avec Bruce Joyner ?

Note donnée au disque :       
Giboulou Envoyez un message privé àGiboulou

J'adore cet album. Assez unique comme son et Pray 'til you die est typiquement le genre de titre que je recherche en musique : évident, un peu explosé du bulbe et avec LE détail qui tue: le marimba/xylophone qui accompagne le thème principal. Pour les amateurs de groupes garages fin 70's début 80's,je vous invite à également jeter une oreille sur l'unique album de The Unknowns (1981). Certains morceaux développent une énergie assez proche des Flesh Eaters (au niveau du chant) mais dans un esprit un peu surf à la Trashmen. Originaires de San Diego, ils partageaient avec les Ventures un amour immodéré pour la marque de guitare Mosrite au son typique du surf garage. Pour les curieux, je vous conseille en priorité les (excellents) morceaux que sont 'the streets', 'dream sequence' et 'pull my train'. Ah, et au passage, il existe une cover du Cinderella des Sonics par Flesh Eaters qui vaut son pesant de cacahouètes avec, toujours, ce marimba vaudou en fond sonore. Miam.

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Beefheart ? Pas con, voilà le truc sur lequel je ne parvenais pas à mettre le doigt...

Note donnée au disque :