Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMagma › Mekanïk destruktïw kommandöh

Magma › Mekanïk destruktïw kommandöh

7 titres - 38:47 min

  • 1/ Hortz Fur Dëhn Stekëhn West (9:34)
  • 2/ Ïma Süri Dondaï (4:28)
  • 3/ Kobaïa is de Hündin (3:35)
  • 4/ Da Zeuhl Wortz Mekanïk (7:48)
  • 5/ Nebëhr Gudahtt (6:00)
  • 6/ Mëkanïk Kommandöh (4:08)
  • 7/ Kreühn Köhrmahn Iss de Hündïn (3:14)

enregistrement

The Manor Studios, Londres, Angleterre, 1973

line up

Klaus Blasquiz (chant, percussions), Teddy Lasry (saxophone, flûte), Jannick Top (basse), Christian Vander (batterie, chant, orgue, percussions), Stella Vander (chant, chœurs), Jean-Luc Manderlier (piano, orgue), René Garber (clarinette, basse, chant), Claude Olmos (guitare), Muriel Streisfeld (choeurs), Evelyne Razymovski (choeurs), Michèle Saulnier (choeurs), Doris Reihnardt (choeurs)

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
zeuhl

"Mekanïk Destruktïw Kommandöh", troisième mouvement de "Theusz Hamtaahk" (mais premier à paraître) est, selon les notes du livret "le jugement de l'humanité pour toute sa vulgarité, sa cruauté, son inutilité, et son manque d'humilité comme seul Nebehr Gudahtt, prophète, agi par l'univers, a pu le concevoir dans son infine sagesse". Le compositeur explique : "Cette œuvre, créée en toute humilité, retrace l'histoire d'un humain qui, un jour, s'adressa à tous les terriens en leur expliquant les raisons pour lesquelles ils doivent disparaître de la Terre". C'est simple : M.D.K., c'est la guerre, le chaos, l'apocalypse, la fin des temps. Bien que Claude Olmos vienne jouer de la guitare sur ce "magnus opus", ne vous attendez pas à un déluge de larsens ou de décibels bien gras ! L'offensive, la charge militaire est menée conjointement par la paire rythmique Vander/Top qui écrase tout sur son passage et sa chorale kobaïenne exaltée qui, avec l'ensemble des cuivres, arrive à des sommets de théâtralité rarement égalés. Ce nouveau disque de Magma est une longue marche militaire en sept mouvements qui fait monter progressivement la tension jusqu'à son aboutissement que l'on sait inévitable. Le climax est atteint sur "Mekanïk Kommandöh" où puissance et intensité joignent leurs efforts, stimulant le large ensemble à se lancer dans l'assaut final et sans pardon. "Kreühn Köhrmahn Iss de Hündïn" est le calme après la tempête où les incantations possédées de Klaus Blasquiz et Stella Vander clament, avec exaltation, les louanges au Kreühn Köhrmahn, avant d'être projetés dans le néant. La musique Zeuhl dans toute sa splendeur. Monstrueuse. Épique.

note       Publiée le vendredi 16 août 2002

partagez 'Mekanïk destruktïw kommandöh' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Mekanïk destruktïw kommandöh"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mekanïk destruktïw kommandöh".

ajoutez une note sur : "Mekanïk destruktïw kommandöh"

Note moyenne :        70 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mekanïk destruktïw kommandöh".

ajoutez un commentaire sur : "Mekanïk destruktïw kommandöh"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mekanïk destruktïw kommandöh".

ArnaudCDLC › lundi 20 octobre 2014 - 15:21  message privé !

Plagiat ? C'est toujours difficile à définir, mais un des thèmes est note pour note un des thèmes de Triofo di Afrodite de Carl Orff…et ça, il ne peut y avoir aucun doute là dessus, c'est comme ça (https://www.youtube.com/watch?v=5PKtvJclsg8)

DesignToKill › vendredi 19 avril 2013 - 13:09  message privé !

Je viens de les voir en concert... HIER! Et ça défonçait.

Note donnée au disque :       
zeuhl30 › samedi 9 mars 2013 - 08:54  message privé !

Un MONUMENT

airangel › mardi 1 novembre 2011 - 21:19  message privé !

Le chef-d'oeuvre de Magma. Lorsque je l'ai écouté pour la première fois j'avais le cheveux longs et ils n'ont pas pu se dresser sur la tête. Des années après, ils sont plus courts et moins nombreux, du coup l'érection est plus facile ... C'est un Objet Musical Non Identifié, orgiaque et délirant. C'est une symphonie moderne que Ludwig ou Richard auraient été capables d'écrire s'ils avaient été contemporains. Un monument pour île déserte, qui plus est français, mais magiquement incompréhensible ! J'adore

leo28 › vendredi 9 septembre 2011 - 22:22  message privé !

je viens d'écouter Les Noces, alors oui le kobaien et le russe se ressemble, oui les deux œuvres contiennent le même type de mélodie cyclique, mais parler de plagiat de la part de Vander me semble bien exagéré