Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)

Compilations - Divers › Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)

cd 1 | 20 titres

  • 1 Pentangle: 'Let no man steal your thyme'
  • 2 Magnet: 'Willow's Song'
  • 3 Wight: 'Come all you travellers'
  • 4 Spirogyra: 'Love is a funny thing'
  • 5 Gary Farr: 'Images of passing clouds'
  • 6 Synanthesia: 'Peek strangely and worried evening'
  • 7 Bob* & Carole Pegg: 'Glass of water'
  • 8 Vashti Bunyan: 'Winter is Blue'
  • 9 Comus: 'Winter is a coloured bird'
  • 10 Chrissie Quayle: 'The seagulls scream'
  • 11 Clive Palmer: 'Stories of Jesus'
  • 12 Steve Peregrin Took's Shagrat: 'Amanda'
  • 13 Bridget St. John: 'Curious crystals of unusual purity'
  • 14 Mark Fry: 'Roses for Columbus'
  • 15 Dando Shaft: 'Till the morning comes'
  • 16 Mary-Anne: 'Black girl'
  • 17 Trees: 'The Garden of Jane Delawney'
  • 18 Principal Edwards Magic Theatre: 'Weirdsong of breaking through at Last'
  • 19 Oberon: 'Minas Tirith'
  • 20 Paper Bubble: 'Prisoners, Victims, Strangers, Friends'

cd 2 | 22 titres

  • 1 G.T. Moore: 'Pilgrim'
  • 2 Melton Constable: 'River Lane'
  • 3 Moonkyte: 'Way out hermit'
  • 4 Steeleye Span: 'All things are quite silent'
  • 5 Heron: 'Upon reflection'
  • 6 Parchment: 'Love is come again'
  • 7 Shelagh McDonald: 'Stargazer'
  • 8 Tony, Caro & John: 'There are no greater heroes'
  • 9 Joan Armatrading: 'Visionary mountains'
  • 10 Tuesday: 'Glow of the firelight'
  • 11 Warm Gold: 'Searching for lambs'
  • 12 Benjamin Delaney Lion: 'Samantha Carol fragments'
  • 13 Fairport Convention: 'Fotheringay'
  • 14 Frozen Tear: 'You know what has to be'
  • 15 Hunt Lunt & Cunningham: 'Meanwhile back in the forest'
  • 16 The Incredible String Band: 'First girl I loved'
  • 17 Moths: 'Halfdan's daughter'
  • 18 Trader Horne: 'The Mutant'
  • 19 Dry Heart: 'Meeating by the Moonlight Mill'
  • 20 Tyrannosaurus Rex: 'Highways (misty mist)'
  • 21 Duncan Browne: 'Gabilan'
  • 22 Kevin Coyne: 'Sand all yellow'

cd 3 | 21 titres

  • 1 Bill Fay: 'Garden song'
  • 2 C.O.B.: 'Music of the ages'
  • 3 Everyone Involved: 'A song for the system'
  • 4 Country Sun: 'The colour is blue'
  • 5 Wild Country: 'Silent village'
  • 6 Marc Brierley: 'Welcome to the citadel'
  • 7 The Occasional Word: 'The evil Venus tree'
  • 8 Anne Briggs: 'Standing On The Shore'
  • 9 Agincourt: 'Kind Sir'
  • 10 Mick Softley: 'Eagle'
  • 11 Fresh Maggots: 'Rosemary Hill'
  • 12 Music Box: 'The happy king'
  • 13 Fuchsia: 'Me and my kite'
  • 14 The Sun Also Rises: 'Wizard shep'
  • 15 Folkal Point: 'Scarborough fair'
  • 16 Marie Celeste: 'Prisoner'
  • 17 Simon Finn: 'Patrice'
  • 18 Shide And Acorn: 'Girl of the cosmos'
  • 19 Chimera: 'Elegy to a dead king'
  • 20 Beau: 'Silence Returns'
  • 21 Mother Nature: 'Orange days and purple nights'

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

chronique

C’est ancré dans ses racines, quelque chose d’insaisissable ayant conduit au Mur d’Hadrien, une sorte de force tellurique qui depuis toujours lie la Grande-Bretagne à ses forêts…Explique-t-elle la présence des Travellers (ou Tinkers), ces ‘gitans’ originaires d’Irlande dont la langue, le shelta, est décrite comme un mix de romani et d’anglais ? Est-elle la raison de la force de cette spiritualité plus présente que jamais que l’on nomme ‘wicca’ ? Toujours est-il que l’île a produit des artistes folk à nuls autres pareils à la fin des 70’s dont l’héritage musical est aujourd’hui relayé par des musiciens contemporains (Current 93 et Paul Roland en tête). On pourra ergoter quant au pourquoi mais est-ce bien utile ? Les faits sont là et cette compilation a pour ambition de le démontrer en trois cds. Le genre folk traditionnel a été heurté de plein fouet par des étudiants en art, des hippies louches, des expérimentateurs en drogues de tout poil, qui l’ont malaxé, pétri, transformé à leurs images, telle une armée de golems personnalisés, au point d’en devenir une contre-culture. Un brin trompeuse dans son image parfois, avec cette illusion de nuées de musiciens assis au coin du feu dans les bois vêtus de toiles de jutes et fumant moult pétards pour entrer en communion avec Cernunnos et ses sbires, lesquels étaient pour beaucoup d’honnêtes citadins au final. Qu’importe, l’effet demeure. Ce petit coffret vraiment complet présente un panel des plus larges incluant des grands noms tels que Tyrannosaurus Rex, Fairport Convention, Pentangle côtoyant des actes plus barrés (Comus, Incredible String Band…), sans oublier des trucs éphémères, voir disparus quasiment sans laisser de trace (Oberon, Steve Peregrin Took’ Shagrat, Fresh Maggots…). Tout dépendra ensuite des goûts car l’éventail est large, des influences médiévales (Pentangle, Folkal Point, Agincourt…) au psychédélique (Beau), en passant par le jazz, le progressif…sans oublier des truc plus niais (Clive Palmer, Dry heart…). Des artistes tels que Music Box, Simon Finn annoncent déjà les plus babas des formations darkfolk, Beau et Paper Bubble laissent leurs guitares grincer salement, d’autres dégagent une mélancolie étrange (Bridget St-John dont le timbre évoque curieusement Nico, Fresh Maggot et leurs accords cristallins, Fairport Convention), d’autres sonnent simplement de leur époque avec tout le charme idoine (Frozen Tears), d’autres pas (Heron, copie de Simon & Garfunkel, The sun also rises), sans oublier le désormais dépoussiéré ‘Willow’s song’ de Magnet…Certes indigeste à s’enfiler d’une traite mais tel n’est sans doute pas le propos. J’y vois plutôt un solide coffret d’archives agrémenté d’un livret riche en informations permettant de découvrir une scène finalement très variée à goûter pour sa qualité propre ou pour mieux cerner les influences de certains styles ‘contemporains’ (darkfolk et doom en tête), odeur de fumée collée sur les vêtements en prime…Manque juste Nick Drake pour que la fête soit complète.

note       Publiée le jeudi 19 mars 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)".

ajoutez une note sur : "Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)".

ajoutez un commentaire sur : "Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dust on the nettles (a journey through the british underground folk scene 1967-72)".

Dioneo › jeudi 19 mars 2020 - 17:21  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Elle a l'air très chouette cette compile - j'avais été y jeter l'oreille quand tu l'avais évoquée dans un commentaire... Faudra que je l'explore plus avant. Des noms "connus" et des que perso je n'avais même jamais lu/Entendu, oui. Et parmi les "classiques" des qui méritent d'être écoutés pour autre chose que leur réputations de précurseurs (Incredible String Band c'est très très cool... surtout celui de l'époque de l'extrait choisi. Et Fotheringay de Fairport... Tu m'étonnes qu'elle est mélancolique celle-là ! Première apparition de Sandy Denny dans le groupe sur disque, en passant, à ma connaissance. Sandy). Et oui aussi : le lien entre le folk psyché époque hippie et le néofolk (son versant le moins uniformes vintage/bruits de sidérurgie quoi) est très bien raconté, là-dedans. (Y compris via des groupes qui sont passés de l'indus dont venait tout ça à l'acoustique sorcière, d'ailleurs, blague à part - Current n'y est pas mais fait nettement chaînon, c'est sûr. Le choix de la Willow's Song de Magnet tirée de la B.O. de Wicker Man, ici placée très près du début, es bien parlant, aussi - et encore mieux : une fois passé ça, ce coffret va plus loin, chercher des trucs moins (relativement hein) "attendus").