Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSiglo XX › Under a purple sky

Siglo XX › Under a purple sky

détail des votes

Membre Note Date
Twilight      jeudi 19 mars 2020 - 23:28
Richard      vendredi 20 mars 2020 - 06:51

cd • 10 titres

  • 1Baby divine
  • 2When will it be me
  • 3I send you my tears
  • 4Untouchable flame
  • 5Body meets body
  • 6Alice
  • 7Vanity Lane
  • 8City in dust
  • 9Summers die
  • 10Waiting for a friend

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Titres 1 à 4, Studio Pyramid, Bersel, Belgique; titres 5 à 10, Square Studio, Bruxelles, Belgique.

remarques

chronique

La pochette dégage une drôle d’impression entre masque de nô bourré ou image comics apatride…Certains n’aime pas cette ultime période de Siglo XX. L’aspect froid et expérimental est loin désormais et les Belges oeuvrent dans un gothic rock grinçant et torve truffé d’influences américaines, dans le jeu des guitares notamment, lues à la loupe de l’école belge, à l’instar de The Neon Judgement apparemment assis sur le même banc. Ce n’est pas joyeux, pas joyeux du tout. La rythmique conserve la touche post punk marquée, avec une basse qui a pris pas mal de plomb mais les grattes dégagent des relents de post-psychédélisme (‘Body meets body’ composé par le jumeau gothique de Lou Reed), les mêmes qui intoxiqueront les frères Reid pour The Jesus and Mary Chain mais en beaucoup plus glauque et moins bruitiste ici. En réalité, l’atmosphère de cette dernière galette aurait tout pour me plaire avec sa noirceur toxique (et c’est le cas), pourtant un goût d’inachevé demeure en bouche. Le disque démarre plutôt bien même si les textes tournent en rond, l’ambiance est cohérente, prenante, mais à partir de ‘Body meets body’, l’impression dégagée est surtout que le combo compile à la va-vite ce qu’il a sous la main. Ainsi ‘Alice’ le cul coincé entre ses influences Joy Division et un mauvais pastiche de Sisters of Mercy, ‘Body meets body’ piqué aux Velvet et aux Mary Chain, vite passé à la peinture noire, ou ‘Vanity Lane’ qui pue la fausse démo Sistersienne jouée pour se chauffer les doigts en studio…J’avoue qu’on commence à s’ennuyer sec…’City in dust’ ? Du Joy Division passé au papier de verre. Ouf, les deux dernières chansons (bonus sur le cd uniquement) remontent le niveau, surtout l’excellent ‘Summers die’ avec sa batterie roulante, sa basse ronde omniprésente, son climat tendu qui n’éclate jamais réellement. ‘Waiting for a friend’, la face B du single de ‘Summers die’ n’apporte aucune lumière mais surprend par sa structure hypnotique pas si éloignée de Current 93 dans ses travaux les plus goths, avec le frère imaginaire de Ian Curtis en guest. En un mot comme en cent, voilà qui aurait constitué un solide EP mais laisse un LP moyen…

note       Publiée le jeudi 19 mars 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Under a purple sky".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Under a purple sky".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Under a purple sky".

Richard › vendredi 20 mars 2020 - 06:51  message privé !

C'est vrai que les Belges sont bien loins de l'urgence de leur cold wave rêche de leurs débuts. Élargir ses influences musicales, c'est sans doute bien. Au dépend de la cohérence, un peu moins.

Note donnée au disque :