Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrue › Underarm Odeur

Grue › Underarm Odeur

cd | 6 titres | 16:21 min

  • 1 We Go to the Beach [3:44]
  • 2 Tout Ça Tout Ça [1:17]
  • 3 James Bond [2:55]
  • 4 Underarm Odeur [2:35]
  • 5 Pizza [3:11]
  • 6 King [2:39]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et mixé par Duncan Demoulin et Steve Albinos. King enregistré en concert à La Tannerie (Bourg en Bresse) en avril 2018. Masterisé par Lionel Thomas.

line up

Anaïs Attalla (basse, voix), Renaud Bernard (batterie, voix), Aurélie Polidoro (guitare, voix), Patricia Debias (chant, claviers)

remarques

Photo : Gilles Garrigos.
Le CD est une une co-production Cheap Sausage/Ligature/L’Artiisant.

chronique

Eh ouais : les meufs aussi sentent sous les bras. Elle posent de nos jours le masque re-tenseur sur la tronche, la clope aux doigts (ou serait-ce un spliff) et l’autre majeur montré, en te tirant la gueule en face. Pas glam ? Ça te défrise ? Eh ben… C’était toi la p’tite chose fragile, allez, finalement. Si tu crois qu’après ça plus rien de possible, amours et débotté, le rire et ses simplicités et puis aussi ses avanies, la danse de la bière-en-boîte, devant… L’indépendance – pas la scission d’avec toi, oh, t’étais pas/plus de ce paysage-ci, déjà… Disons : l’autonomie. Tout ça tout ça blablablabla. Grue tapent garage, le cheveu libre et les chansons rudement campées. Grue vont à la plage. Grue nous parlent de fragrances corporelles donc – et on dirait bien que ça la fout de mauvais poil, la Patricia au micro. Incidemment je trouve à ce morceau quelque chose de Jane's Addiction, côté voix, côté riffs, côté tournure – hors sujet ? Bah, les genres… Tout ça tout ça. Bis etcetera. – ils en causaient aussi, ces Californiens-là, et pas plus qu’ici comme au meeting. Bon… Patricia Debias et Aurélie Polidoro jouaient autrefois dans un groupe appelé Tringles. Je trouve ça cohérent, tiens – dans le retournement de la grivoiserie possible de l’acception comme dans celle de l’insulte misogyne désuète (respectivement, dans l’ordre chronologique des noms de groupes). Grue chantent la Pizza, aussi, quand l’envie les prend – bouffe grasse et salvatrice quand la flemme et rien ne va plus (ou simplement que c’est dimanche soir ou un autre comme ça). Et James bond – ce gros naze qui parade bitte et flingue en avant, étalon qui en vaut bien d’autres pour mesurer la médiocrité main sur-au-paquet (« et dis pas que t’es désolé »). Si Grue peuvent rappeler par moments les Au Pairs, c’est moins, ou au fond c’est secondaire, pour une question de forme musicale commune – y’en a, mais Pizza, ça sonne tout autant comme Gang of Four que comme lesdites (oui oui… je vois le rapport aussi, ça va) – que pour cette façon de dire, d'écrire, qui ne s’embarrasse pas de circonvolutions pour faire avant-gardiste, ne s’empêtre pas dans le démonstratif, l’excès, pas plus que dans les formules d’un style fixe ; pas plus que d’une autre, d’une nouvelle morale à la place de la "bonne" vieille – chansons courtes, parfaitement coupées, à la place, agencées, parties vocales mine de rien bien chantournées dans leur simplicité question-réponse, canons harmonies etc., claviers pas moins électrifiés que la gratte, et qui ne chopent pas moins aux jarrets que les basse-batterie. Propos compact comme la musique, et voix ferme mais posée – pas du slogan mais du à prendre ou à laisser. Une sorte d’Allez-Vous-Faire-Foutre-Mais-Sinon-Vous-Êtes-Les-Bienvenu(e)s, comme je l’entends. Le cool-parce-que-pas-cool mais pas comme un truc publicitaire. Chansons nerveuses mais sûres – et pas closes sur elles-mêmes. C’est tonique. Tonifiant. C’est très (très) court, aussi – à peine plus d’un quart d’heure. Et je l’aime bien, cette pochette, au fait. Puis c’est vivant derrière l’air blasé – et y’aurait de quoi, eh, à bien voire à très vite y regarder. Puis si au moins ça pouvait faire le tri, ce pas-trop-avenant sur le fronton… Ça épargnerait à tout le monde d’avoir ENCORE à le redire.

note       Publiée le samedi 15 février 2020

partagez 'Underarm Odeur' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Underarm Odeur"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Underarm Odeur".

ajoutez une note sur : "Underarm Odeur"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Underarm Odeur".

ajoutez un commentaire sur : "Underarm Odeur"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Underarm Odeur".

Dioneo › samedi 15 février 2020 - 18:04  message privé !
avatar

Sans doute. (Bon, c'est pas fatalement ce qu'il y a de plus remarquable sur/dans cet EP hein, le calembour).

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › samedi 15 février 2020 - 17:59  message privé !

Steve Albinos huhu(bouarf, elle était déjà déposée, non?)