Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlastor › Slave to the Grave

Alastor › Slave to the Grave

cd | 7 titres | 56:40 min

  • 1 I döden är vi alla lika [01:03]
  • 2 Your Lives Are Worthless [09:43]
  • 3 Drawn To The Abyss [06:31]
  • 4 N.W 588 [07:14]
  • 5 Gone [07:53]
  • 6 Slave To The Grave [06:56]
  • 7 The Spider of My Love [17:20]

enregistrement

Enregistré par Magnus Sörensen. Mixé et masterisé par Joona Hassinen au Studio Underjord.

line up

Dharma Geddon (chant, basse), Lucy Ferrian (lead guitare), Terry Fying (guitare), Levi Athan (batterie)

chronique

Alors qu'il existe au bas mot une petite dizaine de formations metaliques qui répondent au doux nom d'Alastor, étrangement aucune n'est encore référencée dans nos sombres archives ! Il était tant de remédier à ça ! Mais attention, pour ne pas faire d'erreur regrettable, il est recommandé d'opter pour l'entité suédoise. Cet Alastor là, le scandinave, délivre en effet un excellent retro heavy doom metal qui puise ses influences directement au coeur des années 70/80. Le choix des pseudos des membres de la bande pouvait laisser craindre le pire, mais non. "Slave to the Grave", ce premier album du groupe est une sacrée révélation. Les suédois ont parfaitement assimilé la science du doom, ils l'ont digéré et condensé pour nous dans ce disque sur lequel dès les premières notes, on sent qu'on a affaire à du lourd. La maîtrise du groupe saute aux oreilles, et si le style reste certes indéniablement classique, l'ensemble est tellement bien ficelé, tellement jouissif, qu'on n'a qu'une seule envie : y revenir dès la première occasion. Que le groupe se mette à balancer des riffs de malade à se taper la tête contre la poêle en fonte de mémère, qu'il nous assaille de soli de guitares frénétiques qui feraient entrer en transe une assiette de moules de bouchot à la crème, ou qu'il se lance dans une ballade plus intimiste, il tape juste à chaque fois. "Drawn To The Abyss", l'éponyme "Slave to the Grave", où encore le final "The Spider of My Love", ces titres sont simplement fabuleux ! Un mot sur le chant, sobre et légèrement lointain, qui lui aussi fait des merveilles. Alastor vient de nous balancer rien de moins qu'une énorme claquouille derrière les oreilles, un album qui laissera sa marque. Toutes mes excuses pour cette chronique farcie de superlatifs en tous genre, mais là je n'avais pas le choix !

note       Publiée le mardi 17 mars 2020

partagez 'Slave to the Grave' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Slave to the Grave"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Slave to the Grave".

ajoutez une note sur : "Slave to the Grave"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Slave to the Grave".

ajoutez un commentaire sur : "Slave to the Grave"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Slave to the Grave".

nicola › mardi 17 mars 2020 - 18:47  message privé !

Celui-là, ce n’est pas Alastor Piazzola.